0 Shares 12 Views

Dans la peau d’Hundertwasser – Musée en herbe

Hundertwasser-Architecture-model-Ronald-McDonald-House-Essen-2003--2013-Hundertwasser-Archiv-Wien

L’artiste n’a pas été exposé à Paris depuis 1975 au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, et seule une exposition à Marseille, l’année dernière, lui a rendu hommage. Sincèrement, pourquoi tant de haine ? Certes, on peut reprocher à Hundertwasser un jusqu’au-boutisme écolo, un militantisme vert exacerbé, mais ces couleurs… ces formes… qui, mieux que ce génial héritier de Gaudi et de Klimt, pourrait incarner la définition même de liberté ?

Reprenons depuis le commencement. Né Friedrich Stowasser en 1928, Hundertwasser s’initie d’abord timidement au dessin, voyage énormément, travaille sur un cargo, crée son personnage chapeauté, fabrique ses propres vêtements, s’intéresse à la nature, à l’architecture, à la place de l’homme dans le monde. Amoureux de la spirale par opposition à la ligne droite (qui n’existe pas dans la nature), le peintre veut réinvestir l’humain dans toutes ses peaux : le derme, les vêtements, la maison, les proches, l’univers. Ces cercles concentriques hantent littéralement l’ensemble de son oeuvre, un millier de tableaux qu’il refuse obstinément de vendre, même aux plus acharnés. Alors Hundertwasser lithographe, reproduit, conçoit des affiches, des timbres, des drapeaux, seuls produits dérivés qu’il consent à céder. Il s’improvise architecte, pense un nouveau mode d’urbanisme où tout est possible (des arbres locataires, des locataires heureux, une église ouverte aux athée, un lycée conçu et financé par ses lycéens). Cet amoureux de l’instabilité, du fluide, s’installe sur un bateau, le Regentag, et développe une relation spéciale à la Nouvelle Zélande, pays où il est inhumé. Il décède sur la croisière inaugurale du Queen Elizabeth 2, en 2000, entre deux eaux.

expo-hundertL’exposition, réalisée en collaboration avec la Fondation Hundertwasser de Vienne rassemble une quarantaine d’œuvres, dessins, lithographie, maquettes. On pourra également visiter la reconstitution du bureau d’Hundertwasser. Conçu d’abord pour les enfants, l’événement est bien entendu ouvert aux adultes, qui y trouveront tout à fait leur compte. On peut souscrire une visite libre, une visite assortie d’un atelier, une visite guidée, une visite et un thé, une visite et un apéro…

Le Musée en herbe complète cette exposition ambitieuse avec des ateliers pédagogiques attractifs pour les enfants, dans une ambiance vraiment sympathique et agréable. Parallèlement, il accueille des expositions temporelles d’artistes sur l’art végétal (Duy Anh Nhan Duc, du 31 mai au 23 juin 2013) et la fluidité de la couleur (Miguel Chevalier, du 27 juin au 8 septembre 2013).

Mathilde de Beaune

Dans la Peau d’Hundertwasser

Du 28 mars 2013 au 5 janvier 2014
Du lundi au dimanche de 10h à 19h sans interruption, vacances et jours fériés 
Nocturne le jeudi jusque 21h

Tarifs  : visite libre à partir de 6 €, ateliers à partir de 10€

Musée en herbe
21, rue Hérold
75001 Paris
M° Les Halles, Palais Royal et Sentier

www.musee-en-herbe.com

[Crédit photo : en haut : Hundertwasser-Architecture model, Ronald McDonald House, Essen, 2003 © 2013 Hundertwasser Archiv, Wien.jpg // En bas : Dans la peau de Hundertwasser © Musée en Herbe]
 

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
62 vues
Art
62 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
70 vues
Spectacle
70 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]