0 Shares 28 Views

Allez-y de notre part : Orpheline

25 février 2017
28 Vues
Orpheline

Orpheline

D’Arnaud des Pallières

Avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot

Durée : 1h51

Sortie le 29 mars 2017

OrphelineSortie le 29 mars 2017

Comme chaque semaine, la rédaction d’Artistik Rezo sélectionne pour vous LE film à ne pas rater. Cette semaine : Orpheline, d’Arnaud des Pallières.

Le pitch. Portrait d’une femme à quatre âges de sa vie. Petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente ballottée de fugue en fugue, d’homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Jeune provinciale qui monte à Paris et frôle la catastrophe. Femme accomplie enfin, qui se croyait à l’abri de son passé. Quatre actrices différentes incarnent une seule et même héroïne.

Allez-y de notre part. Toujours socuieux de penser les films autrement, Arnaud des Pallières revient avec un projet singulier, pas forcément simple à résumer mais d’une absolue évidence à l’écran : raconter l’histoire d’une femme à quatre étapes de son existence, tout en traitant ces quatre phases comme s’il s’agissait des portraits indépendants de quatre individus différents. Au générique, les quatre personnages portent des noms différents. Pourtant, c’est bien de la même entité qu’il s’agit. Ce qui pourrait ressembler à un film concept un peu factice n’en est pas un : il y a simplement dans Orpheline l’idée que toutes les femmes, quelles que soient leurs origines sociales, vivent certaines étapes de leur existence de façon tout à fait similaire.

C’est ainsi que l’on suit une héroïne à l’âge de 6 ans (Vega Cuzytek), 13 ans (Solène Rigot), 20 ans (Adèle Exarchopoulos) puis 27 ans (Adèle Haenel) à quatre moments-clés. L’écriture pointilleuse et la caméra exigeante du réalisateur de Michael Kohlhaas, Parc et Adieu font le reste : entre chronique et polar, Arnaud Des Pallières signe un portrait collectif et individuel à la fois, le tout d’une grande qualité formelle. À sa tête, quatre actrices magnifiques : la débutante Vega Cuzytek, la si prometteuse Solène Rigot, et les deux Adèle césarisées, l’une pour La Vie d’Adèle, l’autre pour Suzanne et Les Combattants. Sacrée réunion au sommet.


Lucile Bellan

[Image 2017 © Le Pacte]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
210 vues
Art
210 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]