0 Shares 62 Views

John Edward Heaton – Guatemala – Maison européenne de la photographie

2 juillet 2015
62 Vues
heaton

Guatemala

De John Edward Heaton

Du 9 septembre au 31 octobre 2015

Tarifs: entre 4.5€ et 8€

MEP
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris
M° Saint Paul

www.mep-fr.org 

Du 9 septembre au 31 octobre 2015

Photographe, artiste, entrepreneur culturel, voyageur passionné et anthropologue visuel, John Edward Heaton, né à Paris en 1951, vit entre le Guatemala, le Mexique, les États-Unis et Paris depuis plus de 35 ans. Il est exposé à la MEP du 9 septembre au 31 octobre 2015.

Ses archives comprennent plus de 100 000 images et 400 heures de films, relatifs à l’anthropologie visuelle, les coutumes, les traditions et l’architecture vernaculaire des peuples autochtones à travers le monde, mêlant également photographie de rue, clins d’œil insolites, paysages et lumière.

Cette exposition présente une quarantaine de prises de vue en noir et blanc – principalement des portraits – dans lesquelles John Edward Heaton rend hommage au Guatemala, son pays d’adoption : « Il y a peu d’endroits qui dégagent autant de beauté et de difformité, qui sont si pleins de vie et de mort, c’est de l’art !… paysages éblouissants, cultures ancestrales et contradictions éternelles : un réalisme magique. »

heaton2Passionné, profondément empreint « des soubresauts de l’histoire de cette terre, berceau de la civilisation Maya, du grondement de ces volcans, des crachements incandescents de leur lave, des brumes de l’aube qui se déchirent, de la canopée des forêts de brouillard, des pirogues qui glissent silencieusement sur le miroir de ruisseaux dans la pénombres de jungles primaires, et de la spiritualité des croyances Maya empreintes de nuages de Copal… », John Edward Heaton est aussi un écologiste culturel passionné d’architecture qui a acquis et restauré de nombreuses propriétés historiques coloniales au Guatemala.

Il s’occupe également depuis vingt-quatre ans de la conservation d’une parcelle de la forêt tropicale humide guatémaltèque, par le biais de sa réserve Rancho Corozal, sur les rives du Rio Tatin.

[source du texte et crédit visuel: communiqué de presse]

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
38 vues
Spectacle
38 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
18 vues
Agenda
18 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
19 vues
Agenda
19 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]