0 Shares 2 Views

Exposition : L’Ecole de la liberté, être artiste à Paris 1648 – 1817

2 décembre 2009
2 Vues
9782840563150FS

 

Scandales en tout genre
Rien de plus français et parisien que de violer toutes les consignes officielles, au nom du talent. Contre ses règlements, l’Académie accueille des protestants, des femmes, généralement scandaleuses : Marianne Collot, bru, maîtresse et portraitiste du sculpteur Falconet, reçoit même une consécration internationale. Contre leur propre doctrine qui impose la représentation du seul corps masculin nu, les artistes dessinent, sculptent ou peignent, outre des femmes, des natures mortes, des paysages, des fantaisies même, comme les fausses ruines de Hubert Robert ou les fêtes de Watteau…. S’il faut peindre le roi, on le ridiculise en l’assimilant à Hercule, le balourd de l’antiquité ; et on aborde les thèmes politiquement incorrects, déjà républicains, bien avant la chute de la royauté. Les oeuvres libertines, présentées dans les Salons, ont l’honneur d’être condamnées par l’archevêché, défendues ou éreintées par Diderot et finalement répandues par la gravure.

 

Être artiste et libre
À travers le portrait et l’autoportrait, l’artiste joue la provocation, se montre en débraillé, comme Hubert Robert. Rigaud est capable de dénoncer la morgue des grands ou d’évoquer le souvenir de sa mère morte.
Les professeurs accordent sans préjugés leur prix (le fameux prix de Rome) à des élèves de toute origine, y compris à un fils de concierge, comme Houdon, ou à des fils d’esclaves. La Révolution, qui donna le Prix de Rome au jeune Ingres, apportait à ces jeunes idéalistes une autorité nouvelle, que Louis David incarna dans les arts.

David, produit typique de l’Académie dite royale, vote la mort du roi et soutient la suppression de l’Académie. Ici commence le paradoxe : sitôt que l’artiste-citoyen fut reconnu par la Nation, il fut pris par le goût du pouvoir. Il n’est pas simple de rester à sa place dansl’École de la liberté.

 

Les Beaux-arts de Paris présentent du 24 octobre 2009 au 10 janvier 2010 dans les galeries d’exposition du quai Malaquais plus de deux cents oeuvres issues de leurs collections traitant de ce thème universel qu’est la liberté de l’artiste.

 

 

L’Ecole de la liberté, être artiste à Paris 1648 – 1817

Exposition du samedi 24 octobre 2009 au dimanche 10 janvier 2010

Mardi/dimanche – 13h/19h

tarif d’entrée 6 €, tarif réduit 4 €

www.beauxartsparis.fr

 

Beaux-arts de Paris, l’école nationale supérieure

Galeries d’exposition

13 quai Malaquais – 75006 Paris

Métro : Saint-Germain-des-Prés

 

 

 

 

Articles liés

Claquettes Jazz
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Claquettes Jazz

Claquettiste de renommée internationale, Fabien Ruiz est le coach et chorégraphe du film aux 5 Oscars « The Artist ». Fabien Ruiz est l’un des très rares claquettistes au monde à être considéré comme un véritable instrumentiste. Sa musicalité et son sens de l’improvisation lui ont permis d’être invité aux côtés de musiciens prestigieux tels que Yehudi […]

Cantate pour Lou Von Salomé
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Cantate pour Lou Von Salomé

Écrivain et première femme psychanalyste : Lou suscita les passions. Nietzsche, Paul Rée, Frida Von Bulow et R M Rilke… 15 personnages renaissent ! Tout en elle était exceptionnel : beauté, intelligence, amour de la vie. L’attraction qu’elle exerçait, révélait les êtres à eux-mêmes et suscitait les passions : Nietzsche, Paul Rée, Frida von Bulow… […]

El Baile : Buenos Aires, sans fard
Spectacle
142 vues
Spectacle
142 vues

El Baile : Buenos Aires, sans fard

A Chaillot, une plongée dans l’histoire récente de l’Argentine, dans un social club très authentique. Sur une collection de musiques des années 1970 à aujourd’hui on danse, on se dispute, on se séduit. On a peur, on se passionne, et on danse encore. Dehors, les bouleversements de l’histoire : La dictature, la crise économique, le foot, […]