0 Shares 91 Views

Exposition Fábulas Pánicas. – Alejandro Jodorowsky – Galerie Forêt Verte

24 août 2017
91 Vues
Exposition Fábulas Pánicas. - Alejandro Jodorowsky - Galerie Forêt Verte

Exposition Fábulas Pánicas.

Œuvres d’Alejandro Jodorowsky

Du 23 septembre au 21 octobre 2017

Du mardi au vendredi, de 11h à 19h
Samedi, de 13h30 à 19h

Vernissage le 22 septembre 2017 à 18h30 en présence d’Alejandro Jodorowsky

Entrée libre

Galerie Forêt Verte
19, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Pont Neuf

galerieforetverte.com

 

Du 23 septembre au 21 octobre 2017

Entre 1967 et 1973, furent publiées dans “El Heraldo de México” plus de trois cents Fábulas Pánicas. Le premier recueil fut édité en 1977 au Mexique par Editorial Novaro. Et enfin ! la version française éditée par Actes Sud en septembre 2017.

Les Fábulas Pánicas doivent leur titre à l’anti- mouvement Panique (en hommage au dieu Pan, dieu débridé de la fertilité puis incarnation du Tout.) dont Jodorowsky fut avec Arrabal, Sternberg et Topor le co-fondateur. Il s’étaient rencontrés en 1960 à Paris, se réunissaient avec Olivier O. Olivier, Christian Zeimert et Abel Ogier, au café de La Paix du quartier de l’Opéra. Ils adoptèrent entre eux le nom de Burlesque. Puis, ils optèrent pour Panique en 1962, c’est ainsi que parurent Cinq récits paniques dans la revue La Brèche que dirigeait André Breton.

Complètement inédite en France, cette série de fables philosophiques constitue un journal intime créé pendant une période où le travail artistique de Jodorowski fut considéré comme subversif, dangereux et délétère.

Après avoir monté les pièces de Strindberg et Ionesco ou ses propres œuvres telle La ópera del orden, pièce panique par excellence, il suscita un énorme scandale pour avoir attaqué les institutions nationales. Il joua alors pour d’autres metteurs en scène, sous le pseudonyme de Martín Arenas.

Exposition_Fábulas_Pánicas._-_Alejandro_Jodorowsky_-_Galerie_Forêt_Verte_2Les Fábulas Pánicas ont été publiées en un seul volume pour la première fois en 2003, par l’éditeur Daniel González Dueñas pour les éditions Grijalbo / Random House Mondadori à Mexico.

Initialement, les Fábulas Pánicas avaient été proposées en feuilleton, grâce à l’intervention amicale de Luis Spota, dans le supplément culturel du dimanche du journal El Heraldo de México, de 1967 à 1973.

Au début des années 1960, Alejandro Jodorowsky, après un séjour en France, se retrouve à Mexico qui vit une période de censure brutale pour les avant-gardes, notamment dans le théâtre.

C’est pourtant dans ce contexte de difficultés créatives et politiques que les Fábulas Pánicas virent le jour ou plutôt la nuit : après l’heure des représentations et jusqu’à quatre heures du matin, sur un coin de table du Cabaret la Vendimia, entre le maquillage, les plats du dîner, les divers accessoires tels que de faux seins en caoutchouc et autres éventails à plumes, Jodorowsky dessine sa première fable. Armé d’un crayon et d’une gomme, il mit lentement une semaine pour la réaliser. Suivirent alors de nombreuses planches inspirées par la littérature Kafkaïenne, représentant des anti-héros trempés dans l’humeur névrotique de leur créateur, dixit l’auteur lui-même.

Mais, très vite l’enseignement Zen – dû à sa rencontre avec Ejo Takata, moine Zen dont il fut le disciple – releva la température spirituelle des fables. Les thèmes initiatiques et la symbolique sacrée intégrèrent peu à peu les « historiettes ».

Un syncrétisme salvateur initié avec les Fábulas Pánicas qui nourrira les réalisations et scénari ultérieurs.

Exposition Fábulas Pánicas. - Alejandro Jodorowsky - Galerie Forêt Verte3En effet, dans la même période où il conçut les Fábulas Pánicas, Jodorowsky crée sa boîte de production poursuivant ainsi la philosophie créatrice panique et réalise son premier long métrage Fando et Lis en 1967 à Mexico. Il s’agit d’une adaptation libre de la pièce d’Arrabal, qu’il avait monté au théâtre peu auparavant. Un tournage quasi improvisé dans des décombres et des terrains vagues. Décrit comme une pépite, ce film en noir & blanc, poétique et surréaliste est influencé par les thèmes d’un cinéma de genre mélant séxualité, croyances, corruption, violence à un ésotérisme singulier. Le film fera scandale lors de sa projection en 1968 au Festival d’Acapulco.

Suivra El Topo, en 1970, version mystique déjantée et détournée du western spaghetti. Il publiera la suite dans la BD Les Fils d’El Topo.

En 1973, il réalise La Montagne sacrée, vision psychédélique et transgressive autant qu’élaborée de la recherche de l’immortalité.

L’élan donné par ses deux premiers film le conduit à développer à partir de 1974 un projet devenu mythique, l’adaptation de Dune, dont le documentaire de Frank Pavich Jodorowsky’s Dune, restitue toute l’ampleur. Michel Seydoux qui avait distribué en France El Topo et La Montagne sacrée, fut de la partie.

A découvrir sur Artistik Rezo :
– Vernissages – Paris – Septembre 2017

[Source texte et visuel : © Galerie Forêt Verte // Visuel 1 : fábulas pánicas, 9 juin 1968 © Alejandro Jodorowsky // Visuel 2 : fábulas pánicas 10 décembre 1967 © Alejandro Jodorowsky // Visuel 3 : fábulas pánicas 9 juin 1968 © Alejandro Jodorowsky ]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
134 vues
Spectacle
134 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
225 vues
Art
225 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
190 vues
Spectacle
190 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]