bandeau3-bigbang


69ème festival de Cannes

du 17 au 28 mai 2016

Jupiter's mooncompte-rendu du jeudi 18 mai

Entrée de plein fouet dans le festival, notre envoyée spéciale retrouve son rythme et ses habitudes, pendant que les déceptions et les surprises s'entrecroisent...

Si le jour 1 c’est celui qu’on retient, le jour 2 pose le rythme d’un festival où il faudra quand même voir une petite cinquantaine de films pendant une dizaine de jours. Donc on s’accroche au carnet où on religieusement noté toutes les informations capitales (planning, durée des films, sélections au complet, rattrapages et numéro de téléphone du colocataire au cas où) et on avale un solide petit déjeuner (c’est à dire non pas une mais bien deux barres de céréales) avant de filer pour la première fois de l’année dans la grande salle Lumière du Palais. Aguerrie, on se dit qu’arriver à 7h50 pour une projection réservée à la presse qui commence à 8h30 c’est pas déconnant. Mais c’est sans compter sur les tout nouveaux portiques de sécurité qui multiplient le temps de contrôle par deux. La cohue est réelle, les réflexions fusent, on entend qu’à 7h30 « c’est passé tout seul » (tu m’étonnes) et on regarde consternée les agents du palais ouvrir consciencieusement chaque boitier à lunettes trouvé dans les sacs des journalistes accrédités (les consignes ont été données).

Wonderstruck, film de Todd Haynes présenté en compétition officielle est, c’est le moins qu’on puisse dire, une belle déception. Le réalisateur de Carol, habitué des reconstitutions historiques, a placé son intrigue dans le New York des années 20 et des années 70, diluant avec des effets datés son histoire mollassonne et sans attraits. C’est l’ennui, la consternation et surtout la déception. Où sont passés le chic et le glamour ? Il n’y a ici que mauvais goût. Et on entend même pour la première fois, de francs ronflements sur la droite.

On court à la salle Debussy pour le premier film de la compétition Un certain regard, Western de la réalisatrice allemande Valeska Grisebach. La polémique gronde chaque année à propos du nombre de films réalisés par des femmes sélectionnés à Cannes, je mets un point d’honneur à en voir le plus grand nombre (notez l’ironie, puisqu’il y en a si peu). Le Western de Valeska Grisebach est poisseux, malaisant et téstostéroné. Il place dans les collines bulgares une lutte aux relents colonialistes, où un petit d’ouvriers allemands venus améliorer les infrastructures jouent aux cowboys et bouscule la vie d’un village tranquille. Le propos est politique et le regard est affûté. Solide.

À 11h et des poussières, j’envoie le sms suivant « programme chargé, j’ai prévu de boire/pisser/manger vers 19h environ ». Ce n’est pas une blague. Ça y ressemble mais non. Après la séance allemande, je tente ma chance avec 1h de queue pour entrer dans une salle de quelques centaines de places pour voir Barbara, film de Mathieu Amalric inspiré par la chanteuse et présenté en ouverture d’Un certain regard. Dans la file réservée à ma couleur de badge, je sais que seulement une poignée d'entre nous rentreront. Je m’acharne. Nous avons dû être une vingtaine mais je suis dans la salle. Juste sous l’écran. J’ai décidé de sacrifier ma rétine au cinéma, je n’ai pas prévu de faiblir. Barbara est un film singulier qui, plutôt que de proposer un biopic, raconte comment un réalisateur interprété par Amalric construit son film sur Barbara incarnée par Jeanne Balibar. La nuance est cruciale, elle apporte tout son sel au projet. Ce n’est pas Barbara qu’on raconte mais l’essence de Barbara qu’on touche du doigt. Et si le procédé rend le résultat un peu désincarné, il est impossible de ne pas être touché par la Balibar actrice, chanteuse, qui tâtonne et transcende. Elle y est magistrale, mais ce n’est pas étonnant de la part de la femme qui a sublimé Ne change rien (Pedro Costa, 2009).

Probablement à cause d’une crise d’hypoglycémie aigüe, mon cerveau bugue et je sors du Palais pour m’installer à une table de café pour manger, boire et écrire un texte. Je reste convaincue pendant une heure que ma prochaine séance est à 19h avant qu’un message opportun ne me rappelle que ce n’est pas le cas. Et le film que je m’apprête à rater n’est rien de moins qu’une de mes trois plus grosses attentes du festival : Jupiter’s moon, film hongrois de Kornél Mundruczó, en compétition officielle.

Jupiter's moon surprend, à la fois par sa grande maîtrise du cadre et de la réalisation et un réél défaut d'écriture et de ton. Les scènes époustouflantes (l'ouverture avec les migrants qui débarquent en Hongrie) ne rattrapent pas le propos confus. Il confirme que Kornél Mundruczó est un cinéaste à suivre, c'est une promesse pour le futur : son chef d'oeuvre est encore probablement à venir.

Je rentre écrire, parce qu'il faut bien. Je retrouve la table, la rue bruyante et les barres de céréales arrosées de Coca-Cola (toute source de caféine est bonne à prendre). Et 3 heures et quelques milliers de signes plus tard, je reçois un sms : "j'ai une place en plus pour la soirée d'ouverture de la quinzaine des réalisateurs, tu viens ?". J'enlève mon sweat à capuche, j'enfile mes escarpins. La nuit s'arrose au champagne sur des vieux (bons) sons de NTM. Presque 24 heures typiques au festival de Cannes.

 

Lucile Bellan

A découvrir sur Artistik Rezo :
Festival Cannes 2017 : récap clap après clap !
Lucile Bellan

[Image 2017 © Pyramide Distribution]

Agenda

Vernissages - Paris - Octobre 2017

Vernissages - Paris - Octobre 2017

Octobre 2017

Au mois de octobre, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art...) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective !

Sorties ciné - Octobre 2017

Sorties ciné - Octobre 2017

Octobre 2017

Quels sont les films qui sortent en Octobre dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se...

 
Prev Next

Au revoir là-haut - comédie dramatique d'Albert Dupontel

Au revoir là-haut - comédie dramatique d'Albert Dupontel

Sortie le 25 octobre 2017 Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des...

Sans Adieu - documentaire de Christophe Agou

Sans Adieu - documentaire de Christophe Agou

Sortie le 25 octobre 2017 Dans sa ferme du Forez, à l'est du Massif Central, Claudette, 75 ans, se bat pour rester digne face à une société qui n'a plus grand-chose...

Le Sens de la fête - Comédie d'Eric Toledano et Olivier Nakache

Le Sens de la fête - Comédie d'Eric Toledano et Olivier Nakache

Sortie le 4 octobre 2017 Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd'hui c'est un...

Chroniques de Clichy-Monfermeil - Documentaire de JR & Ladj Ly sur blackpills

Chroniques de Clichy-Monfermeil - Documentaire de JR & Ladj Ly sur blackpills

Sortie le 9 octobre 2017 14 ans après l'inauguration de leur projet Portrait d'une génération, une série de portraits des habitants des Bosquets qu'ils recollaient en grand format noir et blanc...

Taxi Sofia - drame de Stephan Komandarev

Taxi Sofia - drame de Stephan Komandarev

Sortie le 11 octobre 2017 Lors d’un rendez-vous avec son banquier, un petit entrepreneur qui travaille comme chauffeur de taxi pour arrondir ses fins de mois découvre que le montant du...

L'Ecole buissonnière - comédie dramatique de Nicolas Vanier

L'Ecole buissonnière - comédie dramatique de Nicolas Vanier

Sortie le 11 octobre 2017 Paris 1930. Paul n’a toujours eu qu’un seul et même horizon : les hauts murs de l’orphelinat, sévère bâtisse de la banlieue ouvrière parisienne. Confié à...

Coexister - comédie de Fabrice Eboué

Coexister - comédie de Fabrice Eboué

Sortie le 11 octobre 2017 Sous la pression de sa patronne, un producteur de musique à la dérive décide de monter un groupe constitué d'un rabbin, un curé et un imam...

La Passion Van Gogh - film d'animation de Dorota Kobiela , Hugh Welchman

La Passion Van Gogh - film d'animation de Dorota Kobiela , Hugh Welchman

Sortie le 11 octobre 2017 Paris, été 1891, Armand Roulin est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van...

Detroit - thriller de Kathryn Bigelow

Detroit - thriller de Kathryn Bigelow

Sortie le 11 octobre 2017 Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation.

La Quête d’Alain Ducasse - documentaire de Gilles de Maistre

La Quête d’Alain Ducasse - documentaire de Gilles de Maistre

Sortie le 11 octobre 2017 Quelle peut être la quête d’Alain Ducasse, le petit garçon des Landes devenu aujourd’hui le chef et mentor le plus reconnu de la cuisine dans le...

Happy End - drame de Michael Haneke

Happy End - drame de Michael Haneke

Sortie le 4 octobre 2017 "Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles." Instantané d’une famille bourgeoise européenne.

Confident Royal - biopic de Stephen Frears

Confident Royal - biopic de Stephen Frears

Sortie le 4 octobre 2017 L’extraordinaire histoire vraie d’une amitié inattendue, à la fin du règne marquant de la Reine Victoria. Quand Abdul Karim, un jeune employé, voyage d’Inde pour participer...

Blade Runner 2049 - science fiction avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Jared Leto

Blade Runner 2049 - science fiction avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Jared Leto

Sortie le 4 octobre 2017 En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie.

Le Procès du siècle - En dvd et blu-ray

Le Procès du siècle - En dvd et blu-ray

  Rachel Weisz revient en dvd et blu-ray dans un film historique sombre et puissant.

Message from the King - En dvd et blu-ray

Message from the King - En dvd et blu-ray

  Chadwick Boseman revient en dvd et blu-ray avec un thriller dramatique puissant et cérébral.