0 Shares 6 Views

« N’importe où hors du monde » : vers de fascinants ailleurs

12 décembre 2016
6 Vues
1-ROUGIER Manon-Cent craies Mélissa Balkin - copie

Exposition N’importe où hors du monde

Œuvres de Manon Rougier

Du 24 novembre au 15 décembre 2016

Vernissage le 24 novembre 2016 de 18h à 21h
en présence de l’artiste

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Entrée libre

Chenaux Gallery
60, Rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple

www.chenauxgallery.com

manonrougier.com

prixicartartistikrezo.com

Jusqu’au 15 décembre 2016

La Chenaux Gallery accueille Manon Rougier, lauréate du Prix Icart – Artistik Rezo 2016, pour son premier solo show, N’importe où hors du monde. L’occasion de revoir son œuvre primée et de découvrir ses dernières créations. Une fine exploration de l’invisible et des œuvres empreintes d’onirisme.


Quelle plus jolie mission pour les étudiants de l’Icart, futurs professionnels de la culture, que de faire découvrir la jeune création ? Depuis près de 10 ans, le Prix – Icart – Artistik Rezo s’attache à faire rayonner la scène artistique contemporaine issue de la France entière. Formidable opportunité de rencontres !

Chaque année, le Prix du Jury se voit offrir la possibilité d’exposer dans une galerie parisienne partenaire. Pour cette 8e édition, c’est la Chenaux Gallery, dédiée à l’art contemporain, lieu incontournable d’une création cosmopolite et audacieuse. À l’image du Prix.

3-Stellart PhotographyTremplin

Si son succès contribue à révéler les talents de demain, le Prix Icart – Artistik Rezo est également l’occasion pour ces jeunes artistes d’exposer leurs œuvres. Ainsi, en remportant le Prix du Jury, Manon Rougier, jeune diplômée de l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, dévoile davantage son univers peuplé de créatures délicates. Déjà, Cent craies avait conquis le jury. Ses nouvelles pièces confirment la maturité du propos et sa faculté à provoquer des émotions.

D’emblée, cette installation attire le regard. À hauteur des yeux, des craies sculptées ont été fixées sur des supports métalliques. Il faut s’approcher pour contempler les figures gravées sur ce matériau friable. Le minéral paraît s’effacer au bout des tiges, comme les âmes, mais quelle forte présence ! Fragiles, ainsi perchés les personnages semblent être à la merci du moindre tumulte. Où va donc cette foule qui regarde droit devant ? D’où vient-elle ? À proximité, les très beaux dessins et aquarelles, autant de témoignages saisis sur le vif, ne fournissent pas de réponse. Le mystère reste entier et c’est mieux ainsi.

2-1-Stellart Photography-Prevernissage Soloshow MR-41 - copieDestinations inconnues

Non loin, une frêle embarcation semble proposer au visiteur de monter à son bord. Proche mais inaccessible, la barque flotte dans les airs. Suggérant le squelette d’un mammifère géant, l’œuvre Embarquer se présente comme une vanité moderne. Des mythologies égyptienne et grecque, en passant par Dead Man de Jim Jarmusch, la barque symbolise le passage inéluctable vers l’au-delà.

De l’un à l’autre, Manon Rougier passe de l’infiniment petit au monumental, mais sa démarche artistique se concentre sur les mondes miniatures qui constituent, selon elle, une aire intermédiaire entre la sphère du monde réel et celle du monde imaginaire. Rappelons-le : c’est cet entre deux qui l’intéresse. La distance imposée par le changement d’échelle est le point de départ de son travail qui tend à mettre en lumières ces aires invisibles, en introduisant l’idée d’un possible passage.

5-Stellart Photography-Vernissage Soloshow MR-46De fascinants ailleurs

Après ce début de voyage déstabilisant, le choc a lieu au – 1, avec l’installation Ce qu’il se passe à l’étage du dessus. Au centre de la pièce, un marchepied invite à passer la tête dans un cercle découpé sous une boîte fixée au plafond. Notre curiosité est aiguisée, forcément ! Alors ? 160 créatures, réalisées en céramique, elles aussi anthropomorphes, nous scrutent. Comme si nous étions attendus. Est-ce l’heure de rendre des comptes ?

D’emblée, cette proposition insolite amuse. Pour autant, cette découverte suscite des réactions diverses. Manon Rougier n’y a pas créé l’enfermement et la simple obscurité, mais au contraire un espace infini. Entre éblouissement et trouble, on doute, en effet.

6-Stellart Photography-Vernissage Soloshow MR-101Au-delà

Quel cheminement ! Suivons ce peuple en marche (Cent craies), prêt à embarquer. N’importe où hors du monde. Là où tout est possible ? Quoi qu’il en soit, après la descente (au sous-sol, sinon aux enfers), l’élévation donne l’accès à un autre monde. Un monde où l’homme est petit. Absent, même. Est-ce un retour aux origines ? À moins que ce ne soit une projection dans le monde de demain !

Manon Rougier va-t-elle chercher dans les ténèbres ce que nous ne sommes plus capables de voir ? Chacun y projette ses obsessions : « l’Arche de Rougier », une assemblée de sages déclassés, les rescapés de la Shoah, les migrants… En tout cas, ces créatures, qui font partie de nous, plus ou moins profondément enfouies, stimulent l’imaginaire. Placé au cœur de l’installation, le visiteur n’a pas d’échappatoire. De quoi favoriser l’accès, sauf que la taille réduite agit sur l’espace temps. Quelque chose nous échappe. Toujours. C’est frustrant mais d’une infinie poésie.

7-Stellart Photography-Prevernissage Soloshow MR-47Métamorphoses

Donc, ne pas se fier aux apparences. Malgré le blanc dominant, la pureté n’est pas de mise. Rien de lisse ici. Et sans doute parce que nous, occidentaux, nous oublions trop ce qui est invisible, Manon Rougier fait naître des ombres dans ces espaces de transition où ce qui, souvent, ne se décèle pas, accède enfin à la lumière, où l’éphémère vise à l’éternité.

Une expérience sensible, qui n’est pas sans rappeler les rites proches du chamanisme. Ici, les revenants de temps immémoriaux côtoient les ombres de l’enfance. En reliant morts et vivants, la jeune artiste nous plonge dans un rêve ténébreux où la sauvagerie ne menace pas la civilisation. Au contraire !

Manon Rougier est bel et bien « habitée ». Où tout du moins engagée corps et âme. Voilà de quoi transporter ceux qui se laissent volontiers… embarquer vers ces fascinants ailleurs !

Sarah Meneghello

À découvrir sur Artistik Rezo :

Exposition N’importe où hors du monde – Manon Rougier – Prix Icart Artistik Rezo 2016 – Chenaux Gallery

Manon Rougier : « Quitter la réalité »
Prix Icart – Artistik Rezo 2016 – Les lauréates

Prix Icart – Artistik Rezo 2016


[Crédits Photo 1 : © Robin Chutaux / Photos 2-6 : © Stellart Photography]

 

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
59 vues
Art
59 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
68 vues
Spectacle
68 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]