0 Shares 24 Views

The Young Lady : la revanche de l’ingénue

14 avril 2017
24 Vues
142707.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

The Young Lady

De William Oldroyd

Avec Florence Pugh, Cosmo Jarvis, Paul Hilton, Naomi Ackie

Durée : 89 min.

Sortie le 12 avril 2017

Sortie le 12 avril 2017

Entre récit d’émancipation et thriller psychologique en costumes, un superbe objet filmique à l’approche matiériste, péchant toutefois par sa lenteur maladroite.

Une jeune femme mal mariée à un homme qui la dédaigne, s’ennuie dans son vaste domaine perdu dans la lande anglaise. Jusqu’au jour où s’offre la possibilité de tromper à la fois l’ennui et son odieux mari en la personne du nouveau palefrenier, un jeune homme qui lui plaît pour son impertinence. Cette passion charnelle devient peu à peu obsessionnelle, exutoire physique à l’oppression sociale dont est victime la jeune Lady Lester, emprisonnée dans l’espace domestique, surveillée par le prêtre du village, objet des commérages de la maisonnée. Du grain de la voilette de mariage, premier élément à apparaître sur l’écran, à celui de la peau nue de la jeune mariée, exposée au regard d’un mari méprisant ; des reflets du taffetas de sa robe jusqu’au crissement du corset qu’on lui serre trop, la mise en scène très picturale de William Oldroyd souligne la lourdeur des conventions qui empesantissent le quotidien de la jeune fille. On pense alors assister à un récit d’émancipation.

Mais tout bascule lorsque le beau-père de la jeune femme revient au foyer avec la ferme intention d’y mettre bon ordre. Croyant pouvoir à nouveau soumettre sa bru, il sépare 356552.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxles amants et fait enfermer le palefrenier après l’avoir battu jusqu’à le laisser en piteux état. C’en est trop. Un plat de champignons plus tard, Lady Lester, plus si ingénue que ça, se débarrasse, ni vue ni connue, du beau-père importun, pour pouvoir à nouveau batifoler en toute liberté avec le domestique dont elle se dit amoureuse.

C’est là son premier crime. Ce ne sera pas le dernier. Pourtant, on pourrait encore le croire accidentel. Quelle étrange idée, cependant, que cette référence à Lady MacBeth qui caractérise le film dans sa version originale au point d’en faire le titre ? C’est d’abord l’idée d’un romancier, m’objectera-t-on. En l’occurrence, Nikolaï Leskov, l’auteur de La Lady MacBeth du district de Mtsenk, le livre dont The Young Lady est l’adaptation. 479814.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxÉtrange, parce que Lady Lester, la glaçante anti-héroïne de ce premier film de William Oldroyd, fait d’abord davantage penser à une Emma Bovary ou à une Lady Chatterley qu’à la complexe reine de la tragédie fantastique de Shakespeare, MacBeth. Chez Shakespeare, Lady MacBeth n’est pas cette froide instigatrice du crime que se révèle peu à peu être la jeune Lady Lester, dont les scrupules semblent de moins en moins existants au fur et à mesure que le film avance. Lady MacBeth est une complice qui se laisse gagner par la folie meurtrière de son époux au point d’en devenir totalement folle et d’en mourir. Disparition qui donne d’ailleurs lieu à l’un des plus fameux monologues du théâtre élisabéthain (« Demain, puis demain, puis demain, glisse à petits pas de jour en jour jusqu’à la dernière syllabe du registre des temps, et tous nos hiers n’ont fait qu’éclairer pour des fous le chemin de la mort poudreuse. Éteins-toi, éteins-toi, court flambeau ! La vie n’est qu’un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s’agite son heure durant sur la scène et qu’ensuite on n’entend plus ; c’est une histoire dite par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien… »)

Lady Lester, elle, n’est pas folle. Elle n’est ni complice, ni victime d’une prophétie susurrée par trois sorcières, ni ne voit la forêt se dresser contre elle. Elle est seulement 351708.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxprête à tout pour briser les carcans qui l’oppriment. Il y a donc là un décalage entre ce que le film nous dit de son héroïne et le référentiel dans lequel il se place.

En outre, bien que servie par une magnifique lumière, des images composées comme les tableaux d’un grand maître, une approche matiériste de l’image, qui fait ressentir au spectateur le moindre frémissement de tissu, l’odeur des feuillages qui tapissent le sol de la forêt, le poids des robes, jusqu’à la chute de grains de poussière dans un rai de lumière, la mise 357177.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxen scène pâtit d’un rythme très lent, où s’installe un certain ennui. Peut-être à dessein, d’ailleurs, car la lenteur du récit ne donne que plus de force à la violence du dénouement. Celle-ci peine malgré tout à masquer la vacuité dans laquelle risque de sombrer toute la première partie du film.

Le film tient alors en équilibre sur un fil ténu, porté par la force de ses superbes images et l’interprétation subtile de ses actrices, notamment Florence Pugh, bien sûr, dans le rôle-titre, mais surtout Naomi Ackie, agneau sacrificiel de ce cruel thriller en costumes, qui réussit à transmettre de terribles et très fortes émotions par son seul regard éploré.

Raphaëlle Chargois

Bande annonce

[Crédits Photo : 2016, ©KMBO, excepté photo n°3, ©Betta Pictures.]

Articles liés

Ami-Ami – comédie de Victor Saint Macary
Agenda
4 vues
Agenda
4 vues

Ami-Ami – comédie de Victor Saint Macary

Quoi de mieux pour ne plus jamais souffrir en amour que de tourner le dos à la vie de couple et de s’installer en coloc’ avec son meilleur ami ? C’est en tout cas ce qu’a décidé Vincent, ravagé par sa dernière rupture ! À un détail près : son meilleur ami est une meilleure […]

L’intime et le Monde – Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Agenda
6 vues
Agenda
6 vues

L’intime et le Monde – Centre Wallonie-Bruxelles à Paris

L’Intime & Le Monde met en lumière une sélection d’oeuvres de trois plasticiens contemporains bruxellois : une installatrice, Marianne Berenhaut, et deux peintres, Sarah Kaliski et Arié Mandelbaum. Par-delà leurs singularités, ils partagent des traits communs manifestes dans leur rapport au monde, leur imaginaire, leur biographie et leur quête respective. Ils jouent tous trois des […]

93/75 Jump Street – Espace Beaurepaire
Agenda
45 vues
Agenda
45 vues

93/75 Jump Street – Espace Beaurepaire

Créée en 2014 par Roxane Stroobant, STREET POPPIES est une association d’intérêt général qui favorise la rencontre entre les artistes professionnels et les publics amateurs. Et plus particulièrement, à destination de publics défavorisés rencontrant des difficultés d’ordre familial, social, identitaire, voire en situation d’exclusion et éloignés de la culture. En vue de réaliser un projet […]