0 Shares 17 Views

Réécrire 4 – Little K & Doriane Souilhol – Barbershop

expo_little_k

Little K, Bling Bling & Chilin 

À l’aide d’une scénographie à taille humaine, Little K présente au Barbershop à la fois une installation de ses sculptures en pâte « Chilin », ses objets en carton « Bling Bling » mais aussi les photographies de leur mise en situation dans la vie quotidienne et dans la ville.

La série des « Bling Bling » naît de son envie de déguiser les enfants avec qui il travaille. Il veut les amuser et créer un univers royal, imposant et décalé. Fabriqués en carton, colliers, couronnes, casquettes et baskets ont un air enfantin.

Little_k_2emeLes codes ostentatoires des rappeurs américains qui s’exposent et se revendiquent sont repris à la dérision par Little K. Il réalise des objets en or avec du carton jetable. Ce décalage de matériaux exprime la futilité du mouvement « Bling Bling ».

Avec les « Chilin », de l’expérience des espaces qu’il côtoie, Little K module avec de la pâte des personnages aux couleurs vives. Ceux-ci ont les attitudes, les postures souvent non-chalantes des jeunes de la rue, des skateurs des cités. Des capuches les recouvrent comme de petits lutins.

Les sculptures sont ensuite placées et collées dans de nombreuses villes comme pour exprimer leur présence passée, réaffirmer leur identité. Une carte géographique retrace les lieux dans lesquelles sont installées ces oeuvres in situ.

Doriane Souilhol, femmes à barbe doriane

Dans la lignée de son travail sur le corps et le questionnement des codes de représentation, Doriane Souilhol présente au Barbershop un corpus d’œuvres installées in situ « femmes à barbe ».

Imaginée en référence au nom du lieu, cette création transpose la barbe, signe identitaire masculin, chez la femme et s’attaque ainsi à l’évocation des poils féminins dans l’inconscient collectif.

L’artiste propose une relecture abstraite et humoristique du mythe « Vagina dentata » où le sexe de l’homme serait avalé par les organes génitaux féminins. Dans son travail en général, elle aime s’attaquer à ce qui se matérialise difficilement. Le vagin se voit peu, il est interne et caché par les poils et est source de multiples rêveries et représentations. Avec des matériaux simples, papier, textile, laine, elle réinvestit cet imaginaire et donne sa vision personnelle par des formes ambiguës à la fois barbes et oisons où se confondent féminité et masculinité.

L’installation centrale, Piège à con, oppose un papier peint au motif de bouches de femme placées verticalement évoquant ainsi les lèvres de la vulve, sensuelles et attirantes, avec des pièges à loup suspendus, effrayants et dangereux. « Con » rappelle ici le nom donné au sexe de la femme qui a encore aujourd’hui un sens péjoratif. Doriane Souilhol se joue ainsi de la notion de «sexe faible» avec dérision et nous invite à réfléchir sur ses conséquences dans notre imaginaire.

Réécrire 4 – Installations – Little K & Doriane Souilhol

Vernissage jeudi 24 mars (19h-2h) + DJ set Thin.King


Barbershop

68, avenue de la République
75011 Paris
M° Saint Maur

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
138 vues
Spectacle
138 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
229 vues
Art
229 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
194 vues
Spectacle
194 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]