0 Shares 276 Views

Eugène Onéguine triomphe à l’Opéra Bastille

Eugene-Oneguine

Eugène Onéguine

De Piotr Ilyitch Tchaikovski

Mise en scène de Willy Decker 

Avec Anna Netrebko, Elena Zaremba, Varduhi Abrahamyan, Hanna Schwarz, Peter Mattei, Pavel Černoch, Alexander Tsymbalyuk, Raúl Giménez, Vadim Artamonov, Olivier Ayault et Grzegorz Staskiewicz

En alternance à 19h30

Tarifs : de 5 à 252 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 08 92 89 90 90

Durée : 3h

Opéra Bastille 
Place de la Bastille
75012 Paris
M° Bastille

www.operadeparis.fr

Guergana Damianova   OnP-Eugene-Oneguine-16.17---Guergana-Damianova---OnP--30--800-2 copieJusqu’au 14 juin 2017

Dans l’opéra le plus célèbre de Tchaikovski, mis en scène par Willy Decker à Bastille, Anna Netrebko provoque des salves d’applaudissements sacrément longues qui la laissent allongée, à terre, mourante d’amour. La star russe n’est pas la seule réussite du spectacle, partageant l’affiche avec Peter Mattei en grande forme, Varduhi Abrahamyan bluffante de fantaisie et Pavel Černoch déchirant de passion. Une production éblouissante à tous égards, dont on appréciera les choeurs somptueux dirigés par José Luis Basso.

Guergana Damianova   OnP-Eugene-Oneguine-16.17---Guergana-Damianova---OnP--17--800Un concentré de sentiments humains

C’est dans une boite, immense figure géométrique aux proportions biscornues et asymétriques, fouettées de rayures jaunes comme les blés d’Ukraine, que débute le spectacle. S’il change de couleur dans la deuxième partie, passant du jaune d’or au gris noir avec la scène du duel entre Onéguine et Lenski, le décor conçu par Wolfgang Gussmann ne change pas, projetant ses lignes de fuite par delà les vallons que sont les méandres de l’inconscient et des fantasmes. Sur un sol aussi dépouillé que le désert des sentiments, un sofa rouge sang et or velouté vient recueillir les rêveries littéraires de Tatiana. Anna Netrebko, la bouche dans un livre, la tête dans les étoiles et le coeur à l’envers, toute ébouriffée par le souvenir fantasmatique d’Onéguine, ce dandy qui feint de l’ignorer mais qu’elle idolâtre, chante l’amour comme aucune autre. Torride dans ses échappées lyriques, féroce dans sa rébellion, ce qu’elle produit sur scène tient du tableau qu’elle compose en experte de la partition : elle en savoure chaque nuance, en magnifiant la langue russe et la musique cinématographique de Tchaïkovski.

Guergana Damianova   OnP-Eugene-Oneguine-16.17---Guergana-Damianova---OnP--15--800Des acteurs chanteurs pleinement engagés

Face à la blonde Tatiana, la brune Olga, Varduhi Abrahamyan, parfait un équilibre aux petits oignons. Fantasque, délirante, la mezzo ne s’économise pas, se jetant généreusement dans les bras d’Onéguine, en fofolle délurée et gamine. C’est à croquer. Peter Mattei incarne, lui au contraire, le héros ténébreux et méprisant, avec une superbe et un détachement odieux, le timbre riche de subtilités multicolores, modulant avec un mordant plus que moelleux l’autorité de sa présence provocante. Face à lui, son double en négatif se nomme Lenski, l’ami fougueux, droit dans ses bottes et affreusement jaloux d’Onéguine qui le trahit ouvertement. Pavel Černoch, qui semble fragile au début, s’avère rapidement ensorcelant de sincérité, projection claire, passionnelle et déchirante. Le Gremine d’Alexander Tsymbalyuk affirme sa basse noble, sa prestance et son timbre ténébreux et chaud.

Guergana Damianova   OnP-Eugene-Oneguine-16.17---Guergana-Damianova---OnP--25--800Orchestre et choeurs en fusion

C’est un véritable bonheur de voir le britannique Edward Gardner diriger l’orchestre de l’Opéra de Paris, auquel il imprime tout l’éclat de sa fougue, de ses ruptures mélodiques, dans le respect tout simple de la partition de Tchaikovski. Maintenant un rythme soutenu, un volume sonore qui ne faiblit pas, en privilégiant les vents et les cuivres, soignant les vagues des cordes en fusion, il lance l’orchestre avec une belle générosité en respectant le voeu du metteur en scène, créer pour chaque scène, chaque personnage un concentré de sentiments précis. Netrebko n’est pas seulement Tatiana amoureuse d’Onéguine, elle est toutes les femmes en proie au fantasme amoureux. La rivalité entre Lenski et Onéguine est celle qui dresse deux profils masculins, le dandy blasé, revenu de tout ou qui le croit, qui se veut supérieur, et le fiancé encore frais et fringant, dont l’orgueil et la droiture ne souffrent aucun ridicule. La nourrice (Hanna Schwarz) est plus que vraie dans sa bravoure de vieille femme protectrice, et le Monsieur Triquet de Raúl Giménez est éblouissant de drôlerie. On l’aura compris, la sublime Anna Netrebko est heureusement ici très bien entourée.

Hélène Kuttner


[Crédits Photos : © Guergana Damianova ]

Articles liés

CZECH IN FILM FESTIVAL – 5e édition
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

CZECH IN FILM FESTIVAL – 5e édition

La 5 ème édition du festival du cinéma tchèque et slovaque rappellera cette année les dates anniversaires ayant constitué l’histoire de la Tchécoslovaquie et lui rendra hommage à sa manière : à travers les films. Le festival s’ouvrira avec le film historique Masaryk qui traite de la vie de Jan Masaryk, diplomate et ministre des […]

« Olympic Stadium » – Exposition à la galerie du Patio Opéra
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

« Olympic Stadium » – Exposition à la galerie du Patio Opéra

Inauguré en 1964, le Stade Olympique de Phnom Penh, conçu par l’architecte Vann Molyvann, est devenu un emblème de l’histoire et des mémoires du pays. Aujourd’hui, il est surtout l’un des espaces publics privilégiés des habitants de la capitale – lieu d’expression et d’appropriation unique. Derrière sa façade monumentale se dévoile un « micromonde » sur lequel […]

« Le ciel est orange, la mer est orange » – Exposition au Centre culturel Bulgare
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

« Le ciel est orange, la mer est orange » – Exposition au Centre culturel Bulgare

Inspiré du refrain d’une chanson populaire de la Bulgarie communiste des années 80, le titre de l’exposition de Rada Tzankova est une invitation à la rêverie. L’artiste dessine, tisse et trame des univers picturaux aux couleurs douces pour nous rappeler que nous sommes « libres en pinceaux ». L’histoire d’une jeune fille qui voulait peindre […]