0 Shares 351 Views

L’intime et le Monde – Centre Wallonie-Bruxelles à Paris

Agathe Louis 18 décembre 2017
351 Vues

L’Intime & Le Monde met en lumière une sélection d’oeuvres de trois plasticiens contemporains bruxellois : une installatrice, Marianne Berenhaut, et deux peintres, Sarah Kaliski et Arié Mandelbaum.

Par-delà leurs singularités, ils partagent des traits communs manifestes dans leur rapport au monde, leur imaginaire, leur biographie et leur quête respective. Ils jouent tous trois des incessants allers- retours de l’intime des corps souffrants et désirants aux horreurs infligées par l’Histoire. Ces trois artistes ne font pas école. Ils ne constituent pas une communauté esthétique mais un destin commun et la mémoire revisitée – la génération des enfants juifs bruxellois ayant survécu à l’extermination – les unissent et contraignent chacun à rendre visible, à actualiser un temps commun fondateur de leur parcours de vie et de création. Chacun nous parle à sa manière d’un monde qu’ils partagent.

Les Artistes

Marianne Berenhaut (née à Bruxelles en 1934) met en scène des objets du quotidien. En chinant et en récupérant ce qui l’inspire, elle anoblit les déchets du monde. Elle dispose rigoureusement ses trouvailles et fait récit de leur réassemblage, oscillant entre tragique et humour. Ses installations disent l’absence, le sans retour et la vaine attente mais aussi l’enfance et la gémellité.

Une fougue et une énergie irrépressibles animent Sarah Kaliski (Bruxelles 1941 – Paris 2010), peintre, dessinatrice et écrivaine. Tout support convient à ses passions : les pelures séchées d’avocat en passant par les sous-verres en carton, les bâches aux dimensions surhumaines et le noble papier de soie. Elle n’a de cesse d’aller de sagas amoureuses en destins tragiques d’enfants et de familles détruits, exterminés. Rien n’arrête Sarah, sinon la mort venue trop tôt.

Dans les tableaux d’Arié Mandelbaum (né à Bruxelles en 1939), portraits et scènes de l’Histoire épurés surgissent du blanc, y retournent, en reviennent. Les vibrations du temps sont infinies. Elles ont la présence insaisissable des spectres mouvants. Corps sans corps, volumes en lévitation, le peintre convoque la mémoire. C’est littéralement par le blanc aveugle des yeux que le monde et l’intime s’échangent.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
123 vues
Spectacle
123 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]