0 Shares 1710 Views

Les Fantômes de la rue Papillon – Théâtre du Gymnase

Agathe Louis 9 janvier 2018
1710 Vues
fantomes rue papillon theatre bruyere artistik rezo paris

Une comédie humaniste mettant en scène un jeune « rebeu » qui doit raconter la Shoah à un juif. De l’émotion, du rire, un plaidoyer contre l’antisémitisme et le racisme. Un hommage à la fraternité.

Le rideau s’ouvre sur un banc et son réverbère.
Sur le banc, Joseph, un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare…. le contrôle d’identité d’Haïssa, un jeune rebeu : «Tu descends de ta voiture et tu sors tes papiers !!!!!! », « Mais j’ai rien fait, M’sieur »… Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… Haïssa meurt sur le coup. On entend une porte s’ouvrir lourdement, Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph. La porte se referme magistralement. Ce sont deux fantômes !

Joseph va expliquer à Haïssa que « l’on devient fantôme juste devant l’endroit où l’on meurt ». Ainsi, tous deux se retrouvent isolés dans un espace virtuel, devant la rue Papillon à Paris. Joseph y a été tué le matin du 16 juillet 1942, jour maudit de la rafle du Vel d’Hiv. Haïssa vient d’y mourir ce 12 janvier 2017.

Tantôt riant, tantôt pleurant, nos deux fantômes font connaissance. Sur leur banc, ils voient la vie de la rue Papillon se dérouler devant eux. C’est de cet endroit qu’il y a soixante-quinze ans, Joseph a vu partir sa femme, ses enfants et tous les juifs du quartier dans des bus dont il ignore toujours la destination. Il n’aura de cesse d’interroger Haïssa sur la destinée de sa famille. Haïssa connaît l’holocauste, mais se tait pudiquement.

Chacun raconte ses difficultés : pour l’un, l’occupation ; pour l’autre, les brimades d’aujourd’hui. Ils en arrivent à la triste conclusion qu’ils ont été tués pour les mêmes raisons fondamentales. Raisons fondamentales qui se nourrissent de « la haine de l’autre».

Un matin, Joseph découvre la Shoah.

A travers l’abomination de ce crime de masse à caractère industriel, bureaucratique et systématique, l’un et l’autre prennent conscience des conséquences paroxystiques que peuvent entraîner l’antisémitisme, le racisme et toutes autres formes de stigmatisation ethnique ou religieuse.

Joseph et Haïssa éveillent nos consciences sur le monde d’hier, d’aujourd’hui et celui de demain…

[Source texte : communiqué de presse]

Articles liés

L’influence des maîtres japonais à l’honneur au musée des impressionnismes Giverny
Art
430 vues
Art
430 vues

L’influence des maîtres japonais à l’honneur au musée des impressionnismes Giverny

Du 30 mars au 15 juillet 2018, une centaine d’estampes et de tableaux sont à découvrir au sein de l’exposition « Japonismes / Impressionnismes ».  Cette riche exposition rassemble les œuvres de Bonnard, Caillebotte, Degas, Denis, Gauguin, Hiroshige, Hokusai, Yoshimura, etc., issues des collections de nombreux musées et particuliers du monde entier.   Un nouveau monde pour une nouvelle esthétique  À travers ces chefs-d’œuvres, le visiteur […]

Sorties ciné – Mars 2018
Cinéma
219 vues
Cinéma
219 vues

Sorties ciné – Mars 2018

Quels sont les films qui sortent en Mars dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l’affiche ! Des films pour se faire plaisir, se détendre, passer un bon moment entre amis ou en amoureux … Mercredi 7 Eva avec Isabelle Huppert, Gaspard Ulliel, Julia Roy – Drame Mme Mills, une voisine […]

Hollie Cook – concert le 21 février – Pan Piper
Agenda
116 vues
Agenda
116 vues

Hollie Cook – concert le 21 février – Pan Piper

“Hollie Cook mitonne un reggae pop et nostalgique… Une des rares chanteuses à défendre un reggae en dehors des chapelles.”  – FRANCE INTER La princesse de la pop tropicale pourrait bien se voir attribuer le statut de reine en 2018. Déjà assimilée à des pointures du reggae telles que Janet Kay et Phyllis Dillon, mais aussi […]