0 Shares 33 Views

Isabelle Huppert, l’internationale

29 janvier 2017
33 Vues
Elle

Oscars 2017

Le 26 février 2017

Les 24 et 26 février 2017

Nommée aux César et aux Oscars 2017 pour son rôle dans Elle, Isabelle Huppert a visiblement su séduire une audience internationale par sa prestation. Retour sur la carrière internationale de l’actrice française, qui n’a pas attendu Paul Verhoeven pour tourner avec des cinéastes étrangers…

 

15 nominations aux César (pour une seule victoire grâce à son rôle dans La Cérémonie de Chabrol), et à présent une victoire aux Golden Globes (pour Elle) et une nomination aux Oscars (pour Elle toujours) : Isabelle Huppert est reconnue par les grandes cérémonies de remise de prix, mais n’a finalement guère besoin de ça pour briller. Outre une carrière française riche, foisonnante et souvent exigeante, l’actrice a également tourné avec bon nombre de réalisateurs étrangers.

 

C’est avec Michael Cimino qu’elle tourne pour la première fois en langue anglaise, avec La Porte du paradis. Aux côtés de Kris Kristofferson et Jeff Bridges, elle illumine l’écran et participe activement au triomphe artistique de ce chef-d’œuvre durant près de quatre heures, que son échec économique retentissant a hélas suivi pendant des décennies. Les Possédés d’Andrzej Wajda, Faux témoin de Curtis Hanson, Malina de Werner Schroeter, Amateur de Hal Hartley : les films suivants ne sont pas forcément restés dans les mémoires. Et ce n’est finalement qu’à la fin du siècle dernier qu’Isabelle Huppert a commencé à enchaîner les films de qualité avec des réalisateurs étrangers de renom.

 

Sa rencontre avec Michael Haneke a sans doute changé bien des choses : sa prestation dans La Pianiste subjugue Cannes puis les spectateurs, et elle retournera avec l’Autrichien dans Le Temps du loup, Amour et Happy end (qu’on verra sans doute à Cannes en 2018). Dans les années 2000, les rencontres se succèdent : avec David O. Russell pour l’improbable J’adore Huckabees, Rithy Pahn pour Un Barrage contre le Pacifique… mais la suite est encore plus belle. Le Philippin Brillante Mendoza en fait sa Captive, le Coréen Hong Sang-soo l’amène au sommet avec In another country, l’Italien Marco Bellocchio l’enrôle pour La Belle endormie. Elle joue dans le diptyque américain The Dissapearance of Eleanor Rigby, présenté à Cannes, tout comme le Back home (Louder than bombs) du Danois Joachim Trier. Et on la reverra sous peu chez Hong Sang-soo, avec lequel elle a tourné La Caméra de Claire entre Paris et la Corée… Pourquoi pas à Cannes ?

Lucile Bellan

À découvrir sur Artistik Rezo :
– Oscars, César : 7 acteurs et actrices récompensés dans des pays étrangers, Anna Maréchal

[Image 2017 © SBS Distribution]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
210 vues
Art
210 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]