0 Shares 5 Views

Les premiers retables (XIIe – début XVe siècle) : une mise en scène du sacré

image_123259_v2_m56577569831233081

 

A l’évocation du terme « retable », il est difficile de ne pas avoir à l’esprit les polyptyques complexes de la période moderne (de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle), difficilement compréhensibles pour le fidèle. Cependant, cette exposition du musée du Louvre permet de mettre en évidence à la fois la longévité de son existence, ainsi que l’importance que le retable a toujours eu au sein de l’église. Elle montre également de manière très nette que les premiers exemples de retables étaient des éléments sculptés contrairement à l’image que l’on peut avoir en tête.

 

Le parcours débute avec les premiers retables parvenus jusqu’à nos jours qui datent du XIIe siècle et la promenade dans le temps se poursuit jusqu’à la fin du XIVe siècle. L’exposition est articulée autour de l’existence de deux principaux types de retables : le « retable-tabernacle » aux formes formes complexes centré sur une figure iconographique particulière et le simple élément rectangulaire allongé sculpté qui se focalise sur la narration. Autour de ceux-ci, s’est développée une troisième catégorie qui est un mélange entre les deux précédents. Cet aspect constitue donc l’axe directeur que se propose de suivre l’exposition afin de montrer au spectateur les évolutions qu’ont subi les retables au fil du temps. Par ailleurs, à travers les œuvres présentées, dont une grande majorité sont françaises, le parcours tend à souligner l’importance de la France dans la production des retables au Moyen Âge.

 

Cependant, cette exposition permet aussi au visiteur de découvrir la variété des matériaux qui ont servi à la réalisation des retables. En effet, on peut à la fois en trouver de marbre, mais également d’albâtre, d’ivoire, de corne, mais aussi de bois ; malgré la rareté de leur subsistance, l’exposition en présente néanmoins plusieurs exemples. De même, le spectateur pourra également admirer – entre autres – un magnifique retable d’orfèvrerie ou encore des pièces mêlant le cuivre champlevé (creusement de cavité dans un support métallique) et des émaux. On peut aussi y voir un retable complexe mêlant la sculpture à la peinture de manière très précoce et combinant à la fois la narration des retables les plus simples au type du « retable-tabernacle » centré autour d’une Vierge à l’Enfant aujourd’hui disparue dont seul le baldaquin subsiste : tout simplement impressionnant !

 

L’exposition pourra paraître assez restreinte au visiteur mais il ne faut pas s’y méprendre car le lieu présente un nombre d’œuvres bien conséquent. On peut néanmoins regretter que les salles ne soient pas plus spacieuses car il est parfois peu aisé de pouvoir observer les retables convenablement tant ils sont densément rassemblés en cet espace.

 

Malgré ce léger bémol sur le plan muséographique, l’exposition n’en demeure pas moins d’un grand intérêt et les pièces présentées sont d’une qualité artistique remarquable. Le spectateur ne manquera pas d’être surpris par l’abondance et la diversité des œuvres présentées qui permettent ainsi d’établir un ancrage chronologique et stylistique essentiel dans le développement de la production des retables en Europe.

 

Ingrid Thierry.

 

10 avril au 6 juillet 2009
Musée du Louvre, aile Richelieu, entresol

Métro : lignes 1 et 7 (Palais Royal-Musée du Louvre)

Ouverture : fermé le mardi ; tous les jours de 9h00 à 18h00 et jusqu’à 22h00 les mercredis et vendredis
Tarifs : 9 € avec le billet d’accès à la collection permanente ; 6€ après 18h00 les jours de nocturne ; accès libre pour les moins de 18 ans ; conditions particulières selon cartes

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
31 vues
Art
31 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
41 vues
Spectacle
41 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
38 vues
Agenda
38 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]