0 Shares 33 Views

Cristiana Morganti : De Pina Bausch à « Jessica and me »

Jessica-and-me-Cristiana-Morganti-ph-CLAUDIA-KEMPF-ok copie

Jessica and Me

De Cristiana Morganti

Avec Cristiana Morganti

Du 16 au 24 Mai 2017

Tarifs : 16-26€

Réservation par tél. au 01.42.74.22.77

Durée : 1h10

Théâtre des Abbesses
31, rue des Abbesses
75018 Paris
M° Abbesses ou Pigalle

www.theatredelaville-paris.com

Du 16 au 24 mai 2017

Le Théâtre des Abbesses accueille, avec grand bonheur, cette interprète phare de Pina Bausch. Cristiana Morganti raconte son histoire, par la danse et le théâtre. Un esprit lumineux, un humour touchant et attachant. Un seule en scène peuplé d’autres femmes, véridiques ou imaginaires, qui ont fait cette femme si précieuse : De sa mère à Pina, et un alter ego inventé par la Cristiana enfantine. Un spectacle ? Plus que ça, une vraie rencontre!

Jessica-and-me-Cristiana-Morganti-ph-CLAUDIA-KEMPF-ok« Voulez-vous que je parle ou que je danse? », demande Cristiana Morganti, en toute ironie. Bonne question. En effet, en voyant et écoutant cette (ex-)icône du Tanztheater de Wuppertal, on se dit bien que son solo « Jessica and me », sa seconde création post-Pina, n’a pas pour vocation de fournir un produit auquel on attribuerait une ou deux ou trois étoiles.

La fragilité d’une bête de scène

La vulnérabilité de l’artiste, de l’interprète, de la femme, de la jeune élève de ballet, de l’enfant même est ici mise en scène, dans le sens le plus pur du terme. L’intérêt et la beauté de ce solo se situent là exactement, dans le croisement de la force d’une bête de scène avec la fragilité d’une simple représentante de l’humanité. Et quand ça se double de la situation d’une Italienne vivant en Allemagne, le comique n’est jamais loin.

Mais ceux qui attendraient qu’après son spectacle-conférence « Moving with Pina », Morganti allait maintenant passer aux révélations croustillantes au sujet de cette sur-femme de Pina, seront forcément déçus. Au contraire, elle s’empresse à démonter les idées reçues. Car certaines de plus tenaces d’entre elles arrivent par la voix enregistrée d’une autre femme, une journaliste.

Encore cette journaliste … !

« Cristina Morganti… » « Non, Cristiana! » La journaliste n’a pas pris la peine de vérifier le prénom de son interlocutrice. Elle rechigne aussi à renoncer aux clichés, malgré les protestations de Morganti. Non, la compagnie ne partageait pas une grande maison. Non, Pina ne les obligeait pas à prendre tous leurs repas ensemble. Et cette interdiction faite aux femmes de s’épiler les jambes? C’est le contraire qui était vrai…

by Claudia KempfForcément, on accroche par cette partie du spectacle, et les images que Morganti emprunte à ses personnages dans les pièces de Bausch. Jessica et moi propose pourtant tellement plus qu’un regard sur les années avec Pina. Il y a là un autoportrait, de la tendre enfance jusqu’à l’élaboration de ce solo. En même temps, Morganti ne veut rien enjoliver non plus. Après deux décennies passées au sein du Tanztheater Wuppertal, il lui a fallu une bonne dose de courage pour annoncer son départ. « Si Pina était encore en vie, aurais-je eu la force de le lui dire en face », s’interroge-t-elle.

Mais alors, qui est Jessica?

« Quand j’étais en train de travailler sur ce solo, une amie d’enfance est venue me rappeler que, enfant unique, je m’inventais une partenaire de dialogue, que j’appelais Jessica Bayer. Je l’avais totalement oublié. »

15499651-biennale-de-la-danse-de-lyon-cristiana-morganti-une-fille-de-pina-bauschFace à cette Jessica retrouvée, Morganti nous parle de sa vie de danseuse et d’artiste, de la difficile relation à son corps, à ses parents et aux médecins. On obligea l’enfant à se mettre au ballet, pour que son corps soit plus proche d’un stéréotype de la beauté féminine.

Morganti n’oblige pas son public à assister à une auto-analyse. Celle-ci est déjà faite, et le solo en est l’essence. Son humour, son autodérision, sa sincérité et sa générosité en font un moment d’humanité des plus précieux, un théâtre populaire qui s’adresse à tout un chacun, qu’il ait déjà entendu parler de Pina Bausch ou pas.

Thomas Hahn

[Crédit Photo : © Claudia Kempf ]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
210 vues
Art
210 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]