0 Shares 7 Views

Alberto Giacometti au musée Rath de Genève

26 novembre 2009
7 Vues
photo_original_53480

 

 

 

Les arts primitifs et les débuts de l’abstraction

 

femme-cuiller

art-africain

Femme Cuiller

Après avoir fréquenté l’école des Beaux Arts de Genève, Alberto Giacometti se rend à Paris où il suit les cours de sculpture d’Antoine Bourdelle. Très tôt, il tourne le dos à la représentation d’après nature et cherche d’autres formes de représentation. Très influencé par les arts primitifs, notamment par la statuaire africaine, l’artiste commence à produire des oeuvres abstraites (Femme Cuiller 1936). Ici, la surface ovoïde au centre rappelle un visage féminin. L’artiste s’inspire directement d’une tradition de la sculpture africaine, comme en témoigne l’image ci-contre. Les cuillères étaient, et sont encore aujourd’hui dans certaines régions d’Afrique, des objets d’art très convoités par les femmes car il s’agissait véritablement d’un trophée récompensant les plus méritantes d’entre-elles aux yeux de la communauté (la meilleure cuisinière du village par exemple). La cuiller est donc un objet courant de la statuaire africaine, que Giacometti réadapte en le simplifiant à l’extrême.

 

Le Surréalisme

 

Au début des années 1930, Alberto Giacometti se rapproche du groupe des surréalistes mené par André Breton. Il crée alors une série d’oeuvres qu’il nomme «objets mobiles et muets». Ces sculptures sont le résultat d’un mouvement latent, d’un affrontement de principes opposés comme l’amour et la mort, l’homme et la femme, l’attraction et la répulsion…

 

Le retour à la figuration : la propre vision de l’artiste comme base de la représentation de la figure humaine

 

ag_diego_aDès 1935, Giacometti remet l’être humain au centre de ses préoccupations et ses sculptures sont le fruit de l’analyse de sa propre vision de la réalité de son modèle. Il commence alors à réaliser des « têtes » en plâtre et en bronze telle la Tête de Diego, 1937. On peut déceler ici les prémices de ses figurines longilignes : la matière est travaillée de telle sorte que la surface apparaît rugueuse, les traits du visage se fondent parmi les creux et bosses tortueux qui semblent extérioriser les tensions intérieures. Petit à petit, les têtes diminuent, et les figurines qu’il crée sont minuscules. L’artiste explique cette diminution par la volonté de sculpter un visage ou une personne en situation. Selon lui, le petit format est important car, placées sur d’immenses socles, les figurines donnent l’impression d’une personne vue de loin dans l’espace qui l’entoure. Ces personnages filiformes dégagent une élégance propre à l’art de Giacometti. Les formes épurées et élancées contrastent avec le rendu brut de la matière dû aux aspérités et irrégularités, ajoutant au raffinement des sculptures une force étonnante.

 

L’exposition se termine de manière assez abrupte sur la période genevoise de l’artiste, de 1942 à 1945, et n’aborde pas la suite de sa carrière, ce qui est regrettable puisqu’il ne cessera de produire des chefs d’oeuvre jusqu’à sa mort en 1961. Le visiteur attend une suite qui ne vient pas et reste donc un peu « sur sa faim »… Malgré tout, l’exposition a le mérite de présenter un panorama passionnant des différents styles d’Alberto Giacometti jusqu’à la seconde guerre mondiale, et mérite le détour si vous êtes de passage à Genève !

 

Audrey Laroque

 

Du 5 Novembre 2009 au 21 Février 2010

Musée Rath

Place Neuve

1204 Genève

www.ville-ge.ch/mah

 

Ouvert de 10h à 17h, le mercredi de 12h à 21h.

Entrée : CHF 10 / 5 pour les étudiants

 

Plus d’informations sur le site du Musée Rath.

 

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
25 vues
Art
25 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
32 vues
Spectacle
32 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]