0 Shares 81 Views

Exposition Morgane Tschiember L’HEURE ROSE au CAC La Traverse

27 septembre 2017
81 Vues
heure rose - la traverse
Exposition Morgane Tschiember L’HEURE ROSE au CAC La Traverse

Du 28 septembre au 18 novembre 2017

Vernissage le 28 septembre de 18h à 22h

Entrée libre et gratuite aux expositions

La Traverse
9 Rue Traversière,
94140 Alfortville
RER – Gare de Maisons Alfort Alfortville

cac-latraverse.com

Du 28 septembre au 18 novembre 2017

Une promenade c’est un temps et un regard…
Bettie Nin – L’exposition « l’heure rose – il m’a suffi de naître pour te perdre un peu moins » est comme une promenade lyrique et plastique d’où surgissent des questions et des réponses sur le Temps. D’où vous est venue cette envie d’explorer le Temps ?

Morgane Tschiember – D’un sentiment très étrange et très intéressant que j’ai éprouvé dernièrement, dans une maison où il y avait des horloges avec des heures différentes, dans chacune des pièces, et que je me suis alors demandée ce qu’était le Temps…

J’ai tout de suite réalisé que notre regard et notre perception du Temps changent sans cesse de siècles en siècles et d’années en années. Par exemple, quand il n’y avait pas d’électricité, c’était la longueur d’une bougie qui déterminait la longueur d’un acte au Théâtre. Aujourd’hui on a gardé les entractes mais oublié qu’ils étaient liés à la longueur des bougies de l’époque. On fait donc des actes dont on a oublié la signification de départ.

Ensuite j’ai commencé à chercher autour de moi des éléments qui pouvaient m’indiquer une durée… Un jour, en allant au zoo avec ma fille… je me suis demandée si les serpents grandissaient toute leur vie. Et effectivement plus le serpent est long, plus il est âgé. La peau d’un serpent indique donc une durée.
Il est surprenant de voir sur leur peau un motif qui se répète mais qui perd au fur et à mesure une information. Cela me fait penser aussi à un dessin, une écriture  proche de celle d’un« sismographe » qui ne renverrait pas au mouvement de la terre mais à celui du temps, à moins que les deux soient liées. Dans l’exposition il y a des horloges différentes dans chaque salle.

Morgane Tschiember, née en 1976, est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Paris. Ses œuvres, représentées par la galerie Loevenbruck (Paris), la Carpenters Workshop Gallery (Londres, Paris, New York) et la Galerie Rolando Anselmi (Rome et Berlin), sont présentes dans de multiples collections publiques et privées. Plusieurs documentaires sont dédiés à son travail, comme L’art et la manière (Arte), Courant d’art (France 2), l’atelier A (Arte), Un réalisateur un artiste et Metropolis(Arte).

[Source texte : communiqué presse]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
122 vues
Spectacle
122 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
200 vues
Art
200 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
170 vues
Spectacle
170 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]