0 Shares 9 Views

Alexander Calder. Les années parisiennes, 1926-1933 – Centre Pompidou

Centre Pompidou

L’exposition Calder, les années parisiennes, 1926-1933 illustre la période durant laquelle Calder découvre son vocabulaire artistique personnel. Quand il arrive à Paris en 1926, à l’âge de 27 ans, il est peintre, illustrateur. Au moment de son retour aux États-Unis en 1933, il est devenu une figure emblématique du « drawing in space », l’un des plus grands sculpteurs du XXe siècle. La venue à Paris du Cirque de Calder, qui n’avait pas quitté New York depuis la mort de l’artiste, constitue un évènement exceptionnel, au cœur de l’exposition.

Artiste transatlantique, partageant depuis 1953 sa vie entre son pays natal, les États-Unis, et sa terre d’adoption, la France, Alexander Calder (1898-1976) est bien connu dans notre pays grâce à ses grands mobiles et stabiles de métal peint qui dressent leurs antennes colorées dans les villes (La Spirale à l’Unesco à Paris, 1958) et les parcs de sculptures (Reims Croix du Sud à Villeneuve-d’Ascq, 1969).

Combinant monumentalité et légèreté, ludisme et abstraction, ces totems géants sont devenus, pour le plus grand nombre, des symboles de l’art moderne.

Au-delà de la présentation de pièces exceptionnelles, l’exposition donnera à voir la dynamique des œuvres que le concepteur des mobiles élaborait selon une esthétique du mouvement et de l’équilibre et que la fragilité des mécanismes comme la disparition de leur créateur condamnent à l’immobilité. Ainsi, les œuvres seront-elles confrontées à des films comme celui de Jean Painlevé, ou à des photographies comme celles de Brassaï qui les représentent actionnées par Calder lui-même.

Petits animaux tordus dans le métal, illustrations de presse pleines d’ironie ou jouets éclatants de couleurs et d’ingéniosité : les premières œuvres du jeune Calder donnent d’entrée de jeu les clefs d’un art de bricoleur génial, de magicien transcendant avec humour des matériaux de fortune animés par des mécanismes rudimentaires pour en faire des sculptures à part entière. Ces assemblages d’objets de récupération, tenus par du fil de fer, sont à l’origine de son premier chef-d’œuvre, Le Cirque, réalisé entre 1926 et 1931 à Paris. Au même moment, la Galerie des enfants propose une exposition–atelier conçue pour le jeune public, « Quel Cirque ! Une exposition autour de Calder ».

Hélène Martinez

Alexander Calder. Les années parisiennes, 1926-1933

Du 18 mars au 20 juillet 2009
Tous les jours, sauf le mardi, de 11h à 21h et le 1er mai

Tarifs : 10 à 12 euros, selon période.
Tarif réduit : 8 à 9 euros valable le jour même pour le Musée national d’art moderne et l’ensemble des expositions.
Accès gratuit pour les adhérents du Centre Pompidou (porteurs du laissez-passer
annuel et les moins de 18 ans).

Centre Pompidou
Galerie 2, Niveau 6 / Galerie du musée, Niveau 4
Place Georges Pompidou
75004 Paris
M° Hôtel de Ville ou Rambuteau

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
52 vues
Art
52 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
66 vues
Spectacle
66 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]