0 Shares 281 Views

Festival Daufunk – L’Oreille de Dauphine

17 janvier 2018
281 Vues

Cette année, le Daufunk festival fêtera sa 10ème édition. Il attire chaque année près de 1000 festivaliers, au sein même de l’Université Paris-Dauphine, ce qui en fait l’un des festivals les plus atypiques de Paris.

Organisé par L’Oreille de Dauphine, association culturelle et musicale de l’Université Paris-Dauphine, le Daufunk a pour but de permettre à un large public d’assister à des concerts de qualité pour des prix très abordables, tout en élargissant le répertoire culturel de chacun.

L’enjeu est également d’apporter de l’aide à ceux dans le besoin, les bénéfices étant intégralement reversés à une association caritative, Mission Enfance cette année.
Pour cette 10ème édition, ce seront Courts, Lehmanns Brothers ainsi que Cotonete qui répondront à l’appel.

Trois groupes talentueux qui déchaîneront le plus grand amphithéâtre de l’Université, où se déroulera l’évènement le samedi 10 février entre 18h30 et 00h.

Courts

Tout droit venu de Londres, ce jeune groupe développe sa musique à travers des influences diverses. Mélangeant le funk, le hip-hop, le disco ou encore l’indie rock, Courts est remarqué comme le groupe anglais montant du moment. Courts signe chez Kitsuné Music un premier EP « Back Of the Mind » (sorti en juin 2017) aussi solaire qu’énergique, s’inscrivant dans la nouvelle vague indie anglaise. Après de nombreux lives en Angleterre, les 5 membres de Courts préparent de nombreuses surprises pour 2018 avec notamment une nouvelle date devant le public parisien.
TSUGI – 16/06/17 « Nouveau nom à suivre : les Anglais de Courts signent leur premier EP sur Kitsuné »
JACK – 29/05/17 « Le son Kitsuné du jour : « True Say » de Courts »
LES INROCKS – 15/06/17 « “Back Of The Mind”, le premier EP solaire de Courts »


Lehmanns Brothers 

Les Lehmanns Brothers, c’est avant tout une bande de potes, à l’allure de 90’s kids, plus intéressée par la soul et la funk que la finance. Eux ne connaissent pas la crise, et tournent partout en France.
Remarqués dès leurs premiers pas après avoir partagé des scènes avec des figures emblématiques telles que Maceo Parker, Fred Wesley ou encore le Wu-Tang Clan, les Lehmanns Brothers ont sillonné la France jusqu’à en passer les frontières lors du Montreux Jazz Festival. Réveillant les mélodies jazzy et la funk des années 70, à grands renforts d’ échos hip-hop et nu-soul, un mélange d’époques et de styles, le groupe donne toujours lieu à une explosion de couleurs vives et de rythmes endiablés ! Au gré de l’évasion dansante, signature de chacun de leurs concerts, parallèlement à la densité de leur première sortie et aux émotions diverses qu’elle procure, il est difficile de ne pas être conquis.

Cotonete

Début des années 2000, c’est des claviers de Florian Pellissier et du sax de Frank Chatona que sort alors l’idée de mettre en ordre de marche un groupe dévoué au jazz-funk bouillonnant et élégant des 70’s qui inclurait dans ses partitions, nonchalance et percussions envoyées depuis le Brésil. Renforcé au fil des rencontres par basse, batterie, guitare, trombone et trompette, Cotonete répand alors régulièrement son groove en public. Deux singles en collaboration avec Dimitri From Paris, intitulés « Parribean Disco » et « The Hustle Parisian » ajoutent une teinte disco house à leur répertoire.
Signés chez Heavenly Sweetness, ils ont sorti un excellent disque avec la délicieuse chanteuse brésilienne Simone Mazzer au printemps 2017.

A propos du festival

Les places se vendront 7€ en prévente à l’université (6€ pour les étudiants Erasmus), 9€ sur Internet (Digitick & Lydia) et 10€ sur place le soir de l’événement.

L’ensemble des bénéfices sera reversé à l’association caritative Mission Enfance.
C’est donc dans une ambiance solidaire et chaleureuse que les festivaliers pourront venir danser, qu’ils soient adeptes de funk ou simplement curieux de découvrir nos évènements.
A l’instar des éditions précédentes, le jeudi précédant le festival aura lieu une jam session dont l’entrée sera libre et gratuite pour les amateurs de découvertes musicales.

A propos de Mission Enfance

Chaque année, l’Oreille de Dauphone reverse l’intégralité de ses bénéfices à une association caritative.
Mission Enfance a été créée en 1991 pour “porter secours aux enfants en détresse dans le monde”. Son principal axe d’intervention est l’ éducation. Leur objectif est de créer ou de renforcer les systèmes scolaires locaux afin de rendre effective la scolarisation des enfants dans des régions difficiles.

[Source texte : Communiqué de presse]

Articles liés

MÉMO: Immersion dans la culture hip hop
Art
503 vues
Art
503 vues

MÉMO: Immersion dans la culture hip hop

Du 2 février au 31 mars 2018, la culture hip hop investit le Pavillon Baudouin à Paris. L’occasion de revenir sur ce mouvement qui fêtera bientôt ses cinquante ans. Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre de lieux dédiés à la culture urbaine (le 104, l’Aérosol, l’association Hip Hop citoyen, ou encore plus récemment le centre […]

Par nos chemins noirs – Cie Musique en perspective – Mairie du 3éme
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Par nos chemins noirs – Cie Musique en perspective – Mairie du 3éme

La compagnie “Musique en perspective” soutient la création d’évènements artistiques: concerts, opéras de chambre, spectcles muicaux qui relient la musique à d’autres formes d’art comme la littérature, la poésie, les arts plastiques, la vidéo. La compagnie existe depuis le début des années 1990 et a donné ses spectacles en région Île de france, Bretagne et […]

Trois Sacres – Théâtre du 13éme art
Agenda
80 vues
Agenda
80 vues

Trois Sacres – Théâtre du 13éme art

Vous la connaissez comédienne, découvrez-là danseuse. Pour ce spectacle, Bérénice Bejo s’associe au chorégraphe Sylvain Groud. À la faveur d’un renversement, le corps masculin est présenté au regard d’une femme. Trois Sacres éprouve les mécanismes d’attraction, donne la parole au désir féminin. Servi par la force d’un triptyque: la musique tellurique du Sacre du Printemps, […]