0 Shares 5 Views

Madeleine Gide a inspiré la photographe Pupa Neumann

13 décembre 2016
5 Vues
1-Le medaillon2016Pupa Neumann

Exposition de photographies La Madeleine de Gide

Œuvres de Pupa Neumann

Du 15 décembre 2016 au 9 janvier 2017

Vernissage le 14 décembre

Du lundi au vendredi de 9h à 19h. Le samedi de 10h30 à 19h
La librairie sera ouverte le dimanche 18 décembre de 10h30 à 19h

Entrée libre

Artcurial, librairie d’art
61, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Franklin-Roosevelt

www.pupaneumann.com

2-Pupa NEUMANN La Madeleine de GideDu 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017

La librairie d’art d’Artcurial présente La Madeleine de Gide, nouvelle exposition de la photographe Pupa Neumann, du 15 décembre au 10 janvier 2017. Une série inédite consacrée à une femme peu connue du grand public, Madeleine Gide.

Qui était vraiment Madeleine Gide, avec qui l’écrivain André Gide a passé plus de 40 ans de sa vie, sans même avoir posé une main sur elle ? Était-elle une femme soumise ? Une tordue ? Une idiote ? Ou simplement une femme libre ?

Cette intrigue a fait fantasmer la photographe qui a d’abord présenté son travail dans le cadre du concours Photo-Roman d’Havas Paris, pour Les Rencontres de la photographie d’Arles. Le principe : mettre en images des mots. Pupa Neumann a ainsi imagé trois lignes extraites de Si le grain ne meurt d’André Gide : « Ma cousine était très belle et elle le savait. Ses cheveux noirs
qu’elle portait en bandeaux faisaient valoir un profil de camée
 (j’ai revu sa photographie) et une peau éblouissante. »

5-la plume2016Pupa NeumannFantasmes

Au lieu d’illustrer simplement le texte, Pupa Neumann a cherché à en savoir davantage sur Madeleine, cette cousine d’André Gide qui n’a jamais consommé son mariage avec lui. L’auteur l’aimait d’un amour bien trop pur pour la toucher, réservant cela aux garçons. Pour autant, cette femme s’est entièrement consacrée à lui, et aux corvées ménagères, faisant ainsi nombre de concessions. Renonçant même à sa vie de femme. Par sens aigu du sacrifice ?

Madeleine avait tout pour séduire Pupa, mais la photographe a choisi d’en offrir son interprétation, sans doute éloignée de la réalité, jouant avec les codes liés à la représentation de la femme qui l’inspirent tant.

Déjà, sa précédente exposition Daydream, à The Big Gallery, donnait à voir des femmes énigmatiques traçant leur chemin, se voilant la face parfois, étouffant un cri, sous cloche. Venues de nulle part, elles semblaient échapper à des destins tragiques, non sans surréalisme. Farouchement indépendantes. Quant à ses autres séries (Taille unique, Madame de, Canon de beauté, Hello Dolly !, L’Après-Coup…), elles témoignent de son engagement contre la maltraitance (de la femme et des enfants), les violences domestiques, l’atteinte aux droits de la femme.

3-Les cygnes2016Pupa Neumann« Une poupée mécanique qui assume son destin »

Dans les clichés exposés, la Madeleine de Pupa Neumann apparaît femme-enfant, sage, coquine, voire perverse. Elle attend, entre un mur et une table. Dans la préface du catalogue, Nathalie Fiszman la décrit ainsi : « Elle incarne, par son teint pur et ses poses la fragilité et la grâce. Elle est tantôt sexuée, tantôt pas, illustrant ainsi son combat intérieur. On découvre une jeune femme résignée, au teint d’opale, les cheveux lisses, sur d’autres clichés, une effrontée, très sexuelle, en pâmoison, ou tenant un médaillon – religieux ? – entre les dents. Ses bras sont des cygnes, ses cheveux, un indice de son état. Parfois elle crache. Et parfois, elle redevient une petite fille qui joue avec de drôles de hochets. Elle joue, mais elle est figée. Madeleine est une poupée mécanique qui assume son destin. »

Pupa Neumann a le sens de la mise en scène. L’ensemble est sophistiqué. Ses cadres sont maîtrisés. Une belle harmonie chromatique se dégage de ses images. Derrière la joie, une sourde mélancolie. Une grâce. Une présence aussi. Mais la Madeleine de Gide conserve tout son mystère.

Décidément, les femmes de Pupa Neumann échappent à tout conditionnement. Quelle magnifique ode à la liberté !

Sarah Meneghello

La Madeleine de Gide
Texte & images de Pupa Neumann
Format : 21 x 25 cm, 64 pages
Prix : 29 €
En vente dans des librairies spécialisées comme la Librairie d’art ARTCURIAL Paris
Commande en ligne à contact@pupaneumann.com

À découvrir sur Artistik Rezo :

Sélection de beaux livres photo à offrir pour les fêtes

[Crédits Photo 1 : Le Médaillon / Photo 3 : Les Cygnes / Photo 4 : Madeleine /

Photo 5 : La Plume © Pupa Neumann]

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
31 vues
Art
31 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
41 vues
Spectacle
41 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
38 vues
Agenda
38 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]