0 Shares 1617 Views

Dran : un électron libre dans le paysage de l’art urbain

28 avril 2015
1617 Vues
dran2

Exposition Tiens

Oeuvres de DRAN

Commissaire de l’exposition: Anna Dimitrova 

Jusqu’au 10 juillet 2016

Du jeudi au lundi de 11h à 18h30 

Mardi et mercredi visites privées sous rendez vous 

Vernissage le 11 juin 2016 à 18h

ADDA Galerie
2eme étage Salle Hergé
51, Rue de la Madeleine
Bruxelles

www.addagallery.com

 Dran-illustrateur-toulousainDran est un artiste toulousain issu de la culture graffiti et dont les techniques sont multiples (dessin, peinture, sérigraphie, volume, couture…). Son art est le vecteur d’une critique sur la société contemporaine jonché d’humour et de cynisme.

Dran est électron libre dans le paysage actuel de l’art urbain. Son style est identifiable par le trait maîtrisé de ses dessins alliés à des images réelles et teintés d’humour noir. Lui qui a débuté le dessin par le biais du graffiti s’adonne également à quelques autres pratiques. La peinture et la photographie, entre autres, quand il ne s’agit pas de les mêler à la pâte à modeler. Son coup de crayon grinçant le conduit à l’envie de devenir caricaturiste de presse.

 Dran-illustrateur-toulousainIl met son talent au service de la formation électronique Birdy-Nam-Nam dont il illustre les pochettes d’album. C’est sur les murs de la ville rose natale que Dran réalise sa première exposition personnelle en 2007 avec des dessins et des peintures. Il y détourne des objets et utilise des symboles de la société de consommation, devenus des caractéristiques de son travail. Tout cela affirme son regard désenchanté sur la société actuelle.

 Dran-illustrateur-toulousainDran collabore avec la Galerie Bailly à Paris, qui l’a présenté à la foire d’art contemporain Show Off 2009. Il a également publié les ouvrages « La télévision », « Fabriqué en France », « Je t’aime » et « Ma ville, je l’aime.. », dans lesquels il partage au gré de ses caricatures trempées sa vision acerbe du monde d’aujourd’hui.

« Dran définit son travail comme une pratique récréative, quotidienne, touche-à-tout, sans règle, avec toujours le souci de toucher le spectateur. Sous un trait faussement simple se cache une maîtrise picturale parfaite et une singularité exceptionnelle.

Dran-Un 1950 aérosolSi Dran peut indéniablement être considéré comme un illustrateur bien ancré dans son époque, il est surtout un de ces peintres figuratifs qui traduit le sentiment humain avec lyrisme et poésie, entre légèreté et gravité. » espaceghp

Le site de Dran : retroactif.free.fr/dran/

A découvrir sur Artistik Rezo :
Miss Van, une artiste toulousaine de talent

[Visuels : Dran,  Sans titre, 2012 / Mr. Propre, 2011 / DDE, 2003 / Un 1950 aérosol] © Dran

 

Articles liés

Fermeture du théâtre Les Feux de la Rampe
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Fermeture du théâtre Les Feux de la Rampe

Le 15 avril dernier, notre partenaire le théâtre Les Feux de la Rampe a fermé ses portes de manière définitive. C’est avec regret que nous relayons le communiqué de la Direction du théâtre.  “Cher·e·s ami·e·s du théâtre et du spectacle vivant, Il y a ce genre de nouvelles qui ne sont jamais faciles à annoncer. […]

Le Marin à l’ancre – Théâtre Darius Milaud
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

Le Marin à l’ancre – Théâtre Darius Milaud

Les correspondances de voyage de Bernard Giraudeau à son ami Rolland ; Une histoire d’amitié profonde, une escale unique et sensible… La mer désapprend ce que les ports t’apprennent. » Extrait du marin à l’ancre.  « A chaque escale, tu crois être le seul, l’unique amour. A chaque rencontre, tu crois tenir l’éternité par la taille mais elle […]

Complètement Marjo – Théâtre du Gymnase Marie Bell
Agenda
29 vues
Agenda
29 vues

Complètement Marjo – Théâtre du Gymnase Marie Bell

Marjorie Falusi vous livre un défilé de personnages hauts en couleurs, se transformant tour à tour en madone de la télé-réalité, en mamie “sexe drogue et rock’n roll”. Elle incarne aussi un grand gourou, une vraie fausse voyante, ainsi qu’une psy nymphomane et une pseudo racaille. Passant de l’un à l’autre Marjorie Falusi devient ” […]