0 Shares 93 Views

Le Timbre d’argent ressuscité à l’Opéra Comique

3 le timbre dargent DR Pierre Grosbois

Le Timbre d’argent

De Camille Saint-Saëns

Mise en scène de Guillaume Vincent

Avec Raphaëlle Delaunay, Hélène Guilmette, Jodie Devos, Tassis Christoyannis, Edgaras Montvidas, Yu Shao 

Mardi 13, jeudi 15, samedi 17 et lundi 19 juin à 20h

Tarifs : De 6 à 135 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 0 825 01 01 23 (0,15E mn)

Durée : 3 h

Opéra Comique 
1 place Boieldieu
75002 Paris
M° Richelieu-Drouot

www.opera-comique.com

3 le timbre dargent DR Pierre Grosbois copieJusqu’au 19 juin 2017

Comme Alcione et Fantasio donnés cette saison, cet opéra de Camille Saint-Saëns n’avait pas été joué depuis un siècle. Grâce à l’Opéra Comique en coproduction avec le Palazetto Bru Zane, cette histoire faustienne d’argent et de crime revit aujourd’hui dans la mise en scène de Guillaume Vincent avec le brillant Francois-Xavier Roth à la baguette.

1 le timbre dargent DR Pierre Grosbois copieUn conte fantastique

Et si tout cela n’était qu’un cauchemar ? Jules Barbier et Michel Carré, librettistes de l’oeuvre, imaginent un héros romantique, Conrad, au nom germanique, amoureux fou du modèle de son tableau, Circée, qu’il recrée comme Pygmalion à travers un personnage de danseuse de cabaret. Comme dans le mythe de Faust, le problème de Conrad, qui est pauvre, comme tous les artistes du XIX° siècle, est son désir de succès et de richesse. Alors qu’il sombre dans un sommeil dépressif, il demande à Spiridon, son médecin, de lui offrir un remède miracle. Une sonnette magique, en argent, fera couler devant ses yeux un flot d’or à chaque fois qu’il en frappe le timbre, en même temps qu’une personne chère sera frappée de mort. L’argent contre le crime, la spirale du péché est ici entièrement orchestrée par le médecin magicien aux allure de Méphistophélès qui propulse le héros dans l’enfer du Mal.

4 le timbre dargent DR Pierre GrosboisUne partition luxuriante et bigarrée

Plus que l’histoire, plus que le héros qui ballade son mal de vivre à travers la débauche de certains univers glauques avant la rédemption finale, c’est l’orchestre ici qui est le véritable héros de cette oeuvre en forme de patchwork. Le jeune Saint-Saëns, qui était organiste, rêve en 1865 d’une oeuvre révolutionnaire et il juxtapose en elle la symphonie, l’opérette, les choeurs à la Gounod, le chromatisme inspiré de Wagner, à la manière d’un coloriste érudit et prodigieusement doué, épris d’atmosphères cinématographiques et théâtrales qui hésitent entre le réel et le rêve. L’orchestre doit donc être brillant, comme l’est « Les Siècles » dirigés par le passionné François-Xavier Roth, qui met tous ses musiciens, les cornistes en particulier qui sont particulièrement sollicités. L’introduction, longue et riche, qui aurait mérité un brin de spectacle sur scène, témoigne dès le début du savoir faire du compositeur. 

8 le timbre dargent DR Pierre GrosboisDes décors de music-hall

Guillaume Vincent a lui aussi rêvé sur cette partition à recréer, dans une scénographie qui joue plus de la lumière et des ombres que d’un fantastique à la Gustave Doré. Jouant des rideaux à paillettes, de lustres et de boules miroitantes, il a privilégié l’incarnation muette de la danseuse Fiametta que Raphaëlle Delaunay métamorphose malicieusement et très gracieusement en cocotte de cabaret, en Joséphine Baker, en clown lunaire ou en vamp de casino. A ses côtés et omniprésent sur le plateau, le Conrad d’Edgaras Montvidas reste un peu raide malgré une ample voix de ténor qui peine parfois à faire comprendre les nuances du texte français, très présent pour le coup dans cette oeuvre. Le reste de la distribution est parfait. Tassis Christoyannis, diction et projection optimales, excelle dans ses métamorphoses machiavéliques, cynique ou burlesque; Yu Shao dans un Français lumineux fait preuve d’un beau timbre aux sonorités précises dans le rôle du sage Bénédict, tandis qu’Hélène Guilmette et Jodie Devos, Hélène et Rosa, fiancées respectives de Conrad et de Bénédict, révèlent des tessitures de soprano soyeuses et profondes. Le choeur Accentus, qui assume avec brio une forte présence sur le plateau, est à saluer jusqu’au final très eucharistique.

Hélène Kuttner

[Crédits Photos : © Pierre Grosbois)

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
62 vues
Art
62 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
70 vues
Spectacle
70 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]