0 Shares 504 Views

Cap au pire, vertige de Beckett

Difficile de faire plus noir, plus ardu, plus absurde et plus immensément beckettien. Ce texte crépusculaire nous fait avancer pas à pas dans l’obscurité d’une disparition quasi-absolue. Ne restent que les mots et le comédien pour les dire, c’est à dire Denis Lavant : métaphysique et performant.

Immobile sur le plateau, vêtu de noir, pieds nus sur un carré blanc lumineux, l’acteur dit le texte dans la pénombre. Nous sommes loin du Denis Lavant gesticulant, dansant, clownesque et capable de figure stylisée ; ce n’est qu’au moment du salut que sa souplesse maitrisée jaillira. Derrière lui, de minuscules lumières orangées pointent de lointaines présences astrales sur le rideau noir froissé qui n’est autre que le vide de l’univers. Autant dire que l’ambiance est au désespoir. La condition humaine, -vie et vieillesse, décrépitude assurée jusqu’à la mort­-, est passée au hachoir à travers un texte bâti de mots et de demi-phrases qui se répètent, tournent en vrille autour d’une psalmodie sans issue ni sursaut. Beckett lui-même hésitait à se replonger dans son propre texte, sachant qu’il risquait de l’absorber douloureusement. Il fallait donc un metteur en scène et un comédien capables de s’y confronter sans y tomber ni le fracasser. Jacques Osinski et Denis Lavant  ont relevé ce défi.

© Pierre Grosbois

Denis Lavant s’empare ou plutôt se laisse happer par les mots pour s’en vêtir entièrement. Dans un maintien figé, au bord du rien, il permet aux mots une sorte de vie par eux-mêmes, comme s’ils étaient l’ultime souffle vital. La concentration est sidérante, la suspension partagée avec la salle est un moment rare. Les infimes écarts avec la ligne vocale deviennent une source de rire bref, tant la tension est raide. On sourit pour un minuscule trémolo qui a tenté d’exister, comme si, au bord de cet abyme, il fallait s’accrocher aux rameaux épars que dispersent les mots.

Monologue sur un fil, Cap au pire s’entend tel un bloc, quoique morcelé. Il se construit sur la déconstruction et le spectateur accepte d’être tenu sur le gouffre. C’est une expérience rare et osée. Elle ne laisse pas indemne, elle peut se révéler insupportable et quand elle se supporte elle vous emporte sur une bribe de temps et d’espace d’équilibriste métaphysique.

Emilie Darlier-Bournat

 

 

 

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
35 vues
Spectacle
35 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
17 vues
Agenda
17 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
19 vues
Agenda
19 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]