pascal_laugier-portrait_small

Sortie DVD de Martyrs


Après Saint Ange, premier essai réussi dans l'univers du fantastique, Pascal Laugier provoque avec Martyrs une petite révolution dans le paysage lénifiant du cinéma français. Jusqu'auboutiste, tant sur le plan de la violence thématique que graphique, Martyrs crée la polémique et révèle le talent d'un réalisateur hors norme. En 2009, Pascal Laugier s'exile aux Etats-Unis où il succède au duo Maury/Bustillo pour réaliser le remake d'« Hellraiser », le chef d'œuvre de Clive Barker. Rencontre avec l'enfant terrible du cinéma français à l'occasion de la sortie du dvd de Martyrs

édité par Wildside.

Rétrospectivement, êtes-vous satisfait de la carrière de Martyrs en salle ?

En fin d'exploitation, Martyrs cumulait environ 100 000 entrées, avec une bonne moyenne de spectateurs par écran. S'il ne s'agit pas d'un échec, je ne peux néanmoins pas me satisfaire pleinement de ces résultats. Lorsque vous vous investissez pendant plus de deux ans sur un film, de l'écriture du scénario à la réalisation jusque dans la distribution, vous espérez évidemment un meilleur accueil public. Notre véritable victoire réside dans l'exploitation à l'étranger, nous avons vendu le film dans plus de quarante pays, et je pars la semaine prochaine le présenter au Japon.

 

La frilosité des directeurs de salles en France est-elle responsable de ces résultats ?

C'est trop simple pour un réalisateur de chercher systématiquement un responsable à l' « échec » de son film. Néanmoins nous avons souffert d'un parc de salles très limité et d'une représentation médiatique restreinte. Les exploitants comme l'UGC doivent se réinterroger sur la nature de leur métier, qui est avant tout de servir le cinéma, tous genres confondus. Par nécessité commerciale, ils ne diffusent quasiment plus que des films classiques et uniformisés. Or je considère qu'une des vertus du cinéma est aussi d'interroger et de scandaliser, ce que j'ai essayé de faire avec Martyrs. Le mode de financement des films français, par le biais des chaînes de télévision, est aussi un des facteurs de ce nivellement généralisé par le bas. Il semblerait impensable aujourd'hui que les films de Pasolini ou de Fassbinder puissent être produits et diffusés sur grand écran.

 

Puis il y a eu aussi une récente diabolisation des films de genre.

La rhétorique films d'horreur/racaille est une nouvelle idée puante de la France actuelle. En utilisant le prétexte d'incidents survenus lors d'une projection de Saw 3 à Paris, les exploitants refusent de diffuser des films de genre. C'est une réaction très symptomatique de la crispation intellectuelle et du climat d'autocensure qui règne en France. La création artistique est la première victime de cette absence de liberté. Le cinéma de genre a toujours été un catalyseur des angoisses sociétales, c'est en ça qu'il dérange aujourd'hui. Suite à une diffusion presse, Alain Spira de Paris-Match a qualifié Martyrs de « films fachisant » et « crypto religieux ». Pourtant, c'est un film profane sur une société secrète que ne croit pas aux martyrs chrétiens, et à aucun moment je n'ai sacralisé la violence que subissent mes personnages.

 

Il y a eu une évolution notable de votre premier long métrage Saint Ange à Martyrs. D'un film aux ressorts fantastiques traditionnels, et à l'esthétique gialliesque, vous êtes passé à une œuvre brute et réaliste. Comment s'explique cette nouvelle orientation ?

Saint Ange était le film d'un jeune metteur en scène, j'ai essayé d'y inscrire l'ensemble de mes influences, au dépend parfois de la narration. Avec Martyrs, j'ai voulu réaliser un vrai film d'épouvante, plus personnel aussi. L'écriture du scénario correspondait à une période très particulière de ma vie, j'ai ressenti le film comme l'exutoire de certaines angoisses intimes. Par ailleurs, Martyrs est un remake extraverti de Saint Ange, avec en toile de fond la notion de solitude et l'incapacité de mes personnages à s'adapter à la réalité. Du point de vue de la mise en scène, cette deuxième expérience m'a totalement désinhibé, j'ai réalisé que l'on pouvait faire un film sans storyboard, dans les conditions du réel.

 

Comprenez-vous que Martyrs ait pu choquer, jusqu'à envisager une interdiction aux moins de 18 ans ?

Plus qu'un film d'horreur, Martyrs est avant tout un mélodrame qui aborde des sujets sensibles liés à la séquestration, à la souffrance et à la folie humaine. Le thème du martyrisme est une analogie utilisée pour illustrer des blessures psychologiques. Alors forcément le film dérange, choque, c'était d'ailleurs mon intention, je n'ai pris aucune distance sur les souffrances de mes personnages. Je souhaitais aussi diviser les spectateurs, en offrant plusieurs pistes d'interprétation.

 

Pourquoi avoir décidé de partir aux Etats-Unis poursuivre votre carrière, à l'instar d'Alexandre Aja et de nombreux cinéastes français ?

Après la sortie de Martyrs, j'ai obtenu une proposition en France contre cent aux Etats-Unis. Ce n'est pas réellement un choix mais plutôt le résultat d'une impasse industrielle. Il n'y a presque aucun soutien au cinéma alternatif ici, alors qu'on parle déjà à l'étranger d'une « nouvelle vague française », impulsée par des réalisateurs comme Alexandre Aja, ou le duo Maury/Bustillo, responsables d'A l'intérieur. Je reste néanmoins conscient des limites du système américain, j'ai déjà refusé bon nombre de slashers et de série B impersonnels.

 

Vous êtes pressenti pour réaliser le remake d'Hellraiser produit par les frères Wenstein. Comment envisagez-vous cette relecture du mythe de Clive Barker ?

Un remake n'est légitime que s'il respecte le matériau original, tout en essayant d'y ajouter une part de subjectivité. Sur Hellraiser, nous envisageons un reboot de la franchise, pour lequel je ne veux faire aucune concession. L'œuvre de Barker est transgressive, en faire un film de studio aseptisé est impossible. Je souhaiterais conserver l'ensemble des thématiques de l'écrivain, son obsession de la chair, sa sexualité dégradante et un contexte très violent. Je suis actuellement en pleine discussion avec les producteurs, j'espère pouvoir trouver un compromis entre ma version du scénario et leurs vision du projet. Néanmoins, je préférerais abandonner le film plutôt que de trahir l'œuvre de Barker. Je travaille aussi sur l'adaptation d'une nouvelle de Dark Fantasy, Détails, que je conçois comme un thriller horrifique ambitieux dans la lignée de Shyamalan, avant de mettre en route Dogs, une sorte de survival canin.

Propos recueillis par Romain Blondeau

 

Martyrs de Pascal Laugier
En dvd et blu ray chez Wild Side
Remerciements à Pascal Laugier et Benjamin Gaessler.

Agenda

Vernissages - Paris - Septembre 2017

Vernissages - Paris - Septembre 2017

Septembre 2017

Au mois de septembre, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art...) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective !

Sorties ciné - Septembre 2017

Sorties ciné - Septembre 2017

Septembre 2017

Quels sont les films qui sortent en Juillet dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se...

 
Prev Next

Une Nuit La Planète des Singes - La Cinémathèque Française

Une Nuit La Planète des Singes - La Cinémathèque Française

La nuit du 16 au 17 septembre 2017 Venez (re-)découvrir l’univers de la planète des singes le temps d’une nuit à la Cinémathèque Française !« Une Nuit La Planète des Singes » avec...

A Ciambra - drame de Jonas Carpignano

A Ciambra - drame de Jonas Carpignano

Sortie 20 septembre 2017 Pio a 14 ans et veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Et le...

Barry Seal : American Traffic - Biopic, thriller, policier de Doug Liman

Barry Seal : American Traffic - Biopic, thriller, policier de Doug Liman

Sortie le 13 septembre 2017 L'histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l'une des plus grosses opérations secrètes...

Home - Drame de Fien Troch

Home - Drame de Fien Troch

Sortie le 13 septembre 2017 Kevin, 17 ans, sort de prison. Pour prendre un nouveau départ, il s'installe chez sa tante et se lie d’amitié avec son cousin et ses amis...

The Party - Drame, comédie de Sally Potter

The Party - Drame, comédie de Sally Potter

Sortie le 13 septembre 2017 Janet vient d’être nommée ministre de la santé, l’aboutissement de toute une carrière. Elle réunit avec son époux Bill quelques amis proches. Mais la fête prend...

Nothing To Hide - Documentaire de Marc Meillassoux

Nothing To Hide - Documentaire de Marc Meillassoux

Sortie le 6 septembre 2017 Êtes-vous vraiment sûr de n'avoir "rien à cacher"?

Napalm - Documentaire de Claude Lanzmann

Napalm - Documentaire de Claude Lanzmann

Sortie le 6 septembre 2017 "Napalm" est le récit de la bouleversante « brève rencontre », en 1958, entre un membre français de la première délégation d’Europe de l’Ouest invitée en...

Une famille syrienne - Drame avec Hiam Abbass

Une famille syrienne - Drame avec Hiam Abbass

Sortie le 6 septembre 2017 Dans la Syrie en guerre, d'innombrables familles sont restées piégées par les bombardements. Parmi elles, une mère et ses enfants tiennent bon, cachés dans leur appartement. 

Pop Aye - Drame de Kirsten Tan

Pop Aye - Drame de Kirsten Tan

Sortie le 6 septembre 2017 Un architecte désenchanté voit le centre commercial qu’il avait construit 30 ans auparavant remplacé par un projet réalisé par les jeunes architectes de son agence.

Lion - En dvd et blu-ray

Lion - En dvd et blu-ray

Garth Davis revient en dvd et blu-ray avec un long métrage dramatique, émouvant et poignant.

Baby Phone - En dvd et blu-ray

Baby Phone - En dvd et blu-ray

Olivier Casas débarque en dvd et blu-ray avec un premier long métrage désopilant à souhait.

La confession - En dvd et blu-ray

La confession - En dvd et blu-ray

Le duo Duris/Vacth fait son retour en dvd et blu-ray au coeur d’une ballade dramatique signée Nicolas Boukhrief.

Urban Films Festival 2017

Urban Films Festival 2017

Du 6 au 8 octobre 2017 Initié par RStyle et soutenu par la Mission Cinéma, l’Urban Films Festival est le premier festival du film consacré à la ville, aux pratiques et...

Le Journal d'une femme de chambre - Théâtre Montmartre Galabru

Le Journal d'une femme de chambre - Théâtre Montmartre Galabru

Du 23 septembre au 27 janvier 2017-2018 Après leur succès au Théâtre Les Déchargeurs, la troupe Les Filles de Gaïa reviennent au Théâtre Montmartre Galabru pour jouer Le Journal d'une femme...

Dans les pas de Trisha Brown - Glacial Decoy à l'Opéra - Documentaire de Marie-Hélène Rebois

Dans les pas de Trisha Brown - Glacial Decoy à l'Opéra - Documentaire de Marie-Hélène Rebois

Sortie le 6 septembre 2017 Trisha Brown a transformé la danse contemporaine. Sa pièce Glacial Decoy est entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris. Le film suit les répétitions...