0 Shares 109 Views

Festival K-Live 2014 : Sète aux couleurs du street art

K-LIVE_FESTIVAL_2014_Le_MaCO_MR_QUI_detail_photo_Laurent_VILAREM

L’art urbain est au cœur du festival K-Live, à Sète, jusqu’au 15 juin. Pour sa 6e édition, le festival croise les disciplines et a mis le street art à l’honneur. Au fil des éditions, c’est un véritable musée à ciel ouvert qui s’est installé dans la ville. Parcours.

Sète, sur les hauteurs de la rue Paul Valéry, en plein cœur de la ville. Sur un échafaudage avec vue sur la mer, Julien Seth Mailland, bombe en main, s’affaire à une vaste fresque, l’un de ces visages rêveurs et poétiques dont il a fait une signature. Du crâne s’échappent les tentacules d’un poulpe, l’une des obsessions locales.

Au fil des rues, on croise donc des œuvres de C215,K-LIVE_FESTIVAL_2014_LE_MaCO_SETH Alexöne ou encore Epsylon Point. Si certaines se sont effacées, comme un félin de Monsieur Chat qui accueillit un temps les voyageurs sortant en gare de Sète, d’autres perdurent, dont un mur de L’Atlas récemment restauré.

En 2014, outre la fresque de Seth, deux nouvelles œuvres attendent les flâneurs : d’élégants corbeaux signés Monsieur Qui à l’orée du port, un mur joyeusement fleuri par Kashink aux portes de l’école d’art. En parallèle, plusieurs autres lieux sont investis.
Le prestigieux Théâtre de la Mer accueille une installation de Sébastien Préschoux, des fils qui jouent avec l’art optique et le goût de ce créateur pour les lignes géométriques. 

K-LIVE_FESTIVAL_2014_INSTALLATION_DE_SEBASTIEN_PRESCHOUX_AU_THEATRE_DE_LA_MER_photo_LAURENT_VILAREMTemps fort du festival, l’ambitieuse exposition Klash 2 a pris possession de La Fondation, un vaste bâtiment du centre-ville actuellement en friche. Une dizaine d’artistes ont été choisis pour investir les murs. “J’ai voulu montrer la diversité de l’art urbain, qu’on voit trop souvent en marge de l’art contemporain”, explique Christèle Espinasse, commissaire de l’exposition, aussi prolixe qu’enthousiaste. 

Collages ludiques avec Madame Moustache, installation aux allures de cauchemar futuriste pour Gérald Deloye, fresque à quatre mains pour le riche imaginaire convoyé par les crétaures de Bault et les paysages de GoddoG… Mais 
K-LIVE_FESTIVAL_2014_Le_MaCO_MADAMEencore les créations d’Honet, Paul et Martin, Thomas Canto, Virginie Amo Biondi, Aurélie Piau. Le champ est vaste. À découvrir jusqu’au 15 juin.

Sophie Pujas

www.k-live.fr

La carte interactive du musée

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
239 vues
Spectacle
239 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
43 vues
Agenda
43 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]