0 Shares 2 Views

Lascars

lascars_film_affiche

 

« Pas de vacances pour les vrais gars », mais du bon temps pour le spectateur, telle est, en une phrase, la conclusion à tirer des Lascars, le film inspiré de la bande dessinée du même nom. Le film animé ne prétend délivrer aucun message politique ou social. Il montre tout simplement la vie de deux garçons de la banlieue parisienne, pas méchants, qui jouent les durs, mais uniquement pour le style. C’est assez drôle, mais l’humour tient principalement aux expressions de la banlieue et à la volonté exacerbée des protagonistes de « gérer la situation », alors qu’ils ne gèrent rien du tout, et peut-être en a-t-on vite fait le tour. Mais l’histoire s’enchaîne bien, et pour ceux qui ne connaissent pas la BD, le film, parsemé de scènes épicées, se laisse suivre agréablement du début à la fin.

 

Mais ce qui fait bien le plus grand intérêt des Lascars, ce sont probablement les graphismes. Les lignes sont tranchées, les traits caricaturés. Les personnages déambulent avec rapidité et fluidité et ne cessent jamais d’avoir l’air cool, sauf peut-être lorsque Tony, pris de panique, dégouline de sueur et à le nez qui coule…. La couleur, légèrement pastel lorsqu’on nous montre la banlieue, accentue le caractère urbain du décor, en donnant l’impression d’une ambiance sèche et poussiéreuse, celle des ensembles de tours dépourvus de verdure. Par contre, dès que la tension monte, l’écran se couvre de grandes barres de couleurs vives qui viennent redynamiser visuellement toute la séquence.

 

La direction musicale de Lucien Papalu rythme à merveille tout le film, même pour ceux qui n’apprécient pas le rap plus que cela et souligne avec enthousiasme les scènes les plus cocasses, telles que la soirée chez les policiers ou bien la grande fête qu’organise, par dépit amoureux, José Frelate, chez le père de sa copine, Clémence.

 

Au final, tout est bien qui finit bien pour les Lascars comme pour le spectateur. C’est comme si, pendant une heure et demi, on avait regardé une bande dessinée sur écran et en musique.

On ressort content, en fredonnant l’air final que Tony et José se retrouvent à chanter à cause des dégâts causés chez le père de Clémence : « J’crache plus par terre ! J’traite plus les mères ! j’traverse que quand le petit bonhomme est vert »…

 

Chloé Goudnehooft

 

Date de sortie : 17 Juin 2009
Réalisé par Albert Pereira Lazaro, Emmanuel Klotz

Avec
Tony Merguez (voix) Vincent Cassel
Narbé (voix) Omar Sy
Sammy (voix) Fred Testot
Clémence (voix) Diane Kruger
Zoran (voix) Gilles Lellouche
Manuella (voix) Frédérique Bel Film français.

Genre : Animation
Durée : 1h 36min.
Année de production : 2007
Film inspiré de la série Les Lascars
Distribué par Bac Films

Articles liés

Claquettes Jazz
Agenda
18 vues
Agenda
18 vues

Claquettes Jazz

Claquettiste de renommée internationale, Fabien Ruiz est le coach et chorégraphe du film aux 5 Oscars « The Artist ». Fabien Ruiz est l’un des très rares claquettistes au monde à être considéré comme un véritable instrumentiste. Sa musicalité et son sens de l’improvisation lui ont permis d’être invité aux côtés de musiciens prestigieux tels que Yehudi […]

Cantate pour Lou Von Salomé
Agenda
20 vues
Agenda
20 vues

Cantate pour Lou Von Salomé

Écrivain et première femme psychanalyste : Lou suscita les passions. Nietzsche, Paul Rée, Frida Von Bulow et R M Rilke… 15 personnages renaissent ! Tout en elle était exceptionnel : beauté, intelligence, amour de la vie. L’attraction qu’elle exerçait, révélait les êtres à eux-mêmes et suscitait les passions : Nietzsche, Paul Rée, Frida von Bulow… […]

El Baile : Buenos Aires, sans fard
Spectacle
113 vues
Spectacle
113 vues

El Baile : Buenos Aires, sans fard

A Chaillot, une plongée dans l’histoire récente de l’Argentine, dans un social club très authentique. Sur une collection de musiques des années 1970 à aujourd’hui on danse, on se dispute, on se séduit. On a peur, on se passionne, et on danse encore. Dehors, les bouleversements de l’histoire : La dictature, la crise économique, le foot, […]