0 Shares 27 Views

Erwin Wurm chez Thaddaeus Ropac

24 janvier 2011
27 Vues
Erwin Wurm

 

Oui, Thaddaeus Ropac a toujours le chic pour avoir une longueur d’avance. Oui, c’est une des galeries les plus renommées de Paris. Oui, elle défend ses choix avec autant de fierté que d’aisance. Et concernant Erwin Wurm, un de leurs plus grands artistes, on ne peut qu’applaudir : la production de cet homme, culottée (vous comprendrez pourquoi) a de quoi faire méditer. On trouve ici pêle-mêle du Jérôme Bosch, du monumental, de l’absence, du jeu d’enfant, de l’éléphant, de l’éléphantiasis… Poursuivant son questionnement sur la sculpture, qu’il avait initié dès les années 1990 avec ses one-minute sculptures, Erwin Wurm nous plonge dans un monde délirant où rien n’est à sa place, surtout pas les corps difformes qui semblent plonger ou jaillir de vêtements finalement vides.

 

cf1bbc8e

Les sculptures monumentales donnent envie de jouer entre leurs jambes, comme autrefois, lorsque nous osions. Des bosses anarchiques émergent ça et là sur les vêtements, des poches s’affichent  en braguette sur le devant, au lieu du côté. Bizarrement on se sent réconforté de ne pas trouver les membres là où ils devraient être. Ces trous béants parlent de naissance, de mouvement, de direction, de rythme.

 

L’habit fait-il le moine ou le cache-t-il ? C’est ce qu’on peut raisonnablement se demander, face à ses sweaters d’homme invisible, menaçant et toisant une énorme casquette de police sous laquelle on peut se glisser. Bien évidemment, sous la casquette, on ne voit rien, comme de bien entendu, tant la visière est basse. Et de l’extérieur, les autres ne voient pas notre tête, double perte d’identité extérieure et intérieure. Nous sommes vidés de tout côté. Le jeu est omniprésent, comme dans le détournement de L’Urinoir de Marcel Duchamp, sculpture fondatrice s’il en est.

 

Mathilde de Beaune

 

 

Yes Biological – Erwin Wurm

 

Jusqu’au 12 février 2011

Du mardi au samedi de 10h à 19h

Informations : 01 42 72 99 00 ou galerie@ropac.net

 

Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
Métro Saint-Sébastien – Froissard, Filles du Calvaire

www.ropac.net

 

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
19 vues
Art
19 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
28 vues
Spectacle
28 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]