0 Shares 15 Views

Neruda, un poème au cinéma

3 janvier 2017
15 Vues
neruda - pablo larrain

Neruda

De Pablo Lorraín

Avec Luis Gnecco, Gaël García Bernal, Mercedes Morán

Durée : 108 min.

Sortie le 4 janvier 2017

Sortie le 4 janvier 2017

Avec ce poème visuel inspiré de Pablo Neruda, Pablo Lorrain vient de réaliser un film original. Après le succès de No, le réalisateur chilien propose un film d’une grande finesse, tout à la fois inspiré et palpitant.

Vous ne verrez pas un biopic, mais plutôt un polar. En fait, oui et non ! Ce qui est sûr c’est que vous ne verrez pas un film comme les autres. Normal pour cet artiste hors de commun qu’était Pablo Neruda ! Hommage malgré tout, Pablo Larraín donne toute la place à l’œuvre de l’artiste chilien.

Ainsi, Puedo escribir los versos mas tristes esta noche… (Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit…)», poème présent tout au long de la narration, donne le ton dramatique au film et, selon le contexte, différentes interprétations nous en sont livrées, tout aussi passionnantes les unes que les autres. Mais ce film relève surtout du registre fantastique, que ce soit par sa réalisation ou son scénario.

neruda04Poète révolutionnaire fugitif

Au centre du film se trouve la traque de Pablo Neruda (Luis Gnecco) et sa relation avec le policier qui le pourchasse. Le dictateur chilien Videla veut condamner le poète et sénateur Pablo Neruda, lequel affirme haut et fort ses sympathies communistes et son désir d’assister, dans son pays, à une révolution semblable à celle des bolchéviques. Oscar Peluchonneau (Gaël García Bernal) est alors nommé pour diriger les équipes policières afin de retrouver le poète engagé, même si celui-ci est le plus apprécié de son pays.

Cette traque va être périlleuse, pleine d’aventures, et surtout intime, car le policier qui rêve de devenir un grand homme est confronté à une personnalité orgueilleuse. Tout autant que lui !

Entre culture et plaisir

Le scénario du film insiste sur la personnalité complexe de Neruda, et notamment le paradoxe entre sa relation avec les femmes et sa poésie. Il écrit les vers les plus beaux surl’amour, mais préfère aller dans les bordels plutôt que de rester avec son épouse, follement amoureuse et très admirative de lui.

Le paradoxe entre ses idées et sa vie est aussi exprimé, toutefois de façon moins explicite. En effet, ce communiste convaincu ne veut en aucun cas quitter son confort. Déjà, le fait de rester cacher dans une maison modeste pour survivre lui fait horreur. Sans parler des autres compromis politiques.

Réalisation soignée et ironie du scénario

Pour cerner ce personnage haut en couleurs et comprendre toute sa complexité, la caméra ne cesse de tourner autour de lui. Les scènes importantes du film se déroulent dans plusieurs endroits en même temps, souvent dehors, en plein soleil et à l’intérieur, à contre jour. Nous nous trouvons dans un poème. Le montage, particulièrement réussi, donne un aspect irrationnel à cette histoire inspirée de la réalité qui ne tient pourtant pas debout. Entre illusion et réalité : là, réside tout le charme du film.

neruda03Autre point fort du film : la qualité du scénario. La malice de Neruda, confrontée à la persévérance de Peluchonneau crée des situations hilarantes. Souhaitant être au plus proche de l’homme qui le traque, le fugitif se tient souvent devant ses yeux, sans que l’inspecteur Peluchonneau ne le voit, ou alors lui échappe toujours subrepticement, dans un jeu aussi pervers que délicieux.

Aussi, le poète n’oublie jamais de laisser l’une de ses œuvres au policier. Bien que ce dernier n’abandonne jamais sa mission, il est sans doute le plus grand lecteur et admirateur de Neruda : « Que fait un flic pour haïr un poète ? Être fasciné par lui. » À ce titre, Gael García Bernal, un œil ouvert et l’autre à demi fermé, interprète à merveille un personnage qui conserve de nombreux mystères. Lui, comme le reste de la distribution, et Luis Gnecco, bien sûr, ils nous transportent loin. Très loin.

Marie Victoria Kohler

Bande annonce

[Crédits Distributeur : © 2016 Wild Bunch ]

Articles liés

Jacky Terrasson Trio – Sunside – jazz
Agenda
7 vues
Agenda
7 vues

Jacky Terrasson Trio – Sunside – jazz

“Un pianiste du bonheur jubilatoire, capable de transporter son public vers l’euphorie” Télérama Le New York Times magazine considère Jacky Terrasson comme “l’un des trente artistes susceptibles de changer la culture américaine dans les trente prochaines années”, Télérama, le décrit comme “le plus voyageur des pianistes de jazz, “un pianiste du bonheur jubilatoire, capable de […]

“Shadows, Songs of Nat King Cole”, Hugh Coltman – Sunside – jazz, pop folk
Agenda
8 vues
Agenda
8 vues

“Shadows, Songs of Nat King Cole”, Hugh Coltman – Sunside – jazz, pop folk

hugh coltman Avec son nouveau projet en hommage à Nat King Cole, l’englishman n’en finit plus de nous séduire. Victoire de la musique 2017 Voix de l’année ! Un événement pour notre club. Après avoir écumé les plus grandes scènes avec son groupe de Blues The Hoax, le songwriter anglais a prolongé une brillante carrière […]

« Elysian »  Duncan Hopkins, Thierry Peala, Nikki Iles – Sunside – jazz vocal
Agenda
7 vues
Agenda
7 vues

« Elysian » Duncan Hopkins, Thierry Peala, Nikki Iles – Sunside – jazz vocal

Le compositeur et contrebassiste canadien Duncan Hopkins a collaboré pour ce nouveau projet avec deux musiciens qui lui sont chers en Europe: le chanteur Thierry Peala de Paris, France et le pianiste Nikki Iles de Londres, Royaume-Uni. Pendant son séjour en Europe, il a composé pour cet enregistrement neuf nouvelles compositions , paroles (sauf une […]