0 Shares 127 Views

Lascars

28 juin 2009
127 Vues
lascars_film_affiche

 

« Pas de vacances pour les vrais gars », mais du bon temps pour le spectateur, telle est, en une phrase, la conclusion à tirer des Lascars, le film inspiré de la bande dessinée du même nom. Le film animé ne prétend délivrer aucun message politique ou social. Il montre tout simplement la vie de deux garçons de la banlieue parisienne, pas méchants, qui jouent les durs, mais uniquement pour le style. C’est assez drôle, mais l’humour tient principalement aux expressions de la banlieue et à la volonté exacerbée des protagonistes de « gérer la situation », alors qu’ils ne gèrent rien du tout, et peut-être en a-t-on vite fait le tour. Mais l’histoire s’enchaîne bien, et pour ceux qui ne connaissent pas la BD, le film, parsemé de scènes épicées, se laisse suivre agréablement du début à la fin.

 

Mais ce qui fait bien le plus grand intérêt des Lascars, ce sont probablement les graphismes. Les lignes sont tranchées, les traits caricaturés. Les personnages déambulent avec rapidité et fluidité et ne cessent jamais d’avoir l’air cool, sauf peut-être lorsque Tony, pris de panique, dégouline de sueur et à le nez qui coule…. La couleur, légèrement pastel lorsqu’on nous montre la banlieue, accentue le caractère urbain du décor, en donnant l’impression d’une ambiance sèche et poussiéreuse, celle des ensembles de tours dépourvus de verdure. Par contre, dès que la tension monte, l’écran se couvre de grandes barres de couleurs vives qui viennent redynamiser visuellement toute la séquence.

 

La direction musicale de Lucien Papalu rythme à merveille tout le film, même pour ceux qui n’apprécient pas le rap plus que cela et souligne avec enthousiasme les scènes les plus cocasses, telles que la soirée chez les policiers ou bien la grande fête qu’organise, par dépit amoureux, José Frelate, chez le père de sa copine, Clémence.

 

Au final, tout est bien qui finit bien pour les Lascars comme pour le spectateur. C’est comme si, pendant une heure et demi, on avait regardé une bande dessinée sur écran et en musique.

On ressort content, en fredonnant l’air final que Tony et José se retrouvent à chanter à cause des dégâts causés chez le père de Clémence : « J’crache plus par terre ! J’traite plus les mères ! j’traverse que quand le petit bonhomme est vert »…

 

Chloé Goudnehooft

 

Date de sortie : 17 Juin 2009
Réalisé par Albert Pereira Lazaro, Emmanuel Klotz

Avec
Tony Merguez (voix) Vincent Cassel
Narbé (voix) Omar Sy
Sammy (voix) Fred Testot
Clémence (voix) Diane Kruger
Zoran (voix) Gilles Lellouche
Manuella (voix) Frédérique Bel Film français.

Genre : Animation
Durée : 1h 36min.
Année de production : 2007
Film inspiré de la série Les Lascars
Distribué par Bac Films

Articles liés

CZECH IN FILM FESTIVAL – 5e édition
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

CZECH IN FILM FESTIVAL – 5e édition

La 5 ème édition du festival du cinéma tchèque et slovaque rappellera cette année les dates anniversaires ayant constitué l’histoire de la Tchécoslovaquie et lui rendra hommage à sa manière : à travers les films. Le festival s’ouvrira avec le film historique Masaryk qui traite de la vie de Jan Masaryk, diplomate et ministre des […]

« Olympic Stadium » – Exposition à la galerie du Patio Opéra
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

« Olympic Stadium » – Exposition à la galerie du Patio Opéra

Inauguré en 1964, le Stade Olympique de Phnom Penh, conçu par l’architecte Vann Molyvann, est devenu un emblème de l’histoire et des mémoires du pays. Aujourd’hui, il est surtout l’un des espaces publics privilégiés des habitants de la capitale – lieu d’expression et d’appropriation unique. Derrière sa façade monumentale se dévoile un « micromonde » sur lequel […]

« Le ciel est orange, la mer est orange » – Exposition au Centre culturel Bulgare
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

« Le ciel est orange, la mer est orange » – Exposition au Centre culturel Bulgare

Inspiré du refrain d’une chanson populaire de la Bulgarie communiste des années 80, le titre de l’exposition de Rada Tzankova est une invitation à la rêverie. L’artiste dessine, tisse et trame des univers picturaux aux couleurs douces pour nous rappeler que nous sommes « libres en pinceaux ». L’histoire d’une jeune fille qui voulait peindre […]