0 Shares 32 Views

Allez-y de notre part : Toni Erdmann

13 juillet 2016
32 Vues
Toni-Erdmann

Toni Erdmann

De Maren Ade

Avec Peter Simonischek, Sandra Hüller, Michael Wittenborn

Durée : 2h42

Sortie le 17 août 2016

Toni ErdmannSortie le 17 août 2016

Comme chaque semaine, la rédaction d’Artistik Rezo sélectionne pour vous LE film à ne pas rater. Cette semaine : Toni Erdmann, de Maren Ade.

Le pitch. Quand Ines, femme d’affaire d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Sa vie parfaitement organisée ne souffre pas le moindre désordre mais lorsque son père lui pose la question « es-tu heureuse ? », son incapacité à répondre est le début d’un bouleversement profond. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l’aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage : le facétieux Toni Erdmann…

Allez-y de notre part. Tout le monde (ou presque) la donnait parmi les principaux prétendants à la Palme d’Or : pourtant, Maren Ade est repartie brdouille du festival de Cannes 2016, le jury présidé par George Miller n’ayant visiblement pas été unanime face à sa proposition de cinéma. C’est vrai que Toni Erdmann détonne dans le paysage cinématographique actuel, a fortiori dans un milieu auteuriste où les larmes dominent souvent les sourires. Imaginez un peu une comédie allemande de plus de 2 heures 40, rythmée par les facéties d’un personnage atypique et sa relation accidentée avec sa fille.

 

La vérité, c’est que le film de Maren Ade est proprement indescriptible : on y rit effectivement beaucoup, sans négliger la profondeur des thématiques traitées, et sans jamais se rendre là où s’attendait à aller. Auteure il y a quelques années d’un Everyone else très différent mais tout aussi saisissant, la réalisatrice allemande livre un morceau de cinéma d’une singularité absolue, fruit d’un travail qu’on imagine conséquent et de longue haleine, tant l’équilibre de l’ensemble est remarquable (alors qu’il ne fait que parler d’instabilité). En sortant à la mi-août, le film peut espérer conquérir les curieux aoûtiens et embrayer sur un mois de septembre au cours duquel les cinéphiles reprennent généralement le chemin des salles obscures. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Lucile Bellan

[Image 2015 © Haut et Court]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
206 vues
Art
206 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]