0 Shares 20 Views

Harold Feinstein ou la photographie vivante !

0eb51745a562597a0d36799ea5689ae7

Optimisme Contagieux

Œuvres d’Harold Feinstein

Du 3 février au 30 avril 2017

Gratuit

Galerie Thierry Bigaignon
Hôtel de Retz
9 Rue Charlot
75003 Paris
M° St-Sébastien Frioissart

www.thierrybigaignon.com

www.haroldfeinstein.com

Du 3 février au 30 avril 2017

Inédit en Europe : une rétrospective est consacrée à l’œuvre du photographe américain Harold Feinstein (1931-2015). Avec Optimisme Contagieux la Galerie Thierry Bigaignon nous en offre une mise en lumière délicate.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du Mois (d’avril) de la Photo du Grand Paris. La première partie de la rétrospective se consacrera aux débuts du photographe, durant les années 40 et 50, avec une sélection de photographies en noir et blanc, à la fois riches, diverses et bouleversantes d’humanisme.

3ef1db7b4143e7e2cd3c59a0f0cc16a6

Jeune autodidacte

Harold Feinstein n’a pas quinze ans lorsqu’il se lance dans la photographie. Il se fait alors vite remarquer par Edward Steichen (photographe, peintre et conservateur au MoMA.) Il est le plus jeune photographe à intégrer une collection permanente du Museum of Modern Art, à New York. Harold Feinstein fut l’un des habitants originaux du légendaire « Jazz Loft », qu’il a ensuite confié à son collaborateur W. Eugene Smith (photo journaliste américain), pour lequel il a conçu la mise en page originale du célèbre projet de Pittsburgh. Harold Feinstein est également connu comme enseignant dès l’âge de 20 ans, dans des universités prestigieuses, où il dirige, entre autres, des ateliers.

Digne représentant de la New York School of Photography, Harold Feinstein étend son œuvre sur près de six décennies. Mais bien que son travail fasse partie des collections de musées américains les plus prestigieux, il reste encore méconnu en Europe.

993131-bidding-farewell-1952Membre de la Photo League, comme Sid Grossmann, Richard Avedon ou Robert Frank, Harold Feinstein place l’homme, dans toutes ses diversités, au cœur de ses clichés. En perpétuelle recherche, le photographe invente, en 1998, la scanographie, une technique qui consiste à utiliser un scanner comme une caméra.

« Une photo était pour lui avant tout une rencontre», précise sa femme Judith Thompson, venue spécialement des États-Unis pour présenter cette première exposition à Paris. Harold Feinstein nous donne aussi à voir un New-York de l’intérieur comme ces plages de Coney Island. Parfois des sujets délicats sont abordés, notamment celui de la guerre, mais plutôt sous l’angle de l’amour ou de la camaraderie.

 

Humanisme, sincérité et dynamisme        

Ses oeuvres mêlent un subtil jeu d’ombres et de lumières, dans de savants cadrages qui respectent toutefois la réalité. Eugene Smith, dit de lui : « Il est l’un des rares photographes que j’ai connus, ou qui m’aient influencé, à être capable de révéler, sous un angle superbement nouveau, avec autant de force et d’honnêteté, ce qui pour moi relève de l’ordinaire. »

 

gtb harold feinstein 125th street from elevated train 1950 hd

Il y a aussi un jeu entre le regarder et le regardé. Une certaine forme de complicité. Enfin, compte tenu de l’intérêt de Harold Feinstein sur la ligne et les contrastes, le mouvement ressort bien dans ses compositions.

Pour cette rétrospective, la sélection a été fastidieuse, en raison du nombre considérable que l’artiste a laissé, environ 10.000 pièces. Mais la galerie Bigaignon a mis en lumière son travail de façon épurée pour lui rendre toute sa beauté.

Ainsi, grâce à cette exposition, on peut mieux admirer ce grain propre aux tirages argentiques, des photos qui nous font voyager dans le temps, et ce personnage – unique – qui mérite grandement d’être connu. 

 

Mona Dortindeguey

[Crédits Photo 1 : © Harold Feinstein, Girl wearing fur Coat / Photo 2 : © Harold Feinstein, Times Square New York / Photo 3 : © Harold Feinstein, Bidding Farewell at Camp Kilmer, Korean War, 1952 / Photo 4 : © Harold Feinstein, 125th Street from Elevated Train, 1950]

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
25 vues
Art
25 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
30 vues
Spectacle
30 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]