0 Shares 12 Views

Faim, Le Petit Poucet – A la Manufacture des Abbesses

Faim-Le Petit Poucet – a la Manufacture des Abbesses

Faim, Le Petit Poucet

Mise en scène de Marie Ballet

Avec Marion Amiaud et Sarah Gautréet

Spectacle jeune public à partir de 7 ans.

Du 5 avril au 12 juillet 2014

Le mercredi à 14h et le samedi à 15h
Les jeudis et vendredis des vacances scolaires à 15h

Pour plus d’informations par tel. 01.42.33.42.03

Reservations en ligne ici

La Manufacture des Abbesses
7, rue Véron
75018 Paris
M°Abbesses

www.manufacturedesabbesses.com

Du 5 avril au 12 juillet 2014

Le Petit Poucet, c’est l’histoire des petits cailloux dans la forêt. C’est l’histoire de l’ogre qui mange les enfants. C’est l’histoire de sept enfants abandonnés dans la forêt par leurs parents… Spectacle jeune public à partir de 7 ans!

Ce conte, qui appartient à la tradition orale avant d’être retranscrit par Charles Perrault, Sylvie Nève nous le transmet à nouveau, dans une langue qui utilise autant les ressources du conte que le pouvoir poétique des mots.

Note d’intention

Ce qui m’intéresse ici, c’est la rencontre du merveilleux avec l’ici et maintenant du plateau. Dans le conte, on joue à faire comme si. Ça ne se passe pas ici et maintenant, mais dans un ailleurs qui seul permet le déploiement du conte, le « il était une fois ». Sur le plateau –du moins tel que je l’entends- c’est la présence véritable, charnelle et parlée de l’acteur, qui compte. On est à chaque instant au présent, pas d’ailleurs, pas d’échappatoire, pas d’avant ni d’après au moment où une chose est énoncée.

C’est cette rencontre qui m’intéresse. D’un côté la langue poétique et lapidaire de Sylvie Nève. De l’autre deux comédiennes avec un corps, une langue, une présence concrète. Il s’agira d’étirer au maximum ces deux propositions, le merveilleux d’un côté, le concret de l’autre et de mettre à jour les décalages ou les points d’achoppement nés de cette rencontre.

Quand il n’y a plus rien il y a encore la poésie.

Faim, Le Petit Poucet – A la Manufacture des Abbesses L’originalité de cette version du Petit Poucet tient à la langue de Sylvie Nève, une langue poétique qui utilise à plein la puissance évocatrice des mots. Pour commencer, il faudra s’approprier cette langue, la mâcher, la respirer, en faire ressortir les sons, les couleurs, les odeurs. Travail d’articulation, de projection,
de diction, de profération. Des mots naîtront des images et des personnages. Mais les mots seront eux-mêmes les partenaires des comédiennes qui devront mordre les mots comme on mord dans un morceau de pain et les scander, les égrener, comme autant de petits cailloux.

Le conte du Petit Poucet

Ce qui me touche dans le conte du petit Poucet c’est cette histoire du plus petit, qui parvient à triompher de la faim et de la mort. Comment représenter le petit Poucet ? Comment en faire naître des images ici et maintenant, devant et avec les spectateurs ? C’est de cela dont il sera question tout au long du spectacle. Qui est le petit Poucet ? demandent les deux comédiennes, en essayant tour à tour de le
représenter, tantôt en l’incarnant, tantôt en le racontant. Notre travail consistera à trouver les décalages nécessaires pour ne pas être dans une illustration ou une reconstitution du conte.

Un Petit Poucet aujourd’hui

Nous sommes aujourd’hui submergés par les écrans –ordinateurs, télévisions, Smartphones- qui diffusent des messages, des informations et des réponses toutes faites. Il nous semble plus que nécessaire de retrouver la trace de nos imaginaires, de redonner à chacun le pouvoir d’inventer, de rêver et de poser des questions.

Notre Petit Poucet va dans le sens de cette nécessité. Il ne s’agit pas de donner une énième version du conte, de prendre un parti ou un axe de lecture, mais d’offrir aux spectateurs la possibilité de s’interroger à nouveau. Le texte poétique de Sylvie Nève va également dans ce sens. Tout en suivant fidèlement le conte de Charles Perrault, il ouvre les portes de l’imaginaire par une écriture toute en jeux
de mots et association d’images.

Notre travail consistera à ouvrir le plus possible les possibilités de ce texte, à interroger l’histoire du Petit Poucet sans jamais donner de réponse et à offrir aux spectateurs, selon l’expression de Bruno Bettelheim, un « miroir magique ». A chacun ensuite, à la fois en plongeant dans ses souvenirs d’enfant et en laissant faire son imaginaire, de reconstituer son propre conte.

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
138 vues
Spectacle
138 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
229 vues
Art
229 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
194 vues
Spectacle
194 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]