0 Shares 35 Views

Allez-y de notre part : L’Ornithologue

24 octobre 2016
35 Vues
L'Ornithologue

L’Ornithologue

De João Pedro Rodrigues

Avec Paul Hamy, João Pedro Rodrigues, Han Wen

Durée : 1h57

Sortie le 30 novembre 2016

L'OrnithologueSortie le 30 novembre 2016

Comme chaque semaine, la rédaction d’Artistik Rezo sélectionne pour vous LE film à ne pas rater. Cette semaine : L’Ornithologue, de João Pedro Rodrigues.

Le pitch. Fernando, un ornithologue, descend une rivière en kayak dans l’espoir d’apercevoir des spécimens rares de cigognes noires. Absorbé par la majesté du paysage, il se laisse surprendre par les rapides et échoue plus bas, inconscient, flottant dans son propre sang.

Allez-y de notre part. Il serait terriblement réducteur de ne décrire João Pedro Rodrigues que comme un cinéaste gay, tant le réalisateur portugais possède une aura et un talent qui lui permettent de s’exprimer bien au-delà de cette simple étiquette. Auteur d’oeuvres saluées de façon unanime (O fantasma, Odete, Mourir comme un homme), le réalisateur restait sur quelques oeuvres plus expérimentales, dont La dernière fois que j’ai vu Macao, qui pouvait subjuguer un peu moins tant il était exigeant et dépassionné. C’est vers un cinéma plus classique (au sens rodriguesien du terme) que JPR revient avec L’Ornithologue, et c’est forcément une excellente nouvelle.

 

Rodrigues a failli devenir ornithologue. D’où un film aux résonances autobiographiques, dont le héros n’est qu’une copie développée de lui-même. Il s’est inspiré de l’histoire de Saint-Antoine de Padoue, pour un script écrit en trois semaines après avoir été mûrement réfléchi pendant des mois. Mêlant documentaire et fiction, le film développe un dispositif original, puisque dans les scènes où le héros (joué par le Français Paul Hamy, vu dans Suzanne et Maryland) s’exprime, c’est Rodrigues qui double sa voix (alors que Hamy avait pourtant appris le portugais de façon tout à fait acceptable). L’idée s’est imposée au montage, lorsque le cinéaste a eu envie de s’exposer davantage, lui qui apparaît physiquement dans le film puisqu’il a tourné en double toutes les scènes du personnages de Paul Hamy, rejouées par lui-même. Le tout donne un objet curieux mais touchant, plus par exemple que les oeuvres de Miguel Gomes, qui peuvent parfois sembler trop artificielles.

 

Lucile Bellan

[Image 2015 © Epicentre Films]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
205 vues
Art
205 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
175 vues
Spectacle
175 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]