Les Dérives de l’Imaginaire - Palais de Tokyo
La nouvelle saison du Palais de Tokyo s’ouvre avec « Les Dérives de l’Imaginaire », une exposition thématique et collective rassemblant plus de vingt artistes. De Richard Baquié à Fabrice Hyber en passant par John Miller, Rachel Harrison ou même William Hogarth, chaque exposition explore les processus de mise en forme de l’œuvre, de l’art en train de se faire.


Parce que qu’une œuvre n’apparaît pas ex-nihilo, les artistes explorent ici les dérives de leur imaginaire au sens propre du terme, comme pour donner une existence à ce qui n’en a pas, une enveloppe sensible à l’onirique. 

Parce que l'imaginaire témoigne de la subjectivité de l’artiste, et qu’elle appartient à la singularité de l'histoire personnelle, les images qui traversent leur esprit sont présentes avant même que l'on tente de les inscrire dans la normativité symbolique du langage. La démarche artistique constitue alors une des voies d'investigation privilégiée de l'imaginaire, qu'il s'agisse de se livrer à son archéologie comme Dove Allouche et ses Déversoirs d’orages matérialisés par l’héliogravure, rendant compte de l’expérience du temps, ou bien de laisser à l’acte créateur la libre expression d'un sens qu'il instaure comme Rodney Graham avec Aberdeen, diaporama musical personnel faisant le récit d’un processus artistique, invérifiable, constitutif de l’œuvre.

Construite pour placer le spectateur au cœur du travail de l’artiste, au cœur de l’acte créatif, dans le processus imaginatif, chaque œuvre offre un regard sur la maturation de celui-ci, à l’aube de la création même. C’est l’acte de créer qui est expérimenté. L’artiste se regarde en train de faire, entrain de dessiner les chemins vers la naissance de l’œuvre.

Et pourtant, dans le processus créatif, l’imaginaire, parce que hors de la réalité, est impossible à montrer. Il est hors du sensible. Mais son existence, elle, est bien palpable. A nous spectateur de plonger dans les méandres de l’esprit, au cœur même de la pensée de l’artiste, de l’acte. A nous spectateur de comprendre comment l’œuvre nait. 

Et c’est là que la notion de dérive prend tout son sens. 

Dériver c’est s’écarter de, c’est induire une forme d’éloignement, impliquant un mouvement dans l’acte. Cette notion de dérive prend alors forme dans une cartographie, comme l’Atlas Ellipticalis* de Evariste Richer, explorant la dérive des astres, une image et un son, celui de Matthew Buckingham et son diaporama One Side of Broadway, ou encore une écriture, une topographie, bref, un langage. Cette dérive rend visible l’esprit. C’est elle qui étire l’imaginaire, le décortique, le place en relation avec la notion de hasard, centrale, comme pour pousser l’imaginaire à son paroxysme. Etirer l’imaginaire, c’est le mettre en danger, c’est questionner sa valeur. Et c’est précisément cette question qui est finalement posée. Si l’imaginaire donne l’art, il accouche de l’œuvre. Il permet la maturation, comme si l’œuvre d’art ne nous donnait pas à voir ce qu’elle est mais ce qu’elle fût, avant d’exister dans le monde physique, dans notre réalité.

Alors, bien plus qu’une redéfinition du processus créatif, c’est une nouvelle approche de l’art entrain de se faire qui est ici proposé.

La dévire et l’imaginaire, incontrôlables par essence, puis l’œuvre qui en résulte portent en elles l’ADN de la création, du processus créatif, sorte de champ mental inachevé forçant le spectateur à aller au delà de l’œuvre, au delà de ce que l’on voit, forçant son propre imaginaire à explorer de nouveaux paradigmes, à réinterpréter sans cesse. 

« Les Dérives de l’Imaginaire » nous invite à pénétrer au plus près de la dérive de notre propre imaginaire ; et à nous poser cette question : qu’y a-t’il en deçà et au delà de l’œuvre ?

Anne-Lise Charache





Les Dérives de l’Imaginaire

Jusqu’au 11 février 2013
De midi à minuit tous les jours, sauf le mardi
Fermeture annuelle le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre
Fermeture exceptionnelle à 18h le 24 et le 31 décembre

Plein tarif : 8 € // Tarif réduit : 6€ (moins de 26 ans, famille nombreuse, enseignants, étudiants, séniors)
Gratuité : moins de 18 ans, demandeurs d'emploi, bénéficiaires des minimas sociaux, Ministère de la Culture et de la Communication, ICOM, IKT, journalistes, bénéficiaires du minimum vieillesse, personnes en situation de handicap & accompagnateur(sur présentation de justificatifs datant de moins de trois mois)


Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris

palaisdetokyo.com


A découvrir sur Artistikrezo : 
Les grandes expositions parisiennes en octobre 2012 et décembre 2012


 
Autres articles à lire

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Agenda

News image

Vernissages - Paris - Février 2015

art-fvFévrier 2015

Au mois de février, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art…) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective ...

News image

Sorties ciné - Février 2015

Cinma-fvFévrier 2015

Quels sont les films qui sortent en février dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se détendre, passer un bon moment entre amis ou en ...

Please update your Flash Player to view content.

The Meta-perception Club / Grace Weir - Centre Culturel Irlandais

GraceWeir2_2015 Du 6 au 18 février 2015 Dans cette exposition, Grace Weir présente deux films ; travaillant principalement sur la mobilité de l'image, elle y évoque les limites de nos capacités visuelles et les instruments dont nous disposons pour les améliorer. Read more..

The Meta-perception Club / Casques méta-perceptuels - Centre Culturel Irlandais

centre-culturel-irlandais-lucy-dixon-wearing-the-hammerhead-2014_large Jusqu'au 20 février 2015 Anne Cleary et Denis Connolly présentent pour la première fois à Paris des casques interactifs qui explorent les mystères de la perception visuelle. Read more..

Lynne Cohen : Un Hommage - Galerie In Situ Fabienne Leclerc

LC_Untitled_Windows Du 12 février au 21 mars 2015 Pour cette exposition retrospective consacrée à l’œuvre de Lynne Cohen, Fabienne Leclerc a souhaité donner carte blanche au photographe français Patrick Tosani. Read more..

Le laid et l’art : dans les yeux de l’observateur ?

art-et-laideur Le 30 janvier 2015 La question de la beauté et de la laideur dans l’art n’est absolument pas nouvelle. Read more..

Insularité de Patrice Calmettes - Maison Européenne de la Photographie

patricecalmettes Du 4 février au 5 avril 2015 Passionné depuis toujours de photographie (son grand-oncle était ami et mécène d’Eugène Atget), Patrice Calmettes, alors qu’il n’a pas encore 20 ans, se voit proposer par Diana Vreeland de devenir photographe pour Vogue USA. Une complicité qui durera plusieurs années avant qu’Andy Warhol lui demande de collaborer pour Interview. Read more..

Moments de Solitude, du street-artist Isaac Cordal - Spacejunk Art Centers

isaaccordal Du 5 février au 25 juillet 2015 Isaac Cordal investit le réseau des Centres d'Art Spacejunk : première étape à Bayonne à compter du 5 février, puis le 16 avril à Lyon, et le 19 juin à Grenoble ! Read more..

Jardins d'hiver Jardin d'Eden - Galerie Alain Gutharc

jardins Du 7 février au 3 mars 2015 Cette exposition est une invitation à une promenade, d’image en image, dans un univers dont le fil conducteur est celui de la flore et des jardins. Read more..

Gyan Panchal - Galerie Marcelle Alix

gyanpanchal Du 5 février au 4 avril 2015 Les sculptures de Gyan Panchal sont pour la plupart réalisées à partir de matériaux industriels, de construction, d’isolation, de matériaux pour maquette d’architecture, ou encore de rebut. Read more..