0 Shares 41 Views

Cinéma à domicile : 3 films à voir en octobre 2017

27 août 2017
41 Vues
Ce qui nous lie
Problemos

D’Eric Judor

Avec Eric Judor, Blanche Gardin, Célia Rosich

Durée : 1h25


The Jane Doe Identity

De André Øvredal

Avec Emile Hirsch, Brian Cox, Ophelia Lovibond

Durée : 1h30


Ce qui nous lie

De Cédric Klapisch

Avec Pio Marmaï, Ana Girardot, François Civil

Durée : 1h54

Ce qui nous lieLa vie des films n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Carrière en salles trop fugace ou sortie en direct to VOD : chaque mois, Artistik Rezo vous propose de rattraper à la maison 3 films disponibles sur vos écrans et que vous n’avez sans doute pas encore vus.

1) Problemos d’Eric Judor

Développé dans la série Platane, le ton si particulier d’Eric Judor s’exprime à pelin régime dans cette exploration comique et apocalyptique d’une ZAD. Satirique, décalée, toujours inattendue, l’exploration menée par le réalisateur (et ses deux scénaristes Blanche Gardin et Noé Debré) ne peut laisser indifférent : elle gratte là où ça fait mal quitte à flirter avec la caricature ou la moquerie, mais sa façon de bifurquer régulièrement rend Problemos réellement plaisant à suivre, même si sa fin peut clairement laisser dubitatif.

Disponible (entre autres) sur FilmoTV

2) The Jane Doe Identity de André Øvredal

Les films de genre sont de plus en plus rares à sortir sur grand écran, mais celui-ci le méritait, tant il parvient à insuffler une tension palpable de part en part en créant une sensation d’enfermement et de mystère au gré d’un huis clos bien ficelé. Le réalisateur norvégien de The Troll Hunter raconte comment une énième autopsie va se transformer, pour un médecin légiste et son assistant (qui n’est autre que son fils), en cauchemar truffé d’interrogations. La partie autopsie est longue, crédible et intrigante, et le reste est plus qu’implacable. Un film solide et remusant, mené par Emile Hirsch et Brian Cox.

Disponible (entre autres) sur Univers Ciné

3) Ce qui nous lie de Cédric Klapisch

Réalisateur généreux, particulièrement aimé par le grand public, Cédric Klapisch a livré un film à son image, prônant le partage, le transmission des valeurs, le fait de se tourner vers l’avenir sans renier le passé. Ce portrait croisé de deux frères et une soeur chargés de reprendre en main l’exploitation vinicole de leurs parents lui permet de donner libre cours à ce qu’il sait faire : du cinéma qui sait se faire à la fois tendre, grave, drôle, mais jamais gratuit. Son trio d’interprètes fonctionne à merveille parce qu’il est aussi complémentaire que les personnages dépeints par le réalisateur, ce qui rend Ce qui nous lie absolument savoureux à suivre.

Disponible (entre autres) sur Pluzz VAD

Lucile Bellan

[Image 2017 © StudioCanal]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
122 vues
Spectacle
122 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
200 vues
Art
200 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
170 vues
Spectacle
170 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]