0 Shares 5 Views

Cleon Peterson : La macabre danse de la victoire

26 janvier 2017
5 Vues
Cleon-Peterson-2016

Victory

Cleon Peterson

Jusqu’au 18 février 2017

Galerie du jour
44 rue quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau

www.galeriedujour.com

Jusqu’au 18 février 2017

À la Galerie du Jour, Cleon Peterson déploye un univers dichotomique où la violence s’exprime sans limite ni complexe. Pour cette première exposition personnelle en France, l’artiste américain illustre le triomphe hédoniste des vainqueurs sur les vaincus. Un regard sombre et lucide qui résonne froidement avec les évènements tragiques qui font l’actualité de ces dernières années.

spraymium-cpvictory08Depuis une dizaine d’années, Cleon Peterson multiplie expositions, fresques et projets artistiques à travers le globe. Il y dépeint un monde noyé dans le chaos où les fantasmes les plus morbides ont libre cours. Une violence extrême, esthétisée à la manière des vases grecs antiques, servie à la sauce Kubrick. Avec Cleon, l’orange devient fluorescent, la morale s’efface et les pulsions – sexuelles ou macabres – s’expriment librement. Cette violence, il l’a observée de près. Parcourant les bas-fonds de Seattle, Los Angeles et New York, Cleon Peterson a exploré l’enfer jusqu’à s’en brûler les ailes. Alternant les errances dans la rue, la prison et les hopitaux psychiatriques, accroc à l’héroïne, l’adolescent flirte avec le désespoir et l’autodestruction avant de miraculeusement retrouver goût à la vie. La rédemption passe alors par le dessin et la peinture. D’abord illustrateur dans l’univers « indie » du skateboard, il travaille ensuite dans l’industrie du design graphique et devient l’assistant de Shepard Fairey au début des années 2000. Depuis, en atelier ou dans l’espace public, il construit une oeuvre à la fois intime et universelle. Avec un code couleur restreint – principalement du noir et blanc rehaussé d’une couleur vive – Cleon déploie une vision dystopique du rêve américain et se pose en chorégraphe de sanglants affrontements entre sans-abris, policiers, bourgeois, toxicomanes et simples passants.

spraymium-cpvictory10À la Galerie du Jour, Cleon Peterson propose une exposition homogène composée de travaux récents. Parmi les nombreuses oeuvres présentées, la monumentalité de l’une d’elles retient notre attention : plus de six mètres de long ! Tout autour, des petits et moyens formats, trois tondos et deux supports inédits : des silhouettes en découpe de bois façon bas-relief et deux sculptures en marbre. Si l’artiste s’était déjà essayé au volume avec la production de pièces en céramique, ces superbes sculptures de marbre noir nervuré en blanc nous évoquent immédiatement les statuettes antiques de l’art classique. L’une d’elles représente un homme, torse bombé, épée sur l’épaule, tenant fièrement un crâne décapité par les cheveux. Allusion sans équivoque au titre de l’exposition : Victory.

spraymium-cpvictory17Cleon Peterson nous plonge quelques instants après le combat, à l’aube du règne des dominants. Le coeur des affrontements qu’il nous donnait à voir jusqu’alors est désormais achevé et l’exploration du dualisme bon-mauvais, sain-fou, loi-crime se transpose à l’opposition vainqueur-vaincu, dominant-dominé, plaisir-souffrance. Car c’est bien de plaisir dont il s’agit. Le plaisir malsain des victorieux face aux vaincus où là encore, les fantasmes les plus vils prennent forme sous le pinceau de Cleon. En déplaçant ainsi l’action dans le temps, l’artiste semble laisser derrière lui son passé violent et dépravé pour traiter de questions plus quotidiennes : l’emprise des uns sur les autres, l’oppression et l’asservissement qui s’exerce à tous les niveaux de la société.

spraymium-cpvictory13Cette évolution dans son travail se lit également dans la forme. Cleon abandonne progressivement les couleurs vives pour se restreindre au noir et blanc, auquel il ajoute par réserve le lin naturel de la toile. Pour souligner son propos, il épure ses images. Les décors, autrefois réalistes, disparaissent ici au profit d’une narration claire et immédiate. Les formes sont simplifiées, le trait s’élargit. Les personnages, de plus en plus massifs voire disproportionnés, sont désormais systématiquement nus. Ainsi dépossédés de leur statut social, ils soulignent l’intemporalité de l’action et l’universalité du sujet : la victoire, son pouvoir et la tyrannie qu’elle engendre. Plus que jamais, Cleon Peterson traite des hommes et de leur bassesses. De la noirceur de l’esprit.

Nicolas Gzeley

[Crédits Photos : © Nicolas Gzeley / Spraymium Magazine ]

Articles liés

Claquettes Jazz
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Claquettes Jazz

Claquettiste de renommée internationale, Fabien Ruiz est le coach et chorégraphe du film aux 5 Oscars « The Artist ». Fabien Ruiz est l’un des très rares claquettistes au monde à être considéré comme un véritable instrumentiste. Sa musicalité et son sens de l’improvisation lui ont permis d’être invité aux côtés de musiciens prestigieux tels que Yehudi […]

Cantate pour Lou Von Salomé
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Cantate pour Lou Von Salomé

Écrivain et première femme psychanalyste : Lou suscita les passions. Nietzsche, Paul Rée, Frida Von Bulow et R M Rilke… 15 personnages renaissent ! Tout en elle était exceptionnel : beauté, intelligence, amour de la vie. L’attraction qu’elle exerçait, révélait les êtres à eux-mêmes et suscitait les passions : Nietzsche, Paul Rée, Frida von Bulow… […]

El Baile : Buenos Aires, sans fard
Spectacle
142 vues
Spectacle
142 vues

El Baile : Buenos Aires, sans fard

A Chaillot, une plongée dans l’histoire récente de l’Argentine, dans un social club très authentique. Sur une collection de musiques des années 1970 à aujourd’hui on danse, on se dispute, on se séduit. On a peur, on se passionne, et on danse encore. Dehors, les bouleversements de l’histoire : La dictature, la crise économique, le foot, […]