0 Shares 158 Views

Première grande rétrospective en France de Shepard Fairey

Solène Chaillat 3 janvier 2018
158 Vues
retrospective shepard fairey obey street art janvier artistikrezo paris

Il est l’un des plus grands noms du street art mondial. Shepard Fairey, alias OBEY, célèbre artiste américain, connu notamment pour l’affiche «HOPE» représentant Barack Obama, sera mis à l’honneur lors d’une exposition remarquable au Domaine départemental pierresives. Cette exposition pensée comme une rétrospective revient sur les 28 dernières années de production de l’artiste.

À une époque où le travail digital n’existait pas, ou personne n’a encore jamais entendu parler de vectorisation dans le monde du graphisme, Shepard Fairey fabrique avec dix ans d’avance la première icône du monde du street art avec la tête d’Andre The Giant. Une quête sans fin commence alors, durant laquelle l’artiste emmagasine idées, détails et modèles qu’il va s’employer à détourner, transformer et compiler de manière à toujours faire passer le message recherché.

Au fil de sa carrière, de ses voyages, de ses projets, les sources d’inspiration de l’artiste vont changer, mais force est de reconnaître que celui-ci a réussi en à peine 30 ans à faire émerger une signature graphique qui lui est propre. Et même sans ces symboles que sont le visage d’André ou les mots OBEY et GIANT, le style Shepard Fairey est bien reconnaissable et fait de lui l’un des plus grands artistes street art de ce 21ème siècle.

L’exposition « Obey, l’art propagande de Shepard Fairey » est conduite sous le commissariat artistique de Jérôme Catz, figure incontestable du street art en France. En présentant plus de 250 prints dont des pièces originales, Jérôme Catz balaye toutes les périodes de l’artiste et ses sujets de prédilection. Engagé et humaniste, Shepard Fairey a toujours développé un intérêt particulier pour la protection de l’environnement et la justice sociale, il milite pour la paix. Influencé par l’expressionisme allemand et l’iconographie communiste, inspiré du mouvement pop art, marqué par le skate et la musique punk, il fait de son art une propagande visuelle qui donnera naissance dans les années 2000 à une marque.

Cette exposition s’annonce comme l’exposition phare de cette rentrée culturelle !

[ Source : communiqué de presse ]

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
123 vues
Spectacle
123 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]