Henri ThuaudDénicheur de talents, collectionneur, éditeur d’art, blogueur, Henri Thuaud aime se définir comme un passeur au sein du petit monde de l’art urbain. Rencontre.



D'où vient votre passion pour l’art urbain ?

Avec ma femme Laurence, nous sommes, depuis toujours, très intéressés par la culture underground, aussi bien musicale qu’artistique. Il y a une dizaine d’années, nous avons rencontré un certain nombre d’artistes appartenant à cette mouvance qui allait devenir le street art : Jérome Mesnager, Némo, les Mosko et associés... Nous avions déjà la passion de la collection, et nous étions intéressés par le courant graffiti. Nous avons toujours aimé les tendances émergentes. C’est aussi l’époque où Speedy Graphito a commencé à faire parler de lui à l’instar du peintre américain Keith Haring.


Diriez-vous que le mouvement a perdu en visibilité dans les années qui ont suivi ?

En tout cas, avec la guerre du Golfe, le marché s’est effondré. Pour moi, l’envol du street art débute en 2002, période où l’on commence à voir sortir aux éditions Critères des livres sur Speedy Graphito, Jérome Mesnager, Miss.Tic, Jean Faucheur... En 2005, grâce au maire du quatrième arrondissement, nous avons monté l’exposition « Section Urbaine « aux Blancs Manteaux, avec l’association Art dans la ville. Nous avons reconstitué une ville dans cet espace où étaient exposés Speedy Graphito, Jef Aérosol, Jérôme Mesnager, Ernest Pignon-Ernest, L’Atlas, Paella ?.... Un gros succès, avec plus de 25'000 visiteurs.


C’est aussi la période où vous avez commencé à travailler avec JR...

Oui, il était alors complètement inconnu, et j’ai eu la chance de pouvoir le mettre en contact avec ses premiers collectionneurs. Cela lui a permis de financer des voyages, notamment dans les favelas brésiliennes, et pour le projet « Face 2 face », dans des villes palestiniennes et israéliennes. Pour moi, c’est un génie ! Notre but, c’est de tout faire pour mettre en avant les artistes. Nous les mettons souvent en relation avec des galeries. Par exemple, nous sommes partenaires de la News Square Gallery, à Lille, où nous avons contribué à faire exposer Speedy Graphito, Tanc ou JonOne. Nous avons aussi permis à JonOne et Réro d’entrer en contact avec la galerie Fabien Castanier à Los Angeles. Notre passion, c’est surtout d’être dénicheur de talents et d’accélérer des carrières.


Justement, votre dernier coup de coeur ?

Réro, que j’ai rencontré aux Trois ans du M.U.R aux Blancs Manteaux en 2010, et qui m’a scotché. Pour moi, le seul critère, c’est l’énergie, et il l’a. La quintessence de l’art, c’est ce choc que vous provoque une oeuvre. Le coup de foudre sur une image ne s’explique pas, j’ai une petite musique dans la tête que je partage avec ma femme. C’est la même énergie que j’ai trouvée chez Speedy Graphito, ou chez JonOne - un peintre majeur qui est en train d’exploser : il donne, et les gens reçoivent.


Pourquoi vous investir dans des projets éditoriaux ?

Bansky - Guerre et SprayPour essayer de faire bouger les lignes ! J’ai obtenu pour les éditions Alternatives les droits pour la version française du livre de Banksy, Guerre et Spray. Nous en sommes à la 6ème édition, et 30'000 exemplaires vendus... Toujours aux éditions Alternatives, j’ai trois projets : l’un avec Jef Aérosol, pour ses 30 ans de pochoir, la première monographie de Zevs courant 2013, et enfin un livre sur Réro. J’ai aussi réalisé un livre sur Zenoy dans la collection « Opus Délits » (Critères éditions).


Vous êtes aussi passé à l’édition de lithographies...

Depuis un an, nous avons voulu redonner ses lettres de noblesse à la lithographie. Un peu en réaction contre ces « prints » que l’on trouve dans le monde anglo-saxon, et qui ne sont que des impressions dont les couleurs vont passer au fil du temps. Nous avons donc créé la collection « Noir & Blanc », une série de lithographies imprimées chez Idem, à Paris, et tirées à 30 exemplaires (+ 10 exemplaires d’auteurs). Ont déjà participé Zevs, Réro, JonOne, Mambo, Jacques Villeglé. Jean-Charles de Castelbajac, Mark Jenkins, Ludo, OX, Speedy Graphito entre autres, sont à venir. Quand la collection sera terminée, sans doute dans deux ans environ, nous éditerons un catalogue, et organiserons une exposition dans un lieu prestigieux, peut-être Artcurial à Paris. La lithographie peut être une porte d’entrée pour certains collectionneurs, dans la mesure où beaucoup d’artistes urbains sont devenus des valeurs sûres et de plus en plus inabordables.


Comment expliquez-vous l’engouement actuel du public pour le street art ?

Les gens de ma génération, nés dans les années soixante, et qui ont grandi avec ce mouvement, se retrouvent aux commandes d’à peu près tout : les entreprises, les médias. Ils ne souhaitent pas reproduire les schémas de leurs parents et propulsent les leurs. Les médias s’étant emparés de l’art urbain, le public s’est encore élargi. L’art est toujours un marqueur de son époque, même si le grand public s’en aperçoit tardivement. Or, l’art urbain est le premier mouvement artistique qui a des résonances dans le monde entier. Les « kings » new-yorkais (Quik, John Crash Matos, Seen...) viennent exposer à Paris, qui pour moi est the place to be. Des galeries majeures s’y sont mises. La galerie Jérôme de Noirmont a exposé Futura 2000, Marcel Strouk défend Fenx et JonOne, Emmanuel Perrotin suit JR...


Vous voyez un effet de mode dans cet intérêt ?

Non, pour moi, il s’agit vraiment d’un mouvement durable. Même si les artistes qui comptent dans ce milieu sont limités. Je dirais qu’une dizaine d’artistes français sont destinés à aller très loin : Speedy Graphito, JR, Zevs, Jef Aerosol, Invader, JonOne, Réro... Comme Banksy, Os Gémêos, Shepard Fairey, ce sont des artistes internationaux, dont le message est universel. Le bémol, pour l’instant, c’est encore la frilosité des institutions, toujours en total décalage... Ma crainte est aussi de voir des artistes qui ne sont pas issus de l’art urbain s’en revendiquer. Pour moi, aujourd’hui, un Street Artiste est avant tout un artiste à part entière devant avoir une certaine légitimité dans le temps.


Mais c’est aussi une scène où la jeune génération est très présente...

C’est vrai, il existe de nouveaux artistes, qui souvent ont moins de trente ans, et sont des globe-trotters. Pour la première fois dans l’histoire de l’art, ils sont nomades. Banksy va rendre visite pour quelques jours à Shepard Fairey, les Os Gêméos débarquent chez JR et dorment sur son canapé - peu importe les sommes qu’ils gagnent ! Ce sont des artistes qui développent un langage universel. Ils n’ont pas en ligne de mire l’argent mais le message qu’ils veulent délivrer.


Cela les rend-ils méfiants vis-à-vis du marché de l’art ?

Non, je ne crois pas. Ce sont des enfants de la pub, de la communication, de la télé. Ils ont compris qu’ils ne devaient pas aller vers le marché mais le laisser aller vers eux. Ils sont au contact de nouveaux opérateurs : les maisons de vente qui veulent mettre en avant le street art, les collectionneurs. D’une façon très instinctive, ils arrivent à maîtriser les règles du marketing. Ils savent que nous vivons dans un monde où cette stratégie est nécessaire.

Propos recueillis par Sophie Pujas


Pour en savoir plus :
lezartsurbains.blogspot.fr
www.lezarts-urbains-editions.com


 
Autres articles à lire

Agenda

News image

Vernissages - Paris - Décembre 2014

Art-decDécembre 2014

Au mois de décembre, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art…) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective ...

News image

Sorties ciné - Décembre 2014

cinema-decDécembre 2014

Quels sont les films qui sortent en décembre dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se détendre, passer un bon moment entre amis ou en ...

Please update your Flash Player to view content.

Miroir des avant-gardes, 1927-1940 de Florence Henri - Jeu de Paume

FlorenceHenri_11_FemmeAuxCartes Du 24 février au 17 mai 2015 Florence Henri (New York, 1893-Compiègne, 1982), artiste protéiforme, est d’abord connue pour sa peinture, avant de se faire une place incontestable dans le domaine de la photographie des avant-gardes entre la fin des années 1920 et le début des années 1940. Read more..

Joséphine d'Arno Brignon - Voz'Galerie

arnobrignon Du 6 novembre 2014 au 8 janvier 2015 Repéré en 2008 par Ivane Thieullent, fondatrice de la Voz'Galerie, Arno Brignon est lauréat de la 40ème Bourse du Talent, prix qui lui vaut d'être exposé à la BNF en 2010. Read more..

She knows me too well de Steve Hiett - Galerie Madé

hietts Du 27 novembre 2014 au 24 janvier 2015 Poursuivant la programmation de photographie de mode entamée il y a un an à l’ouverture de la galerie avec le photographe français Jean-François Lepage, ou plus récemment avec Luciana Val et Franco Musso, la galerie Madé présente She knows me too well, une exposition de Steve Hiett. Read more..

Lumières : carte blanche à Christian Lacroix - Musée Cognacq Jay

cogna Du 19 novembre 2014 au 19 avril 2015 Pour sa réouverture, le musée Cognacq-Jay se dévoile à travers une carte blanche proposée à Christian Lacroix. Read more..

Exposition Regard de Collectionneur - Galerie Vitrine-65

philippe Du 17 au 27 décembre 2014 Institut des Idées Actives, laboratoire d’idées et d’expérimentations artistiques collaboratives, créé par Virginia Naegelin et Christine Jardin, conceptrices  pluridisciplinaires, présente en association avec l’un de ses membres, Philippe Danjean, collectionneur d’art : Regard de Collectionneur, exposition d’art contemporain urbain à la galerie Vitrine-65 située dans le quartier du Haut-Marais à Paris. Read more..

Fête du graphisme 2015

Milton_Glaser-etats-Unis Janvier - Février 2015  La deuxième édition de la Fête du graphisme se tiendra à Paris en janvier-février 2015. Read more..

Salon La métamorphose des matériaux - Espace des Blancs Manteaux

matriau Du 22 décembre 2014 au 4 janvier 2015L’exposition La Métamorphose des Matériaux est devenue depuis 2003 le rendez-vous incontournable des vacances de Noël parisiennes. Read more..