0 Shares 38 Views

Au Théâtre de Longjumeau, une Esmeralda qui venait du froid

Stéphanie Nègre 20 novembre 2017
38 Vues

© Ballet de Kazan

Le ballet de Kazan collectionne, dans son répertoire, les grands classiques tels que le Lac des cygnes, Casse-noisette, La Belle au bois dormant mais aussi Le Corsaire ou encore Esmeralda. C’est avec cette dernière, dans la version d’Andrey Petrov, actuel directeur du ballet du Kremlin – que la compagnie, actuellement en tournée en France, s’est arrêté le 19 novembre au théâtre de Longjumeau.

Esmeralda fait partie de ces grands ballets nés sur les scènes occidentales – le Her Majesty’s theatre de Londres en l’occurrence -, disparues de ces dernières depuis longtemps et qui passeront en Russie grâce notamment aux danseurs et chorégraphes français Jules Perrot et Marius Petipa, invités par les tsars à travailler pour les théâtres impériaux de Saint-Petersbourg. Chorégraphié initialement par Jules Perrot sur une musique de Cesare Pugni, Esmeralada s’inspire du roman Notre Dame de Paris de Victor Hugo et s’inscrit dans la grande tradition classique avec ses scènes d’ensembles, ses duos et solos où le drame se noue, mais aussi son divertissement, ici Diane et Actéon, éternel prétexte aux pas de deux virtuoses.

En faisant abstraction des décors et des costumes aux couleurs un peu clinquantes, on découvre un beau spectacle rondement mené. Anciennes élèves de l’école du Bolshoï ouverte au Brésil, Amanda Moraes Gomez et Thais Diogenes interprètent respectivement le rôle-titre et Fleur de Lys, fiancée du chevalier Phoebus. La première séduit par sa danse pétillante, la seconde par ses développés moelleux. Chez les garçons, on retiendra Alesandro Caggegi, poète Gringoire bondissant mais aussi Maxim Potseluiko, dans le rôle théâtrale et difficile de Quasimodo. Avec cette représentation, le théâtre de Longjumeau nous a offert l’occasion de découvrir un grand ballet classique rarement dansé en France et interprété par une compagnie de qualité.

Stéphanie Nègre

 

 

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
33 vues
Spectacle
33 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
17 vues
Agenda
17 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
19 vues
Agenda
19 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]