0 Shares 6 Views

Interview Renaud Bargues – exposition « sal*pe »

Interview_Renaud_Bargues-exposition_salope

sal*pe

Œuvres de Renaud Bargues

Co-curateur Steven Vandeporta

Du 6 mars au 23 mars 2014

Ouvert sur rdv en appelant le 06 33 24 29 19

Galerie Nicolas Hugo
60, rue Monsieur Le Prince
75006 Paris
M° Cluny-La Sorbonne

FB Galerie Nicolas Hugo

Du 6 mars au 23 mars 2014, la Galerie Nicolas Hugo et Steven Vandeporta proposent une envoûtante exposition intitulée « sal*pe ». Artistik Rezo rencontre pour vous le talentueux artiste concerné, Renaud Bargues.

Renaud, parle-nous de toi, qui es-tu et où puises-tu toute ton inspiration ? 

Je suis né en 1980, j ai commencé à dessiner à l’âge de 20 ans. J’étais alors très influencé par la scène underground new-yorkaise avec Basquiat, Haring, Schnabel, Warhol et les autres. J’ai pendant 4 ans travaillé et vendu mes premiers dessins à New York. C’est dans un diner sur la 106, à Spanish Harlem, qu’a eu lieu en binôme avec De La Vega ma première exposition. En rentrant en France, j’ai travaillé dans un atelier collectif avec des peintres plus confirmés puis, en 2005, j ai rencontré deux galeristes bordelais avec qui j’ai travaillé 4 ans. Depuis, je travaille en collaboration avec divers partenaires. Des artistes, des galeristes et des collectionneurs. Ma première source d’inspiration est l’histoire de l’art et du mobilier. La peinture allemande, américaine et l’estampe japonaise également.   

Sur quels supports travailles-tu ? Avec quelles techniques ? 

Pour répondre à cette question, j’utiliserai les mots d’un ami, Edouard Rolland (docteur en sciences de l’Art) qui dit : « Dessiner, c’est lâcher prise, c’est oublier ce que nous sommes en train de réaliser. Pour Renaud, cette pratique revient à s’aventurer sur une toile en dépassant la notion même de dessin et de représentation, afin de laisser libre la pure gestualité traçant, marquant, figurant et imprégnant le support. L’exécution de ses œuvres fait écho selon l’artiste à une sorte de « mécanique obsessionnelle”, rythmée, spontanée et décomposée dans laquelle s’inscrit sa pratique. » En ce qui concerne les supports et les matériaux, ils sont généralement bruts. J’utilise des encore dont l’encre de chine, la peinture acrylique, l’aquarelle ou l’huile sur toile papier ou toile apprêtée.  

Peux-tu nous parler des œuvres sélectionnées pour l’exposition « sal*pe » ?  

Plusieurs périodes vont communiquer lors de l’accrochage, j’ai hâte de voir ça ! La sélection est multiple tantôt Nicolas, Steven et moi avons souhaité telles ou telles œuvres. Nous avons fait ce travail à trois, avec nos singularités.

Et finalement, quel est, pour toi, le rôle de l’artiste en 2014 ?

Donner envie, procurer du plaisir et garder un regard critique sur les choses de la vie. Kenneth Goldsmith en est un très bon exemple.

Propos recueillis par Michela Marino

A découvrir sur Artistik Rezo :
– s a l * p e – exposition de Renaud Bargues
Interview Nicolas Hugo – exposition « s a l * p e »
Interview Steven Vandeporta – exposition « s a l * p e »
Nicolas Hugo – galeriste

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
59 vues
Art
59 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
68 vues
Spectacle
68 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]