0 Shares 25 Views

Exposition « Moments Reflected » – Oyvind Hjelmen

10494596 923223884359979 853803866347696742 n

Exposition « Moments Reflected » – Oyvind Hjelmen

Œuvres de Oyvind Hjelmen

Du 3 au 22 juillet 2017

Vernissage le mercredi 5 juillet à partir de 19h

Du 3 au 10 juillet de 14h à 18h
Jusqu’au 22 juillet, horaires libres sur rendez-vous

Entrée libre

Galerie Joseph Antonin 
40 rue Emile Barrère
13200 Arles 

www.galeriejosephantoninarles.blogspot.fr
FB-galeriejosephantonin

Du 3 au 22 juillet 2017

La Galerie Joseph Antonin est heureuse de présenter dans le cadre des Rencontres OFF 2017 le travail sensible et poétique d’Oyvind Hjelmen.


De facture à la fois contemporaine et classique, la série « Moments Reflected » nous entraine dans une exploration de l’intime et du temps, à mi-chemin de la solennité du grand Nord et de la mélancolie asiatique. 

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté » écrivait Baudelaire à propos des paradis artificiels. 

Il y a dans cette série D’Oyvind Hjelmen une douceur extrême, un mélange de grâce et d’infinie quiétude, comme si le regard du photographe avait enregistré la puissance et la fragilité des sentiments, la teneur et la vivacité des impressions, l’impact et la trace de l’émoi, sans négliger cette part d’ineffable et de fraîcheur qui fait perdurer l’émotion à la surface, nous plongeant dans l’état de sidération et d’apaisement que procure l’hypnose, le détachement de l’instant présent. 

Dans les « moments réfléchis », dans les méditations visuelles du photographe norvégien, le temps devient une enveloppe profonde et courbe, élastique et vibrante telle une écorce épaisse qui recouvrirait tout à coup les êtres et les choses sous une cloche de silence. 

Un silence aussi intense et palpable que le bruit de la neige qui tombe lentement et recouvre la nature de blanc ou la pluie qui s’amoncelle sur la vitre jusqu’à la rendre noire. 

Une forme de douceur, ici, relie les choses et les connecte à une double origine, intacte, à une nature première et secrète.
Une lanterne magique éclaire cet espace dédié à la mémoire, à la primauté de la vision. 

Un lien souterrain traverse ce « cinéma muet » comme le ferait une membrane de protection qui aurait pour but d’envelopper le réel et d’en faire une dense parenthèse, une bulle en équilibre hors du temps. 

Cette atemporalité optique désigne un lieu qui n’est pas n’importe lequel – l’intérieur, l’intime de l’être- et rend compte de l’énigme des signes, de l’attente en creux de tout désir, de l’opacité pulsatile de tout mystère.
Un trouble persistant opère devant ces photographies en noir et blanc qui délimitent un champ traversant et clos, flottant à la lisière du songe et du voyage imaginaire.
Dans cet espace de création obsessionnel dédié à l’intime, un kaléidoscope d’images se déploie comme au travers de la lentille d’un œilleton, créant une passerelle entre l’œil et l’esprit, entre le visible et la réalité enfouie.

[Sources : © communiqué de presse]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
205 vues
Art
205 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]