0 Shares 4 Views

« S’enfuir », Guy Delisle en couleur de détention

5 décembre 2016
4 Vues
guydiesle-s-enfuir

S’enfuir, roman graphique de Guy Delisle

432 pages

Éditeur : Dargaud
(16 septembre 2016)

Collection : S’enfuir. Récit d’un otage.

Langue : français

Prix : 27,50 €

www.calameo.com

DELISLE S ENFUIR couv RrGuy Delisle, remarquable et sensible conteur graphique, a livré sa dernière BD : le rapt authentique de Christophe André qui fut, en 1997, otage bien malgré lui des mafias tchétchènes. Récit !

Membre de Médecins Sans Frontières, l’ONG médicale installée à l’époque dans le Caucase Nord, Christophe André, l’été 1997, a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoulé, vers une destination inconnue. 

Être otage, c’est pire qu’être en prison

L’ex-otage et le dessinateur s’entretiendront durant 15 ans. De cette relation est né un formidable roman- documentaire graphique poignant, déchirant et époustouflant. Mais comment décrire, raconter, dessiner alors qu’il ne se passe « rien » durant 111 jours de la vie d’un otage ? Il est attaché à un radiateur par le poignet et il n’a que son mental pour le sauver de cette prison sans fenêtre. Comment dessiner le vide, l’absence et le silence de cet enfermement ?

« Être otage, c’est pire qu’être en prison. En prison, tu sais pourquoi tu es là et à quelle date tu vas sortir. Quand tu es otage, tu n’as même pas ce genre de repères, tu n’as rien », confiait Christophe André à Guy Delisle.

Dessiner le doute, le silence…

L’auteur de Pyongyang, de Shenzhen, de Chroniques birmanes et de Chroniques de Jérusalem a un attachement viscéral à la vérité des faits. Pour ce dernier livre en bandes dessinées – S’enfuir –, rien ne lui échappe, ni la torpeur, ni le bruit que fait le silence, ni le formidable brouhaha que font les armées napoléoniennes dans le champ de la bataille d’Austerlitz. Car, pour survivre à la folie de son enfermement, Christophe André se repassait mentalement les grandes batailles en n’omettant aucun détail. Puis il s’attachait à compter les jours et noter tout ce qu’il pouvait apercevoir, ce qu’il pourrait être utile de dire quand on le libérerait. Mais la vérité est que nul ne songera à le libérer.

Delisle plancheAlors l’auteur découpe, reprend son travail. Il utilise un trait répétitif puisque dans une cellule tout se répète, les quelques pas que vous laisse une demi-heure de répit, les mouvements de doigts. L’auteur utilise des plans cinématographiques en plongée vertigineuse ou cadre en plan resserré deux pieds en bout de cette couche à même le sol où se vautre le prisonnier.

Le dessinateur propose audacieusement… des angles morts. On est, on vit Christophe André. 

Guy Delisle l’interroge encore, il lui faut intégrer le doute, l’espérance, la tristesse, les faibles euphories de l’otage. Guy Delisle, remercions-le, n’a pas omis de raconter la formidable détermination de Christophe André qui jamais n’aura fait une seule concession à ses geôliers, même pas à ce lourdaud de Thénardier, son maton quasi quotidien. 

Patrick duCome

[Visuels © Guy Delisle]

 

Articles liés

Magnum Photos au Bon Marché Rive Gauche
Agenda
5 vues
Agenda
5 vues

Magnum Photos au Bon Marché Rive Gauche

A l’occasion de son 70ème anniversaire, Magnum Photos installe un espace éphémère au Bon Marché Rive Gauche en collaboration avec Actes-Sud (éditeur) et Plinth (producteur d’objets d’artistes). Magnum Photos rejoint ainsi le « Gang de Noël » dans sa volonté de proposer des cadeaux surprenants et inédits autour des photographies de ce collectif mythique. Venez […]

« Bestiaire Moderne » de Mosko – Gca Gallery de Nice
Agenda
9 vues
Agenda
9 vues

« Bestiaire Moderne » de Mosko – Gca Gallery de Nice

Quand l’exotisme estampe le monde urbain. Comment rendre vivant ce qui ne l’était plus ? Gérard Laux (né en 1953), de son nom d’artiste Mosko, tente de résoudre cette problématique depuis la fin des années 80 en posant ses pochoirs bestiaires sur les murs de la ville. Ainsi, l’ambition de Mosko est de rendre les […]

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
204 vues
Art
204 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]