0 Shares 104 Views

Turner – Grand Palais

turner grand palais

turner grand palais::

Après une première étape à la Tate de Londres et avant le Musée du Prado de Madrid, l’exposition Turner s’offre à voir au public français. Présenté comme l’un des moments forts du printemps culturel à venir, cet événement artistique prend le parti de montrer la profonde singularité et originalité de l’artiste à travers une mise en parallèle judicieuse de ses toiles et de celles de ses sources d’inspiration. William Turner s’est en effet nourri du travail des grands classiques ainsi que de celui de ses contemporains pour sans cesse, par petites touches d’abord puis de manière plus magistrale, bousculer son art. Ambitieux et animé d’un redoutable esprit de compétition, il a construit sa vision à travers ses rencontres, ses dialogues, offrant des tableaux déroutants de lumière, de chaleur et de profondeur.

La mise en perspective des toiles de Turner avec celles de ses inspirateurs est un choix scénographique judicieux qui permet de saisir les variations et les modifications finement apportées par rapport à l’original.

Si les scènes de genre ne sont pas les toiles les plus saisissantes, son travail sur les paysages maritimes est en tout point remarquable. Ciel et mer se fondent pour ne faire plus qu’un, donnant naissance à un déploiement de couleurs chatoyantes encore rehaussées par l’astre solaire. Précis au début de sa carrière, son coup de pinceau se fait au fil des années plus diffus, plus dense, plus vaporeux, touchant du doigt un impressionnisme qui n’existe pas encore.

De telles toiles invitent à la contemplation, au regard attentif, afin d’en savourer chaque ton. Égoïstement, on aimerait pouvoir rester des heures devant certaines œuvres, un privilège rendu impossible par le succès que connaît l’exposition : salles saturées, cheminement chaotique et bousculé, la magie qui opère sur la toile peine à atteindre le visiteur obligé de passer, rapidement, son chemin.

Remarquable, lumineuse et riche, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier l’œuvre de Turner qui trouve dans le Grand Palais un écrin à sa mesure. Avec un regret toutefois, celui ne pas pouvoir en profiter calmement.

Solène Zores

Turner et ses peintres

Du 24 février au 24 mai 2010
Du vendredi au lundi de 9h à 22h, le mardi de 9h à 14h, le mercredi de 10h à 22h et le jeudi de 10h à 20h.

Plein tarif : 11€ // tarif réduit : 8€

Grand Palais
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
M° Franklin Roosevelt ou Champs-Elysées Clémenceau

[Visuel : © Tate Photography]

Articles liés

L’emmerdante – Théâtre Essaïon
Agenda
6 vues
Agenda
6 vues

L’emmerdante – Théâtre Essaïon

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons » écrivait Brassens. Telle est la devise de Mathilde. Mathilde est l’emmerdante. Elle se retrouve pour la 6ème fois à la PJ pour avoir manifesté et assumé un peu trop fort ses convictions. Louis est l’inspecteur qui va la mettre pour la 6ème fois […]

The Ride – Documentaire de Stéphanie Gillard
Agenda
11 vues
Agenda
11 vues

The Ride – Documentaire de Stéphanie Gillard

Chaque hiver, une troupe de cavaliers Sioux traverse les grandes plaines du Dakota pour commémorer le massacre de leurs ancêtres à Wounded Knee. Sur ces terres qui ne leurs appartiennent plus, les aînés tentent de transmettre aux plus jeunes leur culture, ou ce qu’il en reste. Un voyage dans le temps pour reconstruire une identité […]

Ni juge, ni soumise – Documentaire de Jean Libon et Yves Hinant
Agenda
10 vues
Agenda
10 vues

Ni juge, ni soumise – Documentaire de Jean Libon et Yves Hinant

Ni Juge ni soumise est le premier long-métrage StripTease, émission culte de la télévision belge. Pendant 3 ans les réalisateurs ont suivi à Bruxelles la juge Anne Gruwez au cours d’enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime. Ce n’est pas du cinéma, c’est pire. Retrouvez aussi notre dossier avec toutes les sorties ciné […]