0 Shares 3132 Views

Le street-art poursuit sa résidence au Bassin d’Hiver de Molitor

Frédéric Ménard 20 décembre 2017
3132 Vues

La piscine intérieure de Molitor © Frédéric Ménard

Terrain de jeu historique pour les graffeurs et les street-artistes, la piscine intérieure de Molitor continue d’inspirer une génération d’artistes d’horizons différents.

À l’origine, en 1929, l’architecte Lucien Pollet avait pensé relier piscine intérieure et bassin olympique extérieur. Après avoir frôlé la démolition en 1989, le complexe Molitor a entamé une relation de 20 ans avec tout un pan de la culture underground, en attendant des projets de réhabilitation. Mais depuis trois ans, celui-ci a évolué en hôtel 5 étoiles en prenant soin, toutefois, de conserver le charme du lieu : l’empreinte du street-art.

La résidence renouvelée de street-artistes internationaux

Autour du Bassin d’Hiver s’élèvent trois étages de cabines de change, désormais offertes à la main experte des artistes invités par l’équipe de l’hôtel. Artiste Ouvrier, Balder, Damien-Paul Gal, Fred Calmets, Indie 184, Kashink, Kouka, Rolecs, Stew, Thomas Mainardi, entre autres, ont imprimé leurs créations sur les murs et créé des capsules artistiques. La déambulation le long des coursives, sublimée par la prestance d’une piscine mythique, permet d’accéder au talent évident de ces créateurs de renom.

Ce jeudi 21 décembre, l’Hôtel Molitor ouvrira ses portes pour le vernissage d’un street-artiste présent dans les cabines du Bassin d’hiver : Le Module de Zeer. Entre 19h et 21h, l’exposition CHeMiNeMeNT du français Mehdi Cibille, alias Le Module de Zeer, questionnera le voyage entre post-graffiti et art conceptuel, avec son célèbre motif cellulaire reproduit à l’infini.

Le Module de Zeer, à partir du 21 décembre à Molitor © Frédéric Ménard

Chacun a donc déposé son échantillon d’art dans les travées de ce complexe aujourd’hui fastueux, preuve que le street-art, par sa capacité d’adaptation, magnifie aussi bien les panneaux de signalisation, la façade de la Tour 13, les rideaux de fer des commerçants, que l’intérieur d’un palace parisien.

Les critiques ont été nombreuses sur ce que beaucoup considèrent comme une volonté de surfer sur le succès du street-art. Soutenu par les nouveaux modes de représentation tel qu’Instagram, ce mouvement a réussi en effet le tour de force de rassembler autant les jeunes générations que les plus âgés, y compris toutes les classes sociales. Et cette culture pop, qui réjouit tant la rue, s’exporte aussi à merveille dans les galeries. Alors pourquoi pas associer luxe et street-art ?

M. Chat, des murs de Paris à l’hôtel Molitor © Frédéric Ménard

Le street-art à Paris : de la rue au musée

La capitale française a connu plusieurs générations de street-artistes, et ceux que nous connaissons actuellement n’ont pas à rougir de leurs prédécesseurs. Intra-muros, on compte de nombreux quartiers embellis par de géniaux artistes français et internationaux : Ourcq, Ménilmontant, Butte-aux-Cailles, la très populaire rue Dénoyez, etc.

Molitor offre au street-art un écrin différent et permet à ces œuvres d’être vues par un autre public, sans doute le plus privilégié. De plus, outre l’embellissement et la singularité d’un lieu déjà impressionnant, à la base, l’hôtel a la volonté de respecter l’empreinte artistique qui jalonne son histoire.

Reste à saluer d’autres initiatives. Dans les locaux de l’école de codage fondée par Xavier Niel, Art 42 de Nicolas Laugero Lasserre renouvelle autrement les publics de cette forme d’art : plus d’une centaine de pièces sont réunies dans un lieu unique formant ainsi le premier musée gratuit et permanent de street art en France. Voilà de quoi contribuer à la notoriété de cet art tout en le popularisant !

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
124 vues
Spectacle
124 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]