0 Shares 34 Views

Winx Club, l’aventure magique 3D

19683201.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110228_022018

Attention, danger !! Rien ne va plus à l’école de Magix, depuis que la fée Bloom l’a quittée. Aux prises avec les Trix, les méchantes sorcières, les Winx ont bien du mal à s’occuper de leur manucure, tandis que Bloom devenue princesse de Domino, croule sous l’étiquette, et ne peut plus épouser son bel et blond Sky. Bref, beaucoup de problèmes en perspective. Heureusement, les filles se retrouvent et repartent vers de nouvelles aventures, pour sauver l’équilibre de la dimension magique, menacé par les méchantes sorcières ancestrales.

Si au début vous ne comprenez rien, rassurez-vous, tout cela est normal. Cela fait sept ans que les fées du Winx Club sévissent sur les écrans sous forme de série télévisée, émerveillant nos têtes blondes par leur univers ultra sirupeux et girly. Un premier volet de leurs aventures, Le secret du royaume perdu, a vu le jour depuis, ainsi qu’une comédie musicale itinérante, un jeu en ligne, et bien entendu, les moult produits dérivés qui en découlent. Autant vous dire, qu’au sein de ce plan de carrière millimétré, le hasard, la magie et la poésie tiennent bien peu de place, et que si vous avez réussi à échapper au phénomène, cela tient presque du miracle.
L’enjeu de présent opus est donc de se démarquer du reste de la production en mettant en avant l’aspect 3D. Malheureusement, à ce niveau, l’effet est assez raté, malgré les autocongratulations du studio italien Rainbow SpA qui se dit « fier » de cette prouesse technique.

Passons au film en lui-même. À première vue, rien de bien méchant, des couleurs ultra saturées, des ailes de fées diaphanes, des jambes maxi-longues et maigres à faire pâlir Kate Moss, des méchantes méga référencées et outrées, laides et mesquines, une fée blonde plus superficielle que les autres, un discours de la « positive attitude » : « Oui tu peux/dois faire ce que tu veux »… On aurait envie de se laisser transporter dans ce monde, avec un scénario super simpliste mais protéiné, punchy, avec des péripéties sympathiques et un final assez bien troussé.

Sauf que…

Sauf que, lorsqu’on dépasse les apparences, et que l’on se dit que ceci est censé faire rêver les petites filles et futures femmes, cela remet les yeux en face des trous. Les Winx ont bien entendu chacune une spécialité, une symbolique qui leur est propre, mais elles n’existent principalement qu’en groupe, à l’exception de Bloom, dont le but est de se faire épouser par Sky. Lorsque ces deux-là chevauchent ensemble, Bloom est bien entendu toujours en croupe, et s’efface au profit de son cavalier « servant ». L’acmé de ce principe effarant (faire un film de filles où elles sont caricaturées et renvoyées aux clichés de base, maquillage, mode, humour innocent) est atteint lors d’un séjour à Gardenia, l’ancien domicile de Bloom, où elle ignorait alors être dotée de pouvoirs magiques, élevée au sein d’une famille adoptive. Toutes les fées étant contraintes de laver la maison, on entend alors l’une d’elle regretter de disposer en temps normal de pouvoirs magiques, car elle ne peut savourer le fait d’avoir fait le ménage « par elle-même ». Et une autre de renchérir à quel point il est effectivement gratifiant de disposer d’un foyer propre le soir.

Winx Club, l’aventure magique en 3D peut être donc montrés à des enfants, mais avec des réserves, en leur expliquant que la magie n’existe pas forcément, mais que l’accomplissement de soi-même, si. Et pas par le ménage.

Mathilde de Beaune

{youtubejw}SGajO09uejU{/youtubejw}

Articles liés

Zdey – Rétrospective 2017
Art
83 vues
Art
83 vues

Zdey – Rétrospective 2017

Entre une tournée au Mexique, le Maroc et Art Basel Miami, retour en image sur les plus grands projets de l’année 2017 de Zdey. L’artiste Né à Hong-Kong en 1989 Zdey arrive en France en 1997. A 14 ans il commence à peindre ses lettrages sous le “blaze” Sodey dans l’univers du graffiti parisien. Après […]

Hôtel Paradiso : thriller burlesque de Familie Flöz
Spectacle
94 vues
Spectacle
94 vues

Hôtel Paradiso : thriller burlesque de Familie Flöz

Ce collectif berlinois a conquis le monde entier avec son délicieux mélange de théâtre masqué et de clown sans parole. Hôtel Paradiso est à Paris pour la première fois. Un joli spectacle tout public à découvrir à Bobino. Malgré son charme désuet, l’Hôtel Paradiso arbore fièrement quatre étoiles, sans doute grâce à la source miraculeuse sur laquelle […]

Exposition « Constellation » – Rebecca Bournigault – Galerie Eva Hober
Agenda
19 vues
Agenda
19 vues

Exposition « Constellation » – Rebecca Bournigault – Galerie Eva Hober

« La nébuleuse des sentiments et des comportements que Rebecca Bournigault filme et dessine n’est pas au dehors, extérieure et exclusivement visuelle. Cette nébuleuse, c’est nous. » – Andrea Lissoni, Curateur du département Film and International Art à laTate Modern, Londres Pour sa première exposition à la galerie Eva Hober, Rebecca Bournigault crée une installation unique […]