0 Shares 46 Views

Daido Moriyama à la Fondation Cartier

26 février 2016
46 Vues
Daido M024

Daido Moriyama – Daido Tokyo

Jusqu’au 5 juin 2016

Plein tarif : 10,50 €
Tarif réduit : 7 €

Fondation Cartier pour l’art contemporain
261, bd Raspail
75014 Paris

M° Raspail
(lignes 4 et 6)

www.fondation.cartier.com

Jusqu’au 5 juin 2016

La Fondation Cartier revient sur le travail du photographe japonais Daido Moriyama, 13 ans après la première exposition qu’elle lui avait consacrée. Il n’en finit pas de sillonner les rues de Tokyo, comme pour en saisir toutes les facettes, à l’obsession, comme lorsqu’on est amoureux.

Daido 2014-08-27 DSCN3074Daido Moriyama est un photographe du noir et blanc. Cela apparaît comme une évidence à la Fondation Cartier qui met en regard deux séries : Tokyo color – une plongée dans cette ville qui le hante – et le diaporama Dog and mesh tights – une sorte de journal de voyage en images pendant 9 mois.

On a l’impression que, en noir et blanc, Moriyama ne saisit pas les sujets de la rue mais s’attache à des lignes de force, des diagonales, des points de fuite, des masses… L’image en devient parfois une composition abstraite, teintée de cette poésie qui est la signature de l’artiste. On a l’impression d’entrer au cœur du processus de création, dans son intimité.

 

 

Noir et blanc versus couleur

L’artiste fait lui-même une réelle différence entre les deux techniques : “Le noir et blanc exprime mon monde intérieur, les émotions et les sensations que j’ai quotidiennement quand je marche sans but dans les rues de Tokyo ou d’autres villes.

Daido 2015-03-29 DSCN0084La couleur exprime ce que je rencontre, sans aucun filtre, et j’aime saisir cet instant pour ce qu’il représente pour moi. Les premières sont riches en contraste, dures et reflètent pleinement ma nature solitaire. Les secondes sont polies, sages, comme je me présente au monde.”
 
On entre dans une histoire, une anecdote, une narration et une esthétique plus léchée. Moins forte. On entre véritablement dans la ville alors que, sinon, c’est un voyage intime. D’où l’intérêt de cette confrontation et de cette exposition.

Stéphanie Pioda

 

 

 

 

[Photo couleur : Daido Moriyama, Tokyo color, 2008-2015 – Tirage chromogène, 111,5 x 149 cm – Courtesy of the artist / Daido Moriyama Photo Foundation – Noir et blanc : Daido Moriyama, Dog and mesh tights, 2014-2015 – Diaporama de 291 photographies noir et blanc, 25 min. – Musique de Toshihiro Oshima – Conception audiovisuelle : Gérard Chiron – Courtesy of the artist / Getsuyosha Limited / Daido Moriyama Photo Foundation]

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
157 vues
Spectacle
157 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]