0 Shares 91 Views

Lalatiana – interview

21 novembre 2013
91 Vues
MS_festival

Comment la musique est-elle entrée dans votre vie ?

Le chant occupe une place très importante dans la société malgache. En famille, entre amis, entre étudiants, on se rassemble souvent et facilement autour de la musique, parfois autour d’un feu. Et dans ma famille, tout le monde aime la musique, tout le monde en fait, en autodidacte. Je suivais presque partout mon père, qui était chef de chœur, aussi autodidacte. J’avais 5 ans quand j’ai chanté pour la première fois. Plus tard, en 86, ma toute première composition reçoit le prix découverte RFI. La petite malgache qui arrivait de l’océan indien s’est retrouvée à partager la scène avec des noms mythiques de la musique, comme Alpha Blondy. Depuis ce prix, je joue en solo, sous le nom de Lalatiana.

La musique que vous faites est très métissée.

Au tout début, je faisais de la variété. Puis, j’ai rejoint des groupes de jazz qui faisaient beaucoup de fusion. Puis j’ai continué à faire de la musique en mélangeant tout ce que j’ai ramassé sur mon pacours.

Pouvez-vous justement nous le raconter en quelques mots? 

J’ai grandi à Madagascar. Mais les persécutions que j’ai subies lors des troubles politiques de 2002 m’ont forcée à l’exil. Je me suis retrouvée en France, à devoir tout reconstruire par moi-même, à devoir me débrouiller avec mes 10 doigts. Quand ma demande d’asile a été acceptée, j’ai finalement retrouvé une forme de stabilité, notamment grâce à la Cimade.

Comment votre exil a-t-il influencé votre rapport à la musique ?

La musique m’a aidée à tenir, malgré tout ce que j’ai traversé sur mon chemin d’exil. Elle m’a aidée à avancer, sans m’enfoncer. Sans elle, je ne serais pas debout. Et encore aujourd’hui, la musique me nourrit, me fait vivre, humainement – ce que j’écris, ce que je compose, ce que j’écoute, celles et ceux qu’elle me fait rencontrer.
D’un point de vue plus musical, l’exil a ouvert l’horizon de mes influences. C’est peut-être autant le fruit de ma présence à Paris que de l’évolution des techniques de communication, mais depuis que je suis à Paris, je découvre toujours plus de couleurs musicales, d’ici et d’ailleurs.

MS_LalatianaLa musique vous permet-elle aussi de vous rapprocher de l’île que vous avez dû quitter ?

Oui, mais pas seulement. Je me sers de beaucoup de choses pour me rapprocher de mon pays. De la nourriture à la musique, en passant par différents livres qui racontent quelque-chose de mes traditions. Mon pays m’a reniée à un moment de son histoire, mais je n’arrive pas à le renier pour autant. Au contraire. J’essaye de le comprendre, de m’en rapprocher, par tous les moyens, et la musique nous a à nouveau réunis. …

Et cette musique que vous composez, que vous écrivez, d’où s’inspire-t-elle ?

De que je vois, ce que je vis, ce qu’une amie peut vivre, d’une réflexion qui traîne dans un coin de ma tête, et que j’ai besoin d’accoucher sur le papier. D’après ceux qui m’écoutent, il y a de la mélancolie et de la nostalgie dans ce que je chante, plus particulièrement la nostalgie du pays que j’ai quitté. C’est vrai que j’aime parler de la richesse de ce pays, en termes de valeurs humaines, de diversité culturelle ou même naturelle. J’aime aussi parler d’amour, sous toutes ses formes.

Votre prochain concert (ndlr: vendredi 22 novembre, sur la péniche Antipode) se fera dans le cadre du festival Migrant’Scène, consacré à la question des migrations au féminin. Pensez-vous que la musique et l’art sont plus à même de créer du lien autour d’enjeux solidaires ?

La musique est porteuse d’un message. Et elle peut créer des liens solidaires entre des personnes. Si on prend l’exemple de ma musique, elle peut réunir des personnes qui ne partagent pas les mêmes convictions, les mêmes origines, et qui surtout ne parlent pas la langue que je chante. Et pourtant, les gens me comprennent, l’émotion passe. Le langage de la musique est universel. En ce moment par exemple, je chante aussi dans un chœur de conservatoire. Je chante, sans comprendre les partitions ! Mais on n’a pas nécessairement besoin de papier pour faire de la musique. Pour atteindre l’autre, il suffit souvent de jouer ou chanter avec ce qu’il y a au fond de nous.

Lydie Mushamalirwa
@M_lydie


Lalatiana sur scène

Vendredi 22 novembre 2013

Entrée libre

Dans le cadre de Migrant’scène 2013
Festival de La Cimade
Jusqu’au 30 novembre en Ile-de-France
Programmation sur le site

Péniche Antipode
Face au 55 quai de la Seine
75019 Paris
M° Riquet

Articles liés

CZECH IN FILM FESTIVAL – 5e édition
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

CZECH IN FILM FESTIVAL – 5e édition

La 5 ème édition du festival du cinéma tchèque et slovaque rappellera cette année les dates anniversaires ayant constitué l’histoire de la Tchécoslovaquie et lui rendra hommage à sa manière : à travers les films. Le festival s’ouvrira avec le film historique Masaryk qui traite de la vie de Jan Masaryk, diplomate et ministre des […]

« Olympic Stadium » – Exposition à la galerie du Patio Opéra
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

« Olympic Stadium » – Exposition à la galerie du Patio Opéra

Inauguré en 1964, le Stade Olympique de Phnom Penh, conçu par l’architecte Vann Molyvann, est devenu un emblème de l’histoire et des mémoires du pays. Aujourd’hui, il est surtout l’un des espaces publics privilégiés des habitants de la capitale – lieu d’expression et d’appropriation unique. Derrière sa façade monumentale se dévoile un « micromonde » sur lequel […]

« Le ciel est orange, la mer est orange » – Exposition au Centre culturel Bulgare
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

« Le ciel est orange, la mer est orange » – Exposition au Centre culturel Bulgare

Inspiré du refrain d’une chanson populaire de la Bulgarie communiste des années 80, le titre de l’exposition de Rada Tzankova est une invitation à la rêverie. L’artiste dessine, tisse et trame des univers picturaux aux couleurs douces pour nous rappeler que nous sommes « libres en pinceaux ». L’histoire d’une jeune fille qui voulait peindre […]