0 Shares 22 Views

Vaudou – Fondation Cartier pour l’art contemporain

Visuel_Vaudou_NEW_WEB

Mélange d’animisme, de divination et d’autres religions — au gré des pays qui le pratiquent —, le vaudou est né sur la côte Ouest de l’Afrique avant de se répandre aux XVIIème et XVIIIème siècles aux Caraïbes, en Amérique du Nord et du Sud, suivant l’itinéraire du commerce triangulaire des esclaves. Ce culte subsiste toujours aujourd’hui sur une ligne allant du Togo à l’ouest du Nigéria.

L’exposition aide-t-elle le néophyte à percer l’énigme vaudou ? Car énigme il y a incontestablement, ne serait-ce que sur la signification même du terme « vaudou ». La dernière en date, avancée par Suzanne Preston Blier, professeure à Harvard, suggère à partir de la combinaison des mots « vo » (« se reposer  » selon la langue Fon du Bénin), et « dun » (« puiser de l’eau ») la réponse suivante : « attendre calmement et puiser l’eau ». Parabole qui inviterait les individus à « la nécessité de rester calme lorsque des difficultés se présentent sur le chemin ».

IMAGE_VAUDOU_4Pour approcher au plus près ce mystère vaudou, plutôt que d’offrir au visiteur un parcours didactique, la scénographie de l’exposition suit un parti pris, celui d’une présentation épurée et élégante, orchestrée par le spécialiste du design industriel italien, Enzo Mori. Trois niveaux à voir donc : au rez-de-chaussée, une reconstitution simplifiée et symbolique de l’emplacement des grandes sculptures vaudou à l’entrée des habitations, veillant contre les dangers et mauvais esprits.

Au sous-sol, un alignement de « bocios » (dont la traduction littérale en langage Fon signifie cio / « cadavre », et bo /« doté de pouvoirs »). Ces statuettes élaborées à partir d’un assemblage de bois, ficelle, ossements, cheveux, coquillages et terre cuite sont gardées précieusement à l’intérieur des maisons ou des villages et manipulées lors des rites vaudou. Ici, leur présentation dans des vitrines à hauteur d’homme, savamment mises en valeur par un éclairage en clair-obscur, leur confère presque des airs menaçants.

Dans une dernière salle émerge enfin, le clou de la visite : le « Chariot de la mort », implacable, glaçant, horrifique. L’ouvrage, composé d’un bocio bicéphale, tiré vers une destination inconnue par deux crânes de crocodiles, constitue une métaphore du passeur aidant les âmes des défunts à traverser le fleuve, antichambre de l’au-delà.

IMAGE_VAUDOU_2Remèdes, talismans, outils de sorcellerie ? De façon générique, ces bocios servent à intercéder entre le monde des vivants et celui des esprits. Et selon les circonstances, la vocation de ces statuettes sera d’attirer la prospérité, de favoriser la fertilité, ou plus prosaïquement de protéger leur propriétaire et /ou de nuire à toute personne animée de mauvaises intentions à l’égard de celui-ci.

Dans tous les cas, les significations et les fonctions des objets vaudou sont si variées que seuls de grands sorciers tenus au secret en comprennent tous les usages. A titre d’exemple, une statuette représentant un individu transpercé par un objet en bois à des endroits précis du corps, peut indiquer les points de souffrance de son propriétaire ou alors les zones où le maléfice invoqué par ce dernier devra agir sur une personne désignée.

Si on attend de cette exposition d’élucider l’énigme vaudou, on se retrouvera probablement frustré, voire avec le sentiment d’avoir été floué, car en matière d’explications, il n’en existe pas beaucoup. Tout au plus pourra-t-on se contenter des films d’archives, des documents personnels et photographies de Jaques Kerchache mis à disposition du visiteur.

L’objectif a été visiblement de laisser les objets parler d’eux-mêmes, à chacun de s’imprégner de l’atmosphère mystique qui s’en dégage, et de se confronter à ses propres peurs et interrogations métaphysiques.

Pari réussi, on ne peut sortir indemne de la sensation d’envoûtement et de puissance magique qui émanent de ces bocios. Cette exposition se savoure comme une expérience spirituelle : à défaut d’en percer les secrets, elle permet de toucher du doigt le mystère vaudou. 

Roxane Ghislaine Pierre

{dmotion}xim9mn{/dmotion}

A lire sur Artistik Rezo :
Mystère – mai et juin 2011 – Soirées Nomades de la Fondation Cartier
Jeff Mills, Something In The Sky – jeudi 16 juin à 22h
Les meilleures expositions cet été à Paris

Vaudou

Du 5 avril au 25 septembre 2011
Tous les jours, sauf le lundi, de 11h à 20h.
Nocturne le mardi jusqu’à 22h.

Tarif : 9,50 € // Tarif réduit : 6,50 €
Accès libre pour les moins de 18 ans le mercredi de 14h à 18h.

www.vaudou-vodun.com


Fondation Cartier pour l’art contemporain

261, boulevard Raspail – 75014 Paris
M° Raspail ou Denfert-Rochereau

www.fondation.cartier.com

Articles liés

« Bestiaire Moderne » de Mosko – Gca Gallery de Nice
Agenda
7 vues
Agenda
7 vues

« Bestiaire Moderne » de Mosko – Gca Gallery de Nice

Quand l’exotisme estampe le monde urbain. Comment rendre vivant ce qui ne l’était plus ? Gérard Laux (né en 1953), de son nom d’artiste Mosko, tente de résoudre cette problématique depuis la fin des années 80 en posant ses pochoirs bestiaires sur les murs de la ville. Ainsi, l’ambition de Mosko est de rendre les […]

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
203 vues
Art
203 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
126 vues
Spectacle
126 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]