0 Shares 19 Views

Les Fantômes de la Rue Papillon – Théâtre du Gymnase

16 février 2017
19 Vues
Les fantome de la rue papillon

Les Fantômes de la Rue Papillon

Mise en scène par Dominique Coubes

Avec Michel Jonasz et Samy Seghir

Jusqu’au 30 avril 2017

Du mardi au samedi à 20h
Le dimanche à 18h

Tarifs : de 16€ à 55€

Réservation en ligne ou par tél. au 01 42 46 79 79

Théâtre du Gymnase
38 Boulevard de Bonne Nouvelle
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle

www.theatredugymnase.com

Jusqu’au 30 avril 2017

Une comédie humaniste mettant en scène un jeune « rebeu » qui doit raconter la Shoah à un juif. De l’émotion, du rire, un plaidoyer contre l’antisémitisme et le racisme. Un hommage à la fraternité.

Notes du metteur en scène Dominique Coubes

Le rideau s’ouvre sur un banc et son réverbère.
Sur le banc, Joseph, un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare…. le contrôle d’identité d’Haïssa, un jeune rebeu : «Tu descends de ta voi- ture et tu sors tes papiers !!!!!! », « Mais j’ai rien fait, M’sieur »… Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… Haïssa meurt sur le coup. On entend une porte s’ouvrir lourdement, Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph. La porte se referme magistralement. Ce sont deux fantômes !

Joseph va expliquer à Haïssa que « l’on devient fantôme juste devant l’endroit où l’on meurt ». Ainsi, tous deux se retrouvent isolés dans un espace virtuel, devant la rue Papillon à Paris. Joseph y a été tué le matin du 16 juillet 1942, jour maudit de la rafle du Vel d’Hiv. Haïssa vient d’y mourir ce 12 janvier 2017.

papillon1Tantôt riant, tantôt pleurant, nos deux fantômes font connaissance. Sur leur banc, ils voient la vie de la rue Papillon se dérouler devant eux. C’est de cet endroit qu’il y a soixante-quinze ans, Joseph a vu partir sa femme, ses enfants et tous les juifs du quartier dans des bus dont il ignore toujours la destination. Il n’aura de cesse d’interroger Haïssa sur la destinée de sa famille. Haïssa connaît l’holocauste, mais se tait pudiquement.

Chacun raconte ses difficultés : pour l’un, l’occupation ; pour l’autre, les brimades d’aujourd’hui. Ils en arrivent à la triste conclusion qu’ils ont été tués pour les mêmes raisons fondamentales. Raisons fondamentales qui se nourrissent de « la haine de l’autre ».

Un matin, Joseph découvre la Shoah.

A travers l’abomination de ce crime de masse à caractère industriel, bureaucratique et systématique, l’un et l’autre prennent conscience des conséquences paroxystiques que peuvent entraîner l’antisémitisme, le racisme et toutes autres formes de stigmatisation ethnique ou religieuse.

Joseph et Haïssa éveillent nos consciences sur le monde d’hier, d’aujourd’hui et celui de demain…

[Source texte : communiqué de presse]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
109 vues
Spectacle
109 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
173 vues
Art
173 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
144 vues
Spectacle
144 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]