0 Shares 52 Views

“Fleur de Tonnerre” : Benjamin Biolay en 5 rôles

1 janvier 2017
52 Vues
La-dame-dans-lauto-avec-des-lunettes-et-un-fusil

“Fleur de Tonnerre” : Benjamin Biolay en 5 rôles

BiolaySortie le 18 janvier 2017

On pensait qu’il viendrait s’y amuser de temps à autres, mais il semble y avoir pris ses aises : le chanteur-compositeur Benjamin Biolay est devenu un véritable acteur qui s’épanouit presque autant en matière de musique qu’en cinéma. Retour sur 5 rôles marquants.

 1) Stella de Sylvie Verheyde (2008)

Premier rôle marquant pour Biolay : celui de Serge, le père de la jeune héroïne, un cafetier attachant mais fort en gueule. Sans doute pas le père du siècle, mais un homme capable d’enseigner quelques valeurs essentielles à sa fille (et de s’inquiéter lorsqu’elle multiplie les bêtises ou se volatilise).

 

2) Pourquoi tu pleures? de Katia Lewkowicz (2011)

Son pitch a beau ressembler à celui d’une comédie romantique (un homme panique avant le mariage, d’autant que la future mariée s’est temporairement volatilisée), le premier film de Katia Lewkowicz est pourtant bien plus acide que fleur bleue. Entouré par un casting prodigieux (Emmanuelle Devos, Nicole Garcia, Eric Lartigau), Biolay trouve peut-être le rôle d’une vie grâce à ce type surnommé Cui-cui, boule d’angoisses et de contradictions, attachant parce qu’imparfait, à l’image de tous les autres protagonistes de ce film à redécouvrir.

 

3) Gaby Baby Doll de Sophie Letourneur (2014)

Là encore, cela pourrait être une comédie romantique, mais ça n’est pas tout à fait ça : la réalisatrice de La Vie au ranch et des Coquillettes organise la rencontre entre deux inadaptés. Une jeune femme un peu perdue (Lolita Chammah) croise le chemin de Nicolas, le doux dingue du village où elle séjourne, qui semble ne se nourrir que de biscuits achetés à l’épicerie du coin. Leur télescopage tendre mais désabusé donne lieu à un film attendrissant et sacrément mélancolique sur la possibilité (ou non) d’aimer et d’être aimé.

 

4) La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil de Joann Sfar (2015)

Sfar adapte Japrisot, comme le fit Anatole Litvak en 1970, pour conter la fuite en avant d’une jeune femme qui a des choses à se reprocher. Cela ressemble au début du Psychose d’Alfred Hitchcock, le Motel Bates en moins, mais cela évolue en observatoire de la folie potentielle d’une femme. Dans le rôle de son magnatique patron, Biolay excelle, lui dont on ignore longtemps s’il est un vil manipulateur ou un dindon de la farce. C’est l’une de ses forces : être capable de susciter l’antipathie ou de jouer les hommes bons comme le pain.

 

5) Irréprochable de Sébastien Marnier (2015)

Là encore, Biolay joue les seconds rôles de luxe, en l’occurrence celui d’un homme croisé par hasard par l’héroïne (Marina Foïs, qui mériterait un César) et qui va devenir son amant régulier. Les scènes de sexe entre les deux comédiens sont d’un torride rare : il y est question de rapports de soumission et de domination, façon d’ausculter le cerveau dérangé du personnage de Foïs. Non pas que ses pratiques sexuelles soient celles d’une malade, mais elles ne font qu’accentuer l’idée selon laquelle elle ne peut supporter qu’une relation soit équilibrée. L’animalité de Biolay fait le reste.

 

Lucile Bellan

[Image 2016 © Sophie Dulac Distribution]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
205 vues
Art
205 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]