0 Shares 15 Views

Festival d’Avignon 2014 – Thomas Ostermeier – Le mariage de Maria Braun

affichefa2014_legere

Le mariage de Maria Braun

D’après Rainer Werner Fassbinder

Mise en scène de Thomas Ostermeier

Avec Thomas Bading, Robert Beyer,
Moritz Gottwald, Ursina Lardi et
Sebastian Schwarz

Du 23 au 27 juillet 2014 à 22h

De 30€ à 16€ la place

Réservez en ligne ici

Durée : 1h45

Cour du lycée Saint-Joseph
62 Rue des Lices 84000 Avignon

festival-avignon.com

Du 23 au 27 juillet 2014

D’après Rainer Werner Fassbinder. Durant la Seconde Guerre mondiale, Maria et Hermann se marient dans une mairie fraîchement bombardée. Le lendemain, Hermann doit retourner au front. La guerre finie, Maria qui attend son retour reçoit la nouvelle de sa mort. Parallèlement à sa découverte des règles du marché noir, Maria Braun apprend celles du commerce amoureux.

Serveuse dans un bar, elle entame une liaison avec Bill, un G.I. noir. Un soir qu’ils rentrent ensemble, Hermann les attend. Dans la confusion qui s’ensuit, Maria frappe Bill qui en meurt. Endossant le crime, Hermann se laisse mener en prison.

Après les grandes figures féminines des pièces d’Henrik Ibsen, Thomas Ostermeier trouve dans la Maria Braun de Fassbinder une autre victime des règles sociales et économiques. Cette fois, le cadre est l’Allemagne d’après-guerre, en pleine transition vers la République fédérale. S’attachant au scénario plus qu’à une reconstitution du film, Thomas Ostermeier met l’accent sur la chute de l’idéal de Maria Braun face à des egos souvent proportionnels aux portefeuilles. Il souligne cette opposition par une distribution contrastée : entourée d’hommes, Maria Braun est isolée dans sa féminité et ses aspirations à un monde meilleur. De la même façon que Fassbinder, Ostermeier décale l’histoire de cette jeune femme naïve devenant une marchande endurcie et enrichie : loin du conte moral sur un type de femme, il s’agit du portrait d’une personnalité hors norme, pourtant fatalement
déterminée par ce qui l’entoure.

Thomas Ostermeier

C’est lors de ses études à l’École supérieure d’Art dramatique Ernst Busch de Berlin que Thomas Ostermeier est remarqué par Manfred Karge, qui en fait son assistant. Comédien à Weimar et au Berliner Ensemble, il est engagé en tant qu’acteur sur le projet Faust d’Einar Schleef. Sa première mise en scène, Recherche Faust / Artaud, le signale comme un jeune espoir du théâtre germanique. Il devient très vite le directeur artistique de la Baracke, installée face au Deutsches Theater, qui révolutionne le paysage théâtral berlinois en révélant de jeunes auteurs et en renouvelant les formes de représentation.

En 1999, Thomas Ostermeier présente ses premiers spectacles au Festival  d’Avignon : Homme pour homme de Bertolt Brecht, Sous la ceinture de Richard Dresser et Shopping and Fucking de Mark Ravenhill. La même année, il devient directeur artistique de la Schaubühne am Lehninerplatz et alterne, avec la troupe de fidèles comédiens réunis autour de lui, mises en scène du répertoire et travail sur de nouvelles œuvres. Qu’ils soient classiques ou contemporains, les textes choisis par Thomas Ostermeier ont une commune capacité à interroger « les conflits existentiels de l’individu comme les conflits politiques, économiques et sociaux de notre temps ».

Artiste associé au Festival d’Avignon en 2004, il fut aussi présent à de nombreuses reprises avec La Mort de Danton en 2001, Anéantis en 2005, Hamlet de Shakespeare dans la Cour d’honneur en 2008, puis en 2012, pour adapter Un ennemi du peuple de Henrik Ibsen.

Rainer Werner Fassbinder

Né en 1945 et mort en 1982, Rainer Werner Fassbinder a réalisé de nombreux films, parfois adaptés de ses propres pièces de théâtre qu’il mettait en scène par ailleurs. Le Mariage de Maria Braun, tourné en 1978, est le premier volet de sa « Trilogie allemande », complétée par Lola, une femme allemande en 1981, puis par Le Secret de Veronika Voss qui obtient l’Ours d’or au festival de Berlin en 1982. L’œuvre entière de Fassbinder porte sur l’évolution des sociétés européennes après 1950, les nouveaux systèmes économiques et les rapports humains engendrés.

[Visuel: 68e édition du Festival d’Avignon – 2014 – couleur – © Alexandre Singh, image extraite de la série “Assembly Instructions, The Pledge (Simon Fujiwara)”, 2012 / création graphique © Studio Allez]

Articles liés

L’emmerdante – Théâtre Essaïon
Agenda
7 vues
Agenda
7 vues

L’emmerdante – Théâtre Essaïon

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons » écrivait Brassens. Telle est la devise de Mathilde. Mathilde est l’emmerdante. Elle se retrouve pour la 6ème fois à la PJ pour avoir manifesté et assumé un peu trop fort ses convictions. Louis est l’inspecteur qui va la mettre pour la 6ème fois […]

The Ride – Documentaire de Stéphanie Gillard
Agenda
11 vues
Agenda
11 vues

The Ride – Documentaire de Stéphanie Gillard

Chaque hiver, une troupe de cavaliers Sioux traverse les grandes plaines du Dakota pour commémorer le massacre de leurs ancêtres à Wounded Knee. Sur ces terres qui ne leurs appartiennent plus, les aînés tentent de transmettre aux plus jeunes leur culture, ou ce qu’il en reste. Un voyage dans le temps pour reconstruire une identité […]

Ni juge, ni soumise – Documentaire de Jean Libon et Yves Hinant
Agenda
10 vues
Agenda
10 vues

Ni juge, ni soumise – Documentaire de Jean Libon et Yves Hinant

Ni Juge ni soumise est le premier long-métrage StripTease, émission culte de la télévision belge. Pendant 3 ans les réalisateurs ont suivi à Bruxelles la juge Anne Gruwez au cours d’enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime. Ce n’est pas du cinéma, c’est pire. Retrouvez aussi notre dossier avec toutes les sorties ciné […]